25 mars 1944

25 mars 1944


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

25 mars 1944

Mars 1944

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
>Avril

Guerre en mer

Le sous-marin allemand U-976 coulé au large de Saint-Nazaire

Front de l'Est

Les troupes soviétiques prennent Proskourov



'Civières' : (25) Vers Cassino - Mars 1944

Il pleut encore et nous sommes retenus.
Un jour, cela s'éclaircit suffisamment pour que le commandant de compagnie nous fasse un discours d'encouragement dans lequel il explique que notre tâche, si tout se passe comme prévu, devrait être très simple.
Nos plans sont basés sur l'espoir que Jerry, épuisé par les bombardements intensifs de nuit, enlèvera ses bottes après le petit-déjeuner le lendemain de notre attaque nocturne. Nous ne sommes pas informés de ce qui risque de se passer si Jerry n'enlève pas ses bottes.
Nos médecins ambulanciers de campagne, d'après ce que nous comprenons, sont maintenant retirés de nos sections travaillant avec l'infanterie. C'est sage, compte tenu de la pénurie d'OM. L'OM régimentaire reste avec l'infanterie.
Après des semaines de retard, le jour prévu arriva et nous partîmes en camion pour rejoindre les bataillons. Ce soir-là, nous nous sommes dirigés vers Cassino, avons quitté nos camions après la tombée de la nuit et avons marché environ deux milles pendant que notre barrage battait au-dessus de nos têtes. Nos yeux ont été momentanément aveuglés par les éclairs des armes à feu. Par conséquent, nous avons continué à marcher dans le dos de l'homme devant nous à des arrêts fréquents et soudains. Dans l'obscurité, il pleuvait, mais heureusement, nous avons été conduits dans une ferme avant de devenir vraiment mouillés, et notre section de 18 hommes s'est vu attribuer une pièce.
Dans notre équipement léger, nous n'avions inclus qu'une seule couverture et un tapis de sol, bien que nous puissions utiliser des capes à gaz comme couchage supplémentaire, alors Lingard, moi et Talbot, les derniers nouveaux de la section, avons mis les couvertures en commun et dormi blottis, passant une assez confortable nuit malgré le froid. Les fenêtres de la ferme étaient maintenant déchiquetées, des trous béants.
Le lendemain matin s'est bien levé. Nous avons pris notre premier repas avec les Ls (Lancashire Fusiliers Infantry) depuis notre arrivée après le déjeuner de la veille. Puis, avertis que nous étions sous observation ennemie, ne recevant plus d'ordres, nous sommes restés sur place.

© Le droit d'auteur du contenu contribué à cette archive appartient à l'auteur. Découvrez comment vous pouvez l'utiliser.

Cette histoire a été placée dans les catégories suivantes.

La plupart des contenus de ce site sont créés par nos utilisateurs, qui sont des membres du public. Les opinions exprimées sont les leurs et, sauf indication contraire, ne sont pas celles de la BBC. La BBC n'est pas responsable du contenu des sites externes référencés. Dans le cas où vous considérez que quelque chose sur cette page enfreint le règlement intérieur du site, veuillez cliquer ici. Pour tout autre commentaire, veuillez nous contacter.


Ceux connus pour avoir servi avec

Régiment du Staffordshire du Sud

pendant la Seconde Guerre mondiale 1939-1945.

  • Alcock Bertram Victor. Sdt
  • Allin Cyril Gordon. Sdt. (décédé le 27 juin 1943)
  • Amos Henry James. Sdt.
  • Ash C.. Pte. (décédé le 25 septembre 1944)
  • Boynton Richard Godfrey. Sdt. (décédé le 21 septembre 1944)
  • Brooks Joseph John. L/Cpl.
  • Busby Vincent Charles. Sdt. (décédé le 7 août 1944)
  • Bushnell Donald. Sgt.
  • Caïn Robert Henry. le major
  • Catlin John Edward. Sdt.
  • Cawsey Aubrey Conrad. Capitaine (décédé le 7 août 1944)
  • Coleman John. Sdt.
  • Cooke Harry.
  • Copplestone Wilfred Charles.
  • Cotterill A.
  • Cowley EF.
  • Dagnan Bernard. Sdt (décédé le 26 août 1944)
  • Dapper KO.
  • Davies FG.
  • Davies L.
  • Jour William Henry Leonard.
  • Doman Frederick Leslie. Sdt.
  • Eardley HL.
  • Edwards Bill Vernon. Sdt.
  • Emery John. Sdt.
  • Emery John. Sdt.
  • Garfield Frank.
  • Glover Richard.
  • Guildford Ernest. Sdt.
  • Salle Thomas. Sdt.
  • Hambly R.
  • Hancock HL.
  • Harpiste Léonard William. Sgt. (décédé le 18 juillet 1943)
  • Harris SH.
  • Hewins NH.
  • Howarth L.
  • Hubbard MT.
  • Hussey Frédéric Victor. Sdt. (décédé le 6 août 1944)
  • Jeffs George William. L/Cpl.
  • Johnson Guillaume. Sdt.
  • Jones W.
  • Kehoe Frank. Sdt. (décédé le 24 juillet 1944)
  • Kendrick Frank Edwin. Sdt.
  • Kindon George. Sdt.
  • Kyte JM.
  • Lambert WJ.
  • Marais Ronald. Lt.
  • Miles George Henry. Cpl.
  • Morgan Charles Wallace. Majeur
  • Mullender FR.
  • Naïs Bernard. Sdt.
  • Obrien T.
  • Paddock Edward Phillip. Sdt. (décédé le 6 août 1944)
  • Payne S.
  • Ratcliff Wilfred Ernest. L/Sgt.
  • Chevreuil Ernest. Lieutenant (décédé le 19 septembre 1944)
  • Rogers Alfred Ernest.
  • Rogers Clifford James. Sdt. (décédé le 21 septembre 1944)
  • Ross John Henry. Sdt.
  • Russon Eric George. Sdt.
  • Rutter Richard Gordon. L/Sgt.
  • Shaw Harold. Sdt. (décédé le 16 juillet 1944)
  • Sheppard James Bert. Sdt. (décédé le 11 juin 1944)
  • Simmons Frédéric Edmond. Cpl.
  • Smith Terence Roy. Sgt.
  • Smith Thomas Alfred. L/Cpl. (décédé le 7 juillet 1944)
  • Stanford Jonathon. Sdt.
  • Stanton William Charles. CSM. (décédé le 6 août 1944)
  • Sumner Terence Edward.
  • Sutton Herbert Frank.
  • Le talentueux Edouard François. Sdt.
  • Thomas Henri Raymond. Sdt.
  • Tolcher T.
  • Truin Albert Charles. Sdt.
  • Turner Stanley Horace. SGQC.
  • Vernon Charles Thomas. Sdt (décédé le 6 juin 1944)
  • Vincent Albert. Sdt. (décédé le 24 septembre 1943)
  • Pays de Galles Arthur Sydney. Sdt (décédé le 27 juillet 1944)
  • Marcheur Samuel George. Sdt. (décédé le 8 juin 1940)
  • Warrington Lance Greville. Monsieur (décédé le 20 novembre 1944)
  • Wilson Charles Clément. Sdt.
  • Woollhouse Robert John. CSM. (décédé le 9 juillet 1943)
  • Wright Walter. Sdt.
  • Wright William Alfred. Cpl

Les noms sur cette liste ont été soumis par des parents, des amis, des voisins et d'autres personnes qui souhaitent s'en souvenir, si vous avez des noms à ajouter ou des souvenirs ou des photos des personnes répertoriées, veuillez ajouter un nom à cette liste


CENTRE EUROPEEN D'HISTOIRE MILITAIRE www.eucmh.be

3e division blindée - Ordre de bataille - 1944-1945

La 3rd Armored Division &ndash Spearhead &ndash a été activée le 15 avril 1941 au Camp Beauregard, en Louisiane. Au cours du mois de juin 1941, il déménagea à Camp Polk en Louisiane. Le 9 mars 1942, il relève des forces terrestres de l'armée et est affecté au IIe corps blindé. Le 3-AD a ensuite été transféré au Camp Young California et d'août à octobre, a participé à des manœuvres au Desert Training Center. Il a ensuite déménagé à Camp Pickett, en Virginie, le 2 novembre 1942, puis à nouveau dans la réserve militaire d'Indiantown Gap, en Pennsylvanie. La division a fait escale à Camp Kilmer, New Jersey et a quitté le port d'embarquement de New York le 5 septembre 1943 en direction d'Europe, est arrivée en Angleterre le 18 septembre et a débarqué en France le 23 juin 1944.

Victimes

Tué au combat : 2540
Blessés au combat : 7331
Manquant au combat : 95
Capturé : 139
Pertes au combat : 10105
Pertes hors combat : 6017
Total des pertes : 16122

Commandants généraux

Maj Gen Alvin C. Gillem : avril 1942 et janvier 1942
Maj Gen Walton H. Walker : janvier 1942 et août 1942
Maj Gen Leroy H. Watson : août 1942 et août 1944
Brig Gen Maurice Rose : août 1944 et septembre 1944
Maj Gen Maurice Rose : septembre 1944 et mars 1945
Brig Gen Doyle O. Hickey : mars 1945 &ndash juin 1945
Brig Gen Truman E. Boudinot : juin 1945 &ndash juillet 1945
Brig Gen Frank A. Allen Jr : juillet 1945 &ndash juillet 1945
Maj Gen Robert W. Grow : de juillet 1945 à l'inactivation

Commandants d'artillerie

Col Frederic G. Brown &ndash 15 septembre 1943

Chef d'équipe

Col John A. Smith &ndash 15 septembre 1943

Chef d'état-major adjoint &ndash G-1

Lt Col Jack A. Boulger &ndash 15 septembre 1943
Maj George G. Otis &ndash 1er avril 1945

Chef d'état-major adjoint &ndash G-2

Lieutenant-colonel Andrew Barr &ndash 15 septembre 1943

Chef d'état-major adjoint &ndash G-3

Lt Col Howard M. Snyder &ndash 15 septembre 1943
Lt Col Wesley A. Sweat &ndash 28 août 1943
Maj James A Alexander &ndash 1er avril 1945
Lt Col Wesley A Sweat &ndash 25 avril 1945

Chef d'état-major adjoint &ndash G-4

Lt Col Eugene C Orth &ndash 15 septembre 1943

Chef d'état-major adjoint &ndash G-5

Lt Col William E Dahl &ndash 22 février 1944
Maj George F Cake &ndash 20 avril 1945

adjudant général

Lt Col Robert M Gant &ndash 15 septembre 1943

CO ACC

Le général de brigade Doyle O Hickey &ndash 15 septembre 1943
Col Leander L Doan &ndash 31 mars 1945

CO CCB

Le général de brigade John J Bohn &ndash 15 septembre 1943
Col Truman Everett Boudinot &ndash 15 juillet 1944
Le général de brigade Truman Everett Boudinot &ndash 4 septembre 1944

CO CCR

Col Graeme G Parks &ndash 15 septembre 1943
Col William W Cornog Jr &ndash 19 juillet 1944
Col Louis P Leone &ndash 15 août 1944
Col Carl J Rohsenberger &ndash 6 septembre 1944
Col Robert L Howze Jr &ndash 24 septembre 1944

Ordre de bataille

Siège social Société
Société de services
Commandement de combat A
Commandement de combat B
Commandement de combat R
36e régiment blindé d'infanterie
32e régiment blindé
33e régiment blindé
23d Bn Eng blindé
83d Rcn Bn blindé
143d Armored Sig Co
Artillerie de la 3e division blindée
391e bataillon d'artillerie de campagne blindée
67e bataillon d'artillerie de campagne blindée
54e bataillon d'artillerie de campagne blindée
Trains de la 3e division blindée
3e bataillon de maintenance des munitions
Bataillon de ravitaillement
45e bataillon médical blindé
Peloton de police militaire
Former
Bande

Attachements à la 3e division blindée
Artillerie antiaérienne

486th AAA AW Bn (SP) : 25 juin 1944 et 9 mai 1945
413th AAA Gun Bn (Mbl) : 7 juillet 1944 et 16 juillet 1944

Blindé

A Co, 738-TB (Explorateur de mines) : 6 déc. 1944 & ndash 15 janv. 1945
1er & 3d Plats, B Co, 738-TB (Explorateur de mines) : 12 janvier 1945 et 17 janvier 1945

Cavalerie

113th Cav Gp : 8 juillet 1944 et 10 août 1944
4th Cav Gp : 28 février 1945 &ndash 1 mars 1945
4th Cav Gp : 3 mars 1945 &ndash 8 mars 1945

Chimique

A & C Cos, 87th Cml Bn : 24 déc 1944 &ndash 31 déc 1944

Ingénieur

294-BCE : 25 oct. 1944 &ndash 9 nov. 1944
1st Plat, B Co, 15-ECB (9-ID) : 27 oct. 1944 et 11 nov. 1944
298-BCE : 9 nov. 1944 et 10 nov. 1944
B Co, 15-ECB (9-ID) : 11 nov. 1944 &ndash 1er déc. 1944
298-BCE : 27 déc. 1944 &ndash 30 déc. 1944
B Co, 297-ECB : 27 déc. 1944 &ndash 30 déc. 1944

Artillerie de campagne

967-FAB (155-MM How) : 29 juin 1944 &ndash 30 juin 1944
58-AFAB : 3 juillet 1944 et 10 août 1944
963-FAB (155-MM Comment) : 7 juillet 1944 &ndash 9 juillet 1944
258-FAB (canon 155-MM) : 8 juillet 1944 et 10 août 1944
87-AFAB : 9 juillet 1944 et 28 août 1944
258-FAB (canon 155-MM) : 10 août 1944 et 14 août 1944
991-FAB (canon 155-MM) : 12 août 1944 et 20 septembre 1944
60-FAB (9-ID) (105-MM Comment) : 13 août 1944 &ndash 15 août 1944
58-AFAB : 18 août 1944 &ndash 1 oct 1944
D Btry, 376-AAA-AW-B (Mbl) : 25 oct. 1944 et 10 nov. 1944
84-FAB (9-ID) (105-MM Comment) : 25 octobre 1944 et 11 novembre 1944
83-AFAB : 20 déc. 1944 &ndash 31 déc. 1944
991-FAB (-2 btrys) (canon 155-MM) : 21 déc 1944 &ndash 31 déc 1944
188-FAB (155-MM How) : 23 déc. 1944 &ndash 31 déc. 1944
A Btry, 440-AAA-AW-B (Mbl) : 23 déc 1944 &ndash 31 déc 1944
897-FAB (75-ID) (105-MM How) : 24 déc 1944 &ndash 29 déc 1944
730-FAB (155-MM How) (75th Div) : 24 déc 1944 &ndash 29 déc 1944
A Btry, 440-AAA-AW-B (Mbl) : 24 déc 1944 &ndash 29 déc 1944
75-ID Div Arty : 24 déc. 1944 et 7 janv. 1945
991-FAB (canon 155-MM) : 2 janvier 1945 et 11 janvier 1945
183-FAB (155-MM Comment) : 2 janvier 1945 &ndash 11 janvier 1945
83-AFAB : 2 janvier 1945 &ndash 9 mai 1945
183-FAB (155-MM Comment) : 12 janv 1945 et 20 janvier 1945
A Btry, 991-FAB (canon 155-MM) : 17 janvier 1945 &ndash 19 janvier 1945
924-FAB (99-ID) (105-MM Comment) : 28 février 1945 &ndash 2 mars 1945
991-FAB (canon 155-MM) : 25 février 1945 et 9 mars 1945
183-FAB (155-MM Comment) : 25 février 1945 &ndash 24 avril 1945
991-FAB (canon 155-MM) : 29 mars 1945 et 1er avril 1945
138-FAB (155-MM Comment) : 29 mars 1945 &ndash 8 avril 1945
991-FAB (155-Gun) : 6 avril 1945 et 13 mai 1945
A Btry, 13-FAOB : 17 avril 1945 &ndash 23 avril 1945

Infanterie

1/60-IR (9-ID) : 9 juillet 1944 et 11 juillet 1944
2/60-IR (9-ID) : 10 juil. 1944 &ndash 11 juil 1944
3/60-IR (9-ID) : 13 août 1944 &ndash 15 août 1944
2/60-IR & 3/60-IR (9-ID) : 17 août 1944 &ndash 19 août 1944
1/26-IR (1-ID) : 6 sept. 1944 et 23 sept. 1944
47-IR (9-ID) : 8 sept. 1944 et 10 sept. 1944
47-RCT (9-ID) : 25 oct. 1944 et 10 nov. 1945
1 Plat, B Co, 15-ECB (9-ID) : 25 oct. 1944 et 10 nov. 1944
2/47-IR (9-ID) : 24 nov. 1944 &ndash 26 nov. 1944
1/60-IR (9-ID) : 11 déc 1944 &ndash 12 déc 1944
1/517-PIR (Non-Div) : 22 déc. 1944 &ndash 26 déc. 1944
1/509-PIR (Non-Div) : 23 déc. 1944 et 29 déc. 1944
290-RCT (75-ID) : 23 déc. 1944 et 31 déc. 1944
898-RCT (75-ID) : 23 déc. 1944 et 31 déc. 1944
1 Plat, B Co, 275-ECB (75-ID) : 23 déc. 1944 et 31 déc. 1944
289-RCT (75-ID) : 24 déc. 1944 &ndash 29 déc. 1944
331-IR (83-ID) : 29 déc. 1944 et 31 déc. 1944
330-IR (83-ID) : 1er janvier 1945 et 7 janvier 1945
2/330-IR & 3/330-IR (83-ID) : 7 janvier 1945 &ndash 19 janvier 1945
1/330-IR (83-ID) : 11 janv. 1945 &ndash 19 janv. 1945
335-IR (84-ID) : 18 janv 1945 et 21 janvier 1945
13-IR (8-ID) : 26 février 1945 et 17 mars 1945
395-IR (99-ID) : 28 février 1945 et 2 mars 1945
3/13-IR (8-ID) : 17 mars 1945 &ndash 19 mars 1945
414-IR (104-ID) : 23 mars 1945 et 12 avril 1945
3/47-IR (9-ID) : 11 avril 1945 & ndash 24 avril 1945
1/18-IR (1-ID) : 11 Avr 1945 &ndash 25 Avr 1945
2/414-IR (104-ID) : 12 avril 1945 et 22 avril 1945
60-IR (9-ID) : 22 avril 1945 et 24 avril 1945

Blindé

803-TDB (SP) : 25 juin 1944 et 2 juillet 1944
703-TDB (SP) : 25 juin 1944 et 17 décembre 1944
A Co, 746-TB : 25 oct. 1944 et 10 nov. 1944
C Co, 899-TDB (SP) : 25 oct. 1944 et 10 nov. 1944
643-TDB (SP) : 22 déc 1944 &ndash 26 déc 1944
703-TDB (SP) : 2 janvier 1945 et 9 mai 1945
2d Plat, B Co, 635-TDB (T) : 15 janv. 1945 &ndash 20 janv. 1945
C Co, 629-TB : 28 février 1945 et 2 mars 1945
C Co, 786-TB : 28 février 1945 et 2 mars 1945

3ème Division Blindée Attachements à
Blindé

CCB à 30-ID
33d Armd Regt : 8 juil. 1944 &ndash 16 juil. 1944
36th Armd Inf (-3d Bn) : 8 juil. 1944 et 16 juil. 1944
Co D, 83d Armd Rcn Bn : 8 juil 1944 &ndash 16 juil 1944
Co B, 23d Armd Engr Bn : 8 juil 1944 &ndash 16 juil 1944

CCA à 9-ID
32d Armd Regt : 9 juillet 1944 et 16 juillet 1944
3d Bn 36th Armd Inf : 9 juil 1944 &ndash 16 juil 1944
83d Armd Rcn Bn : 9 juillet 1944 et 16 juillet 1944
Cos A & C, 23d Armd Engr Bn : 9 juil 1944 &ndash 16 juil 1944

CCB à 1-ID
33d Armd Regt : 26 juil 1944 &ndash 30 juil 1944
36th Armd Inf (-3d Bn) : 26 juil 1944 &ndash 30 juil 1944
391st Armd FA Bn : 26 juil. 1944 &ndash 30 juil. 1944
83d Armd Rcn Bn : 26 juillet 1944 &ndash 30 juillet 1944
Cos B & D 23d Armd Engr Bn : 26 juil 1944 &ndash 30 juil 1944

CCB à 4-ID
33d Armd Regt : 30 juil. 1944 &ndash 4 août 1944
36th Armd Inf (-3d Bn) : 30 juil. 1944 &ndash 4 août 1944
391st Armd FA Bn : 30 juil. 1944 &ndash 4 août 1944
83d Armd Rcn Bn : 30 juil. 1944 &ndash 4 août 1944
Cos B & D 23d Armd Engr Bn : 30 juil. 1944 &ndash 4 août 1944

CCA à 1-ID
32d Armd Regt : 30 juil. 1944 et 12 août 1944
3d GBn 36th Armd Inf : 30 juil. 1944 et 12 août 1944
54th Armd FA Bn : 30 juil. 1944 et 12 août 1944
67th Armd FA Bn : 30 juil. 1944 et 12 août 1944
Co A & C 23d Armd Engr Bn : 30 juil 1944 &ndash 12 août 1944

CCB à 1-ID
33d Armd Regt : 4 août 1944 &ndash 7 août 1944
36th Armd Inf (-3d Bn) : 4 août 1944 &ndash 7 août 1944
391st Armd FA Bn : 4 août 1944 &ndash 7 août 1944
83d Armd Rcn Bn : 4 août 1944 &ndash 7 août 1944
B & D Cos 23d Armd Engr Bn : 4 août 1944 &ndash 7 août 1944

CCB à 30-ID
33d Armd Regt : 7 août 1944 et 12 août 1944
36th Armd Inf : 7 août 1944 et 12 août 1944
87th Armd FA Bn : 7 août 1944 et 12 août 1944
391st Armd FA Bn : 7 août 1944 et 12 août 1944
83d Armd Rcn Bn : 7 août 1944 et 12 août 1944
B & D Cos 23d Armd Engr Bn : 7 août 1944 &ndash 12 août 1944
1 dét Co E 23d Armd Engr Bn : 7 août 1944 &ndash 12 août 1944

Groupe de travail King CCB à 9-ID
1st Bn 33d Armd Regt : 5 Sep 1944 &ndash 6 Sep 1944
Co F 36th Armd Inf : 5 sept. 1944 &ndash 6 sept. 1944
3d Plat Rcn Co 33d Armd Regt : 5 sept. 1944 &ndash 6 sept. 1944
2d Plat Co B 23d Armd Ingr Bn : 5 sept. 1944 &ndash 6 sept. 1944
Co E 33d Armd Regt : 11 octobre 1944 et 22 octobre 1944
Co H 32d Armd Regt : 13 oct. 1944 &ndash 17 oct. 1944
3d Bn 33d Armd Regt : 15 oct. 1944 &ndash 22 oct. 1944

CCA au V Corps
32d Armd Regt (-1er Plat) : 18 déc 1944 &ndash 21 déc 1944
3d Bn 36th Armd Inf : 18 déc 1944 &ndash 21 déc 1944
67th Armd FA Bn : 18 déc 1944 &ndash 21 déc 1944
Co A 23d Armd Engr Bn : 18 déc 1944 &ndash 21 déc 1944

CCB à 30-ID
33d Armd Regt (-3d Bn) &ndash 19 déc 1944 &ndash 25 déc 1944
2d Bn 36th Armd Inf : 19 déc 1944 &ndash 25 déc 1944
Co D 23d Armd Engr Bn : 19 déc 1944 &ndash 25 déc 1944

CCB au V Corps
33d Armd Regt (-3d Bn) : 19 déc. 1944 et 20 janv. 1945
2d Bn 36th Armd Inf : 19 déc. 1944 &ndash 20 janv. 1945
Co D 23d Armd Engr Bn : 19 déc. 1944 &ndash 20 janv. 1945

Groupe de travail Doan à 84-ID
Hq 32d Armd Regt : 23 déc. 1944 et 22 janv. 1945
2d Bn 32d Armd Regt : 23 déc. 1944 et 22 janv. 1945
3d Bn 36th Armd Inf (-1 co) : 23 déc. 1944 et 22 janv. 1945

CCA à 75-ID
3d Bn 32d Armd Regt : 29 déc 1944 &ndash 30 déc 1944
Co I 36th Armd Inf : 29 déc 1944 &ndash 30 déc 1944
67th Armd FA Bn : 29 déc 1944 &ndash 30 déc 1944
54th Armd FA Bn : 29 déc 1944 &ndash 30 déc 1944
83d Armd Rcn Bn : 29 déc 1944 &ndash 30 déc 1944
Co A 23d aRmd Engr Bn : 29 déc 1944 &ndash 30 déc 1944

Groupe de travail Richardson au 84-ID
3d Bn 32d Armd Regt : 2 janv. 1945 &ndash 23 janv. 1945
1 plat Co A 23d Armd Engr Bn : 2 janv. 1945 &ndash 23 janv. 1945

CCR à 1-ID
3d Bn 32d Armd Regt : 8 mars 1945 &ndash 17 mars 1945
2d Bn 33d Armd Regt : 1st Div : 8 mars 1945 &ndash 17 mars 1945
3d Bn 36th Armd Inf : 8 mars 1945 &ndash 17 mars 1945
Co C 23d Armd Engr Bn : 8 mars 1945 &ndash 17 mars 1945
Co E 23d Armd Engr Bn : 1106th ECGp : 17 mars 1945 &ndash 25 mars 1945
3d Bn 32d Armd Regt : 20 mars 1945 et 22 mars 1945
2d Bn 33d Armd Regt : 20 mars 1945 et 22 mars 1945
3d Bn 36th Armd Inf : 20 mars 1945 &ndash 22 mars 1945
Co C 23d Armd Engr Bn : 20 mars 1945 &ndash 22 mars 1945

CCA &ndash 9th Div &ndash 24 avril 1945 &ndash 25 avril 1945
CCR &ndash 9th Div &ndash 24 avril 1945 &ndash 25 avril 1945

Ingénieur

Co A, 23d Armd Engr Bn &ndash 9-ID &ndash 1 juil 1944 &ndash 31 juil 1944
Co D, 23d Armd Engr Bn &ndash 9-ID &ndash 11 juil 1944 &ndash 16 juil 1944

Artillerie de campagne

54th Armd FA Bn &ndash 9-ID &ndash 1 juil 1944 &ndash 31 juil 1944

Infanterie

1/36th Armd Inf &ndash 9-ID &ndash 13 oct 1944 &ndash 17 oct 1944
2/36th Armd Inf &ndash 1-ID &ndash 1er déc 1944 &ndash 8 déc 1944

Devoirs et pièces jointes

20 novembre 1943 &ndash VII Corps &ndash 1A &ndash ETOUSA
8 février 1944 &ndash XIX Corps &ndash 1A
15 juillet 1944 &ndash VII Corps &ndash 1A
1er août 1944 &ndash VII Corps &ndash 1A &ndash 12-AD
19 déc. 1944 &ndash XVIII Corps &ndash 1A &ndash 12-AG
20 déc. 1944 &ndash XVIII Corps &ndash 1A &ndash 12-AG &ndash 21-UK-AG
23 décembre 1944 &ndash VII Corps &ndash 1A &ndash 12-AG &ndash 21-UK-AG
18 janvier 1945 &ndash VII Corps &ndash 1A &ndash 12-AG
1er mai 1945 &ndash XIX Corps &ndash 9A &ndash 12-AG

Postes de commandement de la 3e division d'infanterie et des postes de commandement

15 sept. 1943 &ndash Débarqué à Liverpool &ndash Lancashire &ndash Angleterre
17 sept. 1943 &ndash Bruton (Redlynch House) &ndash Somerset &ndash Angleterre
25 juin 1944 &ndash Les Oubeaux &ndash Calvados &ndash France
9 juillet 1944 &ndash La Fotelaie (½ mi W vic Ariel) &ndash Manche &ndash France
9 juil. 1944 &ndash St-Jean-de-Daye (¾ mi E) &ndash Manche &ndash France
17 juil. 1944 &ndash Le Mesnil-Veneron &ndash Manche &ndash France
29 juil. 1944 &ndash Carantilly (1 mi S) &ndash Manche &ndash France
31 juil. 1944 &ndash Hambye (1 ½ mi N) &ndash Manche &ndash France
4 août 1944 &ndash Cherencey le Heron &ndash Manche &ndash France
9 août 1944 &ndash Chatillon-sur-Colmont (1 ½ mi S) &ndash Mayenne &ndash France
13 août 1944 &ndash Pre-en-Pail &ndash Mayenne &ndash France
15 août 1944 &ndash Ranes (3 mi S) &ndash Orne &ndash France
17 août 1944 &ndash Ranes (3 mi N) &ndash Orne &ndash France
22 août 1944 &ndash Favieres (1 ½ mi E) &ndash Eure-et-Loire &ndash France
25 août 1944 &ndash Mennecy (1 ½ mi O) &ndash Seine-et-Oise &ndash France
26 août 1944 &ndash Quincy-sous-Senart &ndash Seine-et-Oise &ndash France
27 août 1944 &ndash Magny-le-Hongre (1 km SO) &ndash Seine-et-Oise &ndash France
28 août 1944 &ndash Levignen (1 km NE) &ndash Oise &ndash France
29 août 1944 &ndash Soissons (Sermoise) &ndash Aisne &ndash France
30 août 1944 &ndash Braye-en-Laonnois &ndash Aisne &ndash France
31 août 1944 &ndash Montcornet (½ mi S) &ndash Aisne &ndash France
1 sept. 1944 &ndash La Capelle &ndash Aisne &ndash France
2 sept. 1944 &ndash Mons &ndash Belgique
4 sept. 1944 &ndash Charleroi (Chatelineau) &ndash Belgique
5 sept. 1944 &ndash Namur &ndash Belgique
6 sept. 1944 &ndash Huy (2 mi O) &ndash Belgique
7 sept. 1944 &ndash Sur Cortil (près de Tilff) &ndash Belgique
9 sept. 1944 &ndash Louviegné &ndash Belgique
10 sept. 1944 &ndash Verviers &ndash Belgique
11 sept. 1944 &ndash Eupen &ndash Belgique
13 sept. 1944 &ndash Raeren &ndash Belgique
15 sept. 1944 &ndash Dorff &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
21 sept. 1944 &ndash Stolberg &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
20 déc. 1944 &ndash Hotton &ndash Belgique
21 déc. 1944 &ndash Erezée (½ mi SW) &ndash Belgique
22 déc. 1944 &ndash Manhay &ndash Belgique
23 déc. 1944 &ndash Noiseux &ndash Belgique
24 déc. 1944 &ndash Barvaux &ndash Belgique
31 déc. 1944 &ndash Château de Bouillon (vic Havelange) &ndash Belgique
2 janv. 1945 &ndash Werbomont &ndash Belgique
3 janv. 1945 &ndash La Fourche &ndash Belgique
6 janv. 1945 &ndash Bra/Lienne &ndash Belgique
8 janv. 1945 &ndash Lierneux &ndash Belgique
14 janv. 1945 &ndash Hébronval &ndash Belgique
21 janv. 1945 &ndash Petite Somme &ndash Belgique
7 février 1945 &ndash Stolberg &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
25 février 1945 &ndash Mariaweiler &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
26 février 1945 &ndash Arnoldsweiler &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
26 février 1945 &ndash Morschenich &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
27 févr. 1945 &ndash Elsdorf (Sittarderhof) (2 ½ mi SE) &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
3 mars 1945 &ndash Niederaussem &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
5 mars 1945 &ndash Pulheim &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
7 mars 1945 &ndash Cologne &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
17 mars 1945 &ndash Hermulheim &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
22 mars 1945 &ndash Honnef (Mauser Home) (1 ½ mi S) &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
25 mars 1945 &ndash Eudenbach &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
25 mars 1945 &ndash Griesenbach (Oberscheid) (½ mi S) &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
26 mars 1945 &ndash Maulsbach &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
27 mars 1945 &ndash Altenkirchen &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
27 mars 1945 &ndash Atzelgift &ndash Rhénanie &ndash Allemagne
28 mars 1945 &ndash Schonbach &ndash Nassau &ndash Allemagne
29 mars 1945 &ndash Ober-Marsberg &ndash Westphalie &ndash Allemagne
30 mars 1945 &ndash Etteln (1 km NE) &ndash Westphalie &ndash Allemagne
31 mars 1945 &ndash Etteln &ndash Westphalie &ndash Allemagne
2 avril 1945 &ndash Nordborchen &ndash Westphalie &ndash Allemagne
6 avril 1945 &ndash Brakel &ndash Westphalie &ndash Allemagne
9 avril 1945 &ndash Adelebsen &ndash Hanovre &ndash Allemagne
10 avril 1945 &ndash Werningerode &ndash Magdebourg &ndash Allemagne
12 avril 1945 &ndash Sangerhausen &ndash Halle-Merseburg &ndash Allemagne
13 avril 1945 &ndash Freist &ndash Halle-Merseburg &ndash Allemagne
14 avril 1945 &ndash Lingenau &ndash Anhalt-Dessau &ndash Allemagne
25 avril 1945 &ndash Sangerhausen &ndash Halle-Merseburg &ndash Allemagne

Récit de la 3e division blindée et ndash

La 3e division blindée est arrivée en Normandie, en France, le 23 juin 1944 et est entrée en combat contre le saillant de Villiers &ndash Fossard au nord-est de Saint-Léocirc les 29 et 30 juin 1944. Le CCB a franchi la tête de pont d'Airel le 7 juillet et la division a atteint le Carrefour des Hauts-Vents après de violents combats le 11 juillet. Le CCB passe par la 1re Division d'infanterie pour s'emparer de Marigny le 26 juillet, et le CCA force le passage de la Sienne à Gavray le 30 juillet. le 31 juillet et le 1er août, le CCB attaque vers Saint Pois. La division se rassembla le 12 août et le lendemain contourna Domfront en direction de la route de Vire &ndash Argentan pour fermer la brèche de Falaise, capturant Ranes après de violents combats le 15 août. Elle combattit à travers Fromenthal du 16 au 17 août et le 25 août, le CCB traversa la Seine au-dessous de Paris à Tilly.

La division a traversé la Marne dans la région de Mieux et a continué à poursuivre contre une résistance désorganisée, traversant l'Aisne à l'est de Soissons le 29 août puis est entrée en Belgique. Progressant à l'est de Namur à califourchon sur la Meuse, la division s'empare de Huy le 6 septembre, éponge Liégravege le 8 septembre, prend Verviers contre la résistance d'arrière-garde et atteint le mur ouest à Schmidthof le 12 septembre 1944. La division franchit les fortifications du mur ouest entre Roetgen et Rott avec le CCB le 13 septembre alors que le CCA franchissait les obstacles antichars vers Nutheim. Le CCB a traversé la rivière Vicht au sud-ouest de Stolberg le 14 septembre alors que le CCA atteignait Eilendorf, une banlieue d'Aix-la-Chapelle. Le 15 septembre, la division a rencontré la deuxième ceinture de défenses du mur ouest où elle a subi de lourdes pertes de chars lors de la bataille de Geisberg Hill qui a commencé le même jour, alors que le CCB prenait mais était forcé de quitter Mausbach. Le lendemain, CCA a été stoppé dans son avance sur Stolberg tandis que CCB a finalement pris Geisberg Hill sur le 17 avant d'être forcé de partir.

Le 3-AD a ensuite combattu la bataille de Weissenberg Hill et de Muensterbusch Hill du 18 au 20 septembre. Stolberg est finalement tombé le 22 septembre, alors que la division reportait son offensive sur le mur ouest et utilisait des écrans de fumée pour retirer les forces opérationnelles du CCB de Donnerberg. La division s'est ensuite engagée à nettoyer les hauteurs de Lousberg et à couper l'autoroute d'Aix-la-Chapelle et de Laurensberg du 18 au 28 octobre 1944. La division a attaqué le couloir de Stolberg le 16 novembre et a subi de lourdes pertes de chars à Hastenrath et Scherpenseel qui sont tombés le 18 novembre. La division a pris Huecheln après avoir combattu à travers un champ de mines le 24 novembre, puis attaqué pour dégager la rive ouest de la rivière Roer le 10 décembre. Il a fallu à Geich la prochaine argile. À la suite de la contre-offensive allemande d'Ardenne, le CCA est allé à la défense d'Eupen, le CCB a aidé la 30e division d'infanterie et s'est ensuite rassemblé dans la région de Hotton &ndash Grand-Préacute le 19 décembre. Le CCB a attaqué ensuite Stoumont et La Gleize le 20 décembre tandis que le reste de la division a attaqué pour sécuriser la route Manhay &ndash Houffalize.

Le 3rd Armored a contenu une attaque allemande à Hotton, mais a perdu un carrefour clé au sud-est de Manhay le 23 décembre. Le lendemain, son barrage routier à Belle Haie a été réduit et la division a attaqué pour prendre Grandm&ecutenil les 25-26 décembre tandis que le CCA récupérait Sadzot après son perte temporaire le 28 décembre. Après que la 83rd Infantry Division eut repris cette zone à la fin du mois, la 3-AD attaqua vers Houffalize le 3 janvier 1945. Combattant à travers le ruisseau de Groumont, le bois de Groumont, et dans Provedroux en janvier 8. Le 83-ID a attaqué à travers ses lignes le lendemain. Le 3-AD attaqua ensuite à Bihain le 12, atteignit l'Ourthe le 19 et s'empara de Gouvy et de Beho le 22. Le 3rd Armored attaqua à partir de la tête de pont de la rivière Elle le 26 février et gagna deux têtes de pont à Giesch et Paffendorf le lendemain. journée sur la rivière Erft. Après avoir repoussé les contre-attaques, la division a attaqué le 3 mars et a pris Stommeln avec un soutien aérien. Il atteint le Rhin à Roggendorf et Worringen le 4 mars et participe à la bataille de Cologne du 5 au 7 mars avec l'aide de la 104e division d'infanterie.

Après avoir maintenu des positions défensives, elle traversa le Rhin le 23 mars et attaqua à nouveau le 25 mars. Elle atteignit la rivière Lahn à Marburg le 28 mars puis ferma la poche de la Ruhr après la bataille de Paderborn le 31 mars et le 1er avril. La division atteignit la rivière Weser le 7 avril et la rivière Mulde près de Torten le 15 avril. Il combat ensuite la bataille de Dessau du 21 au 23 avril et est relevé le long de la Mulde le 25 avril. Il se retire à Sangerhausen pour une réhabilitation le 26 avril et les hostilités prennent fin le 7 mai 1945.


Archives du forum

Ce forum est maintenant fermé

Ces messages ont été ajoutés à cette histoire par les membres du site entre juin 2003 et janvier 2006. Il n'est plus possible de laisser des messages ici. En savoir plus sur les contributeurs du site.

Message 1 - Atrocités russes à Berlin

Posté le : 26 février 2005 par le soldat Tom Canning - Assistant du site WW2

Cher Doverog -
Exactement la même chose se passait à Vienne où un corps d'infanterie régulier était d'abord entré à Vienne et s'est comporté correctement - dans les trois jours, ils ont été rappelés, et un corps de Mongols a reçu l'ordre - "Faites comme il vous plaira" Ils l'ont fait, beaucoup à la honte des Russes mais nous n'étions pas censés critiquer car après tout - nous étions des alliés !

Une histoire horrible qu'on nous a racontée sur une compagnie de Mongols est entrée dans une maternité - a violé toutes les personnes en vue puis a baïonné les femmes enceintes. c'était une énorme blague car ces hommes étaient encore plus bas que les animaux.

Malheureusement, notre autre Allié doit partager la responsabilité des atrocités de Berlin car ils ont retenu l'armée de Monty alors qu'il aurait pu être à Berlin cinq semaines avant l'arrivée des Russes !

Beaucoup ont survécu à Vienne mais ils n'ont absolument aucun respect pour quoi que ce soit de russe à ce jour alors qu'ils ont violé et pillé leur chemin tout au long de leur secteur de l'Autriche. Nous avons vu des trains pleins de marchandises se diriger vers l'est, volés de partout !

Lorsque l'armée britannique a finalement été autorisée à entrer dans le secteur convenu et a fait son Q.G. dans le Schönbrunn
Palais. il a fallu tout un bataillon (750 ) de Pionniers pour le nettoyer, car ils n'avaient aucune notion d'hygiène..ou quoi que ce soit d'autre !

La civilisation n'est parfois qu'un vernis très mince.

Message 2 - Atrocités russes à Berlin

Posté le : 05 mars 2005 par doverrog

Je n'étais pas au courant des événements que vous décrivez à Vienne, mais je crains que cela ne me surprenne pas.
C'est peut-être l'une des plus grandes hontes que les vainqueurs ont à porter que nous (et les États-Unis, la France et les autres Alliés), ayons accepté cela alors que notre raison d'être pour la guerre était de lutter pour la liberté et la libération des opprimés. .
C'est aussi à notre détriment que, même maintenant, il y a très peu de publicité sur le comportement des Russes.
La télévision et la radio semblent vouloir s'attarder sur le comportement des nazis mais accordent peu de temps/de programmation (le cas échéant) aux événements qui ont eu lieu dans les zones de contrôle russes et à notre acceptation de ces événements.
Je serais intéressé de savoir si les écoles, les collèges et les universités le couvrent même dans leurs programmes d'histoire.
Est-ce que les responsables de « fermer les yeux » exercent toujours la censure sur les informations sur ces horreurs qu'ils ont laissé se produire ?
Il faut aussi se demander si Staline a vu dans cette faiblesse un signal de plus pour qu'il poursuive son assujettissement des peuples au sein de son empire d'après-guerre, sans craindre l'ingérence des puissances occidentales ?
Je dois dire que la citation "Les vainqueurs écrivent l'histoire" n'a jamais été aussi vraie !!

Message 3 - Atrocités russes à Berlin

Posté le : 05 mars 2005 par le soldat Tom Canning - Assistant du site WW2

Il me semble avoir une vision légèrement différente de la soi-disant Histoire qui est rarement enseignée de nos jours et qui a été absorbée dans la révision - principalement américaine - de l'Histoire - dans la mesure où ils ont gagné la guerre malgré nos efforts pour les confondre avec des faits sur la façon de faire la guerre !

Ce n'est pas un accident qui a poussé Eisenhower à détourner les trois armées de Monty de la "libération" de Berlin, mais plutôt une décision prise à l'insu des chefs interarmées et certainement des chefs d'état-major britanniques - du moins selon Alanbrooke, qui en savait quelque chose. de gagner des guerres, ce qui a permis aux Russes de prendre leur temps (5 semaines) pour entrer à Berlin et en Europe centrale pendant les 40 années suivantes !
Alors que notre raison d'être était de libérer les gens de l'oppression, notre allié avait un agenda différent car certains de leurs puissants types financiers à New York voulaient les Russes profondément en Europe, et ils ont réussi ! Mais nous ne devons pas le mentionner car ils le feront brouillez-vous avec nous, et poursuivez nos bottes en justice !

Message 4 - Atrocités russes à Berlin

Posté le: 06 mars 2005 par doverrog

Je pense que nous avons tous les deux le même point de vue.
Ce qui est incroyable, c'est qu'il est presque "incorrect" de mentionner ces choses.
Comme toujours, l'argent parle et, comme toujours, le pouvoir de ceux qui avaient le plus à gagner financièrement a influencé les politiciens et les chefs de guerre de l'époque.
Un peu comme la bêtise de l'Irak aujourd'hui !
Je ne pourrais pas être plus d'accord sur les révisions américaines de l'histoire.
Regardez la façon dont Holywood a toujours eu l'affrontement de modifier les faits et de les présenter comme de l'histoire. Même maintenant, nous avons des films populaires récents comme celui sur le U Boat que les Américains ont capturé et ont ainsi mis la main sur les codes Enigma. Beaucoup d'enfants et d'adultes verront malheureusement ce film comme factuel et ainsi un autre accomplissement britannique devient américain !
J'ai écrit à mon député et au ministère de l'Intérieur pour me faire dire que bien que certaines personnes aient signalé les erreurs de ce film et l'aient considéré comme une insulte aux vraies personnes impliquées, il ne s'agissait que d'un divertissement et non d'une histoire !
Ils semblent ignorer ce pouvoir que les médias ont de changer les connaissances des gens - sauf bien sûr lorsque les politiciens veulent nous vendre un message.

Message 5 - Atrocités russes à Berlin

Posté le: 06 mars 2005 par doverrog

Re-bonjour.
Pourriez-vous me diriger vers votre entrée s'il vous plaît troopertomcannon?
Merci
Roger


Merci!

Contactez-nous à [email protected]

Par Michèle Anderson

L'incendie de la Triangle Shirtwaist Company a entraîné la perte tragique de près de 150 jeunes femmes et filles le 25 mars 1911 à New York. Les travailleurs du vêtement de l'entreprise avaient tenté de se syndiquer pour obtenir de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. La direction de l'usine a réagi en enfermant les travailleurs dans le bâtiment. Des chutes de tissus, de l'huile et des machines chaudes entassés dans les pièces des étages supérieurs du bâtiment de dix étages ont rapidement déclenché un enfer à l'intérieur du bâtiment. Les sorties étant bloquées, les filles ont tenté d'utiliser l'escalier de secours rouillé ou de sauter des fenêtres dans les filets pourris à sec des pompiers, seulement pour plonger sur le trottoir devant les passants en dessous. La tragédie a été exaspérée par l'échec du gouvernement américain à protéger ses citoyens qui travaillaient dans des conditions déplorables, mais il était difficile pour quiconque a vu les cadavres alignés sur les trottoirs en attente d'identification de nier la nécessité d'une réforme du travail et d'une sécurité incendie améliorée. équipement. Les décès ont unifié les réformatrices du travail féminin de l'ère progressiste.

Michele Anderson, enseignante à l'école secondaire John Glenn près de Detroit, a été nommée professeure d'histoire nationale de l'année 2014 par le Gilder Lehrman Institute of American History and HISTORY.

Par Isabel Wilkerson

Dans le monde d'aujourd'hui, les Afro-Américains sont considérés comme des citadins, mais c'est un phénomène très nouveau : la grande majorité du temps que les Afro-Américains ont été sur ce continent, ils ont été principalement du Sud et ruraux. Cela a changé avec la Grande Migration, une relocalisation massive de 6 millions d'Afro-Américains du sud de Jim Crow vers le nord et l'ouest, à partir de 1915.

Cette révolution sans chef, une réponse à l'oppression dans le Sud, a été déclenchée par la pénurie de main-d'œuvre dans le Nord pendant la Première Guerre mondiale. Et une fois la porte ouverte, un flot de personnes est venu. Ceux qui ont migré sont devenus l'avant-garde du mouvement des droits civiques, ils ont façonné notre culture, de la musique aux sports. D'un autre côté, l'une des réponses à leur présence était la peur et l'hostilité. Dans ces grandes villes qu'ils espéraient être des refuges, ils étaient encore à l'abri du rêve américain. La Grande Migration a été un tournant démographique dans l'histoire de notre pays et nous vivons encore aujourd'hui avec ses effets. (Comme dit à Lily Rothman)

Isabel Wilkerson est l'écrivain lauréat du prix Pulitzer de La chaleur des autres soleils, qui a remporté le National Book Critics Circle Award, le Lynton History Prize des universités Harvard et Columbia et le Stephen Ambrose Oral History Prize, entre autres distinctions. Le livre est actuellement en cours de développement en une adaptation télévisée qui sera produite par Shonda Rhimes.

Par Jennifer Ratner-Rosenhagen

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le poète-philosophe d'origine libanaise Kahlil Gibran, basé à Boston, a écrit ce qui allait devenir l'une des œuvres philosophiques les plus traduites au monde : Le prophète. Cette collection de sermons inspirants prononcés par un prophète fictif & mdashon amour, mariage, travail, raison, connaissance de soi et éthique & mdash a contesté les orthodoxies fatiguées et les idéologies oppressives. Bien que l'exaltation de Gibran de l'individualité, de la créativité et de la différence humaines n'ait pas été entièrement originale, le succès du livre résidait dans sa capacité à faire de ses idées des révélations. Depuis sa parution en 1923, Le prophète a été un baume pour les lecteurs qui ont essayé de rompre avec la conformité avec la bonne mode américaine. Les lecteurs de Gibran incluent Woodrow Wilson et des soldats américains pendant la Seconde Guerre mondiale (grâce à sa sélection pour les American Services Editions en 1943), Elvis Presley et Johnny Cash membres de la contre-culture des années 1960 et maintenant Salma Hayek. Le prophète enseigné la confiance en soi au milieu de la confusion bourdonnante et florissante de l'Amérique moderne. Parfois, il faut un étranger pour faire entendre la voix de la conscience intérieure des Américains.

Jennifer Ratner-Rosenhagen est professeure agrégée d'histoire Merle Curti et fondatrice du groupe d'histoire intellectuelle à l'Université du Wisconsin-Madison. Son livre, American Nietzsche : une histoire d'une icône et de ses idées, a remporté le prix John H. Dunning, un prix pour une monographie exceptionnelle sur un sujet de l'histoire des États-Unis, décerné par l'American Historical Association.

Par James Loewen

Lorsque le KKK a défilé sur Pennsylvania Avenue à Washington, D.C., le titre du New York Fois a déclaré & ldquoSight étonne la capitale : des hôtes vêtus, mais non masqués dans White Move Along Avenue. & raquo Les marcheurs, note l'article, ont reçu & ndquo un accueil chaleureux. & raquo Le défilé a eu lieu en plein jour, dans la capitale nationale, et la plupart des participants venaient de le nord. Cet événement symbolise le Nadir des relations raciales, une époque terrible de 1890 à environ 1940, lorsque les relations raciales se dégradaient de plus en plus. Au cours de cette période, les Américains blancs sont devenus plus racistes qu'à tout autre moment de notre histoire, même pendant l'esclavage. Toujours pendant le Nadir, le phénomène des villes au coucher du soleil a balayé le Nord. Ce sont des villes qui ont été pendant des décennies&mdashand dans certains cas sont encore&mdashall-blanches exprès.

Parmi les autres terribles héritages de cette période, il y a ses histoires inexactes de la suprématie blanche de tout, de Christophe Colomb et de Grant américain à Woodrow Wilson, et l'écart étonnant entre la richesse familiale des médias noirs et blancs et les problèmes que nous essayons toujours de transcender.

James Loewen est professeur émérite à l'Université du Vermont et l'auteur à succès de Les mensonges que mon professeur m'a dit. Il a reçu le prix Spirit of America du Conseil national des études sociales et a été le premier récipiendaire blanc du prix Cox-Johnson-Frazier de l'American Sociological Association pour une bourse au service de la justice sociale.

Par Jon Butler

À Chicago en 1932, un compositeur afro-américain nommé Thomas A. Dorsey, qui avait été pianiste de jazz en boîte de nuit, a écrit une chanson inspirée par la mort de sa femme en couches. La chanson, « Take My Hand, Precious Lord », est devenue de façon inattendue le fondement de la tradition de la musique gospel afro-américaine moderne. Son succès a stimulé une industrie de la musique entièrement nouvelle et mdashthe gospel blues. C'est devenu une pierre de touche pour le rôle dramatique que la musique a joué dans le maintien et la transmission du mouvement américain des droits civiques, Martin Luther King Jr. a souvent demandé à ses partisans de la chanter avant de défiler, y compris la nuit précédant son assassinat. Le gospel blues a également fait connaître des chanteuses telles que Mahalia Jackson, Sister Rosetta Tharp et le Golden Gate Quartet et a ensuite été à la base d'Aretha Franklin et Whitney Houston, entre autres. Ce petit moment peu propice en 1932 a créé un changement subtil mais profond dans la vie américaine, produisant finalement des hymnes musicaux de puissante transformation personnelle, morale et politique.

Jon Butler est professeur émérite Howard R. Lamar d'études américaines, d'histoire et d'études religieuses à l'Université de Yale et l'actuel président de l'Organisation des historiens américains.

Par Linda Gordon

Environ deux mois après son entrée en fonction, Franklin Roosevelt a nommé un ancien travailleur social à la tête d'un programme d'aide d'urgence aux chômeurs. Au moment où Harry Hopkins a commencé à travailler, le 22 mai 1933, avant même d'avoir un bureau, il a traîné un bureau dans le hall de l'immeuble où il se trouvait et a immédiatement commencé à envoyer de l'argent. Certains critiques désapprouvaient sa précipitation et voulaient un examen plus long de cette dépense fédérale. Hopkins a répondu, de façon notoire, « les gens ne mangent pas à long terme, ils mangent tous les jours ». En deux heures, il a dépensé 5 millions de dollars, l'équivalent d'environ 70 millions de dollars aujourd'hui. En plus de mettre de l'argent entre les mains des consommateurs, c'était aussi un énorme geste de confiance qui disait : « Cette administration ne va pas permettre à notre économie de sombrer complètement. » Les secours d'urgence étaient le plus populaire des programmes du New Deal et a été qualifiée d'étape majeure pour sauver le capitalisme. Il a inauguré un modèle d'action gouvernementale dans les crises qui, autrement, deviendraient incontrôlables. (Comme dit à Lily Rothman)

Linda Gordon est professeur d'histoire à l'Université de New York et lauréate à deux reprises du prix Bancroft du meilleur livre d'histoire des États-Unis.

Par Jefferson Cowie

L'« égalité politique que nous avions autrefois gagnée », FDR a connu un essor lorsqu'il a accepté l'investiture démocrate pour un second mandat présidentiel en 1936, avait été rendue « sans importance face aux inégalités économiques ». Le gouvernement n'appartenait plus au peuple mais avait été pris en otage. par les &ldquoprinces privilégiés de ces nouvelles dynasties économiques, assoiffés de pouvoir.&rdquo Au plus profond de la Grande Dépression, Roosevelt a promis que son New Deal recalibrerait l'équilibre des pouvoirs entre le peuple et les "royalistes économiques". Pourtant, en conséquence, les travailleurs ont afflué vers le Parti démocrate, favorisant non seulement un glissement de terrain électoral, mais aussi une coalition politique qui a gouverné la nation pour les décennies à venir.

Jefferson Cowie enseigne à l'Université Cornell. Son livre Stayin&rsquo Alive : les années 1970 et les derniers jours de la classe ouvrière a reçu le prix Parkman du meilleur livre d'histoire américaine. Son prochain livre est La grande exception : le New Deal et les limites de la politique américaine.

Par Akhil Reed Amar

Hugo L. Black de l'Alabama, première nomination de FDR à la Cour suprême, a défini la scène judiciaire américaine pendant trois décennies et demie. Black a d'abord défini puis mis en œuvre un programme réformiste qui allait révolutionner le droit constitutionnel américain moderne. Au cours de ses 15 premières années, Black a mis la table avec de nouvelles idées et mdashoften présentées dans un premier temps dissidentes. Au cours de ses deux dernières décennies à la Cour, Black verrait son programme réformiste devenir la loi suprême du pays, passant d'opinions dissidentes à des opinions majoritaires sur les questions de droit de vote, de droit d'expression, de droit religieux, de droit de procédure pénale et de Déclaration des droits. plus généralement.

Akhil Reed Amar est professeur sterling de droit et de sciences politiques à l'Université de Yale et auteur de plusieurs livres sur la Constitution et son histoire. Son dernier livre, La loi du pays, a été libéré en avril.

Par William Chafe

La guerre froide semble inévitable, mais peu de choses le sont. Au contraire, cette route a divergé en juillet 1944, lorsque Harry S. Truman a pris la place du vice-président sortant Henry Wallace sur le ticket démocrate.

Après la Seconde Guerre mondiale, le président Roosevelt avait un plan secret sur la façon dont il arrangerait les choses avec Staline, mais il est mort avant de le partager. Truman est entré à la Maison Blanche avec presque aucune expérience en politique étrangère. Le Département d'État lui a dit que des mesures devaient être prises face à la menace russe. Le résultat fut la doctrine Truman : le bien contre le mal, le communisme contre la démocratie, la guerre froide.

Pendant ce temps, Wallace &mdash nommé secrétaire au Commerce par FDR après les élections &mdash est devenu la principale voix de la politique progressiste au sein du Cabinet. Il pensait qu'il y avait moyen de trouver un accord avec l'URSS. Lorsqu'il a prononcé un discours à cet effet, Truman l'a renvoyé du Cabinet. Quel monde différent aurait-il pu y avoir si Wallace, et non Truman, avait occupé le poste de vice-président à la mort de Franklin Roosevelt.

William Chafe est professeur émérite d'histoire à l'Université Duke, auteur de Le voyage inachevé : l'Amérique depuis 1945 (8e édition), et ancien président de l'Organisation des historiens américains.

Par Richard Stewart

La signature du Traité de l'Atlantique Nord signifiait qu'après être intervenus à deux reprises au cours des 32 dernières années pour rétablir la paix en Europe, les États-Unis s'étaient finalement engagés dans une alliance internationale en temps de paix, axée sur la prévention de la guerre en premier lieu. Cet acte a façonné notre politique étrangère, notre politique, nos dépenses militaires, notre structure militaire, notre doctrine, notre équipement et notre éthique militaire pour les années à venir. Il a eu un effet remarquable et salutaire en aidant à rassembler une Europe brisée en un groupe d'États libres et démocratiques. Aujourd'hui, c'est notre engagement continu envers l'OTAN qui empêche tout nouveau débordement du conflit alors que l'ours russe affûte ses griffes, encore une fois, cette fois sur l'Ukraine. L'OTAN a été créée à cause des guerres du 20e siècle, mais elle a maintenu la paix en Europe plus longtemps que jamais au cours des siècles précédents.

Richard W. Stewart est directeur par intérim du Center of Military History à Washington, D.C., et historien en chef de l'armée américaine. Il est également président de la Commission américaine sur l'histoire militaire, la branche américaine de la Commission internationale sur l'histoire militaire. (Ces remarques sont sa propre opinion, pas les vues de l'armée américaine, du ministère de la Défense ou du gouvernement des États-Unis.)

Par Clayborne Carson

Le 23 avril 1951, Barbara Johns, âgée de seize ans, a mené une grève de quatre cents étudiants noirs pour protester contre les installations inadéquates du lycée séparé Robert R. Moton à Farmville, en Virginie. Jurant de boycotter les cours jusqu'à ce que le conseil scolaire local entièrement blanc réponde à leurs plaintes, Johns et un autre étudiant ont écrit à un avocat de la NAACP, qui a accepté d'intenter une action en justice pour obtenir la déségrégation au lieu de simplement améliorer les installations. Cette poursuite a finalement été consolidée avec quatre affaires similaires, dont Brown c. Conseil de l'éducation de Topeka, Kansas. Johns n'est jamais devenu célèbre, mais sa protestation a suscité la décision historique de la Cour suprême de 1954 interdisant la ségrégation dans les écoles publiques.

Clayborne Carson est Martin Luther King, Jr., professeur du centenaire et directeur fondateur du Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute de l'Université de Stanford.

Par Jacqueline Jones

En septembre 1955, Mose Wright a pris la barre des témoins dans une salle d'audience du Mississippi. Se levant de sa chaise, il montra du doigt l'un des deux hommes qui avaient assassiné son fils nièce, Emmett Till. « Le voilà », a déclaré Wright, dans un acte extraordinaire de courage personnel. Les tueurs de Till&rsquos n'ont pas été condamnés en 1955, mais l'adolescent de Till&mdasha qui, selon ses tueurs, avait flirté avec une femme blanche, a tout de même changé le pays. À Chicago, la mère de Till, Mamie Bradley Till, a insisté pour qu'un cercueil soit ouvert lors des funérailles de son fils : Des magazines et des journaux ont publié la photo, signalant le pouvoir des images choquantes comme une nouvelle arme dans la lutte de plusieurs générations pour les droits des Noirs.

Jacqueline Jones est présidente du département d'histoire de l'Université du Texas à Austin et deux fois finaliste pour le prix Pulitzer d'histoire.

Par Annette Gordon-Reed

La pilule contraceptive a été l'une des réalisations les plus importantes du 20e siècle. La contraception était nouvelle : depuis les temps anciens, les femmes ont utilisé des méthodes plus ou moins fiables pour éviter de tomber enceinte. Mais la pilule, beaucoup plus efficace, a transformé la société. Les Américains ont commencé à penser différemment au sexe, à la contraception et à la capacité des femmes à contrôler leur propre corps et à participer en tant que membres véritablement égaux de la société. Le sexe découplé de la procréation, la liberté de choisir quand et si devenir mère, la capacité pour une femme de planifier sa vie sans craindre qu'une grossesse non désirée ne gêne&mdash, ont ouvert la porte à la libération des femmes.

Annette Gordon-Reed est professeur Charles Warren d'histoire juridique américaine à la faculté de droit de Harvard, professeur d'histoire à l'Université Harvard, professeur Carol K. Pforzheimer au Radcliffe Institute for Advanced Study et lauréat du prix Pulitzer d'histoire.

Par Taylor Branch

La percée des droits civiques dans les années 1960 a nécessité de galvaniser tout le pays, non seulement par des arguments rationnels, mais en brisant vraiment la résistance émotionnelle des gens et en faisant comprendre aux citoyens de tout le pays qu'ils devaient faire quelque chose. La marche des enfants était vraiment l'événement le plus responsable d'avoir incité des personnes éloignées dans le Montana et le Maine à dire : « Je dois faire quelque chose à ce sujet. » Les manifestations se sont propagées comme une traînée de poudre dans tout le pays. Cela a conduit à la marche sur Washington et cela a vraiment poussé le président Kennedy à proposer ce qui est devenu le Civil Rights Act essentiellement un mois après ces manifestations.

Je me souviens moi-même distinctement et vivement avoir vu ces images et à quel point cela m'a profondément affecté. Je pensais, &lsquo&mdash, quand je serai vieux et responsable, je ferais peut-être quelque chose pour les droits civiques,&rsquo&mdasand la prochaine chose que je sais, je vois ces petits enfants marcher à travers les tuyaux d'incendie. C'est un gros tournant émotionnel qui n'est pas encore largement analysé, en partie parce que c'est gênant pour les adultes de dire qu'il a fallu ces photos pour nous faire enfin faire quelque chose. (Comme dit à Lily Rothman)

Taylor Branch est l'auteur lauréat du prix Pulitzer du L'Amérique dans les années King livres.

Par Mary Frances Berry

La couverture médiatique internationale et télévisée du moine bouddhiste Thích Quảng Đức s'est brûlé à mort lors d'une manifestation à Saigon a changé le cours de la guerre du Vietnam et de la vie américaine. Immédiatement après, cela a provoqué l'horreur et une réévaluation de la politique, ce qui a finalement conduit à plus de troupes américaines au sol et dans les airs, mais aussi à plus de couverture médiatique dans laquelle les Américains pouvaient réellement voir la guerre. Il a encouragé l'esquive et les manifestations contre la guerre, dont certaines ont conduit à la violence. Ses effets ont également été résiduels. Cela a suscité une méfiance jusqu'à présent permanente à l'égard de notre gouvernement, qui a déclaré que nous étions en train de gagner la guerre alors que les médias ont montré que nous ne l'étions pas en réalité. Cela a provoqué une polarisation dans notre société entre ceux qui pensaient que nous devrions soutenir la guerre et ceux qui ne l'ont pas fait. De plus, la guerre contre la pauvreté a été interrompue parce que des fonds ont servi à soutenir la guerre, et elle n'a jamais été relancée.

Mary Frances Berry est professeure Geraldine R. Segal de pensée sociale américaine et professeure d'histoire à l'Université de Pennsylvanie. Elle a également été membre et présidente de la Commission américaine des droits civils et secrétaire adjointe à l'Éducation des États-Unis. Elle est ancienne présidente de l'Organisation des historiens américains et membre de la Society of American Historians.

Par Stéphanie Coontz

En 1964, peu de progrès avaient été réalisés dans le mouvement des femmes depuis qu'il avait remporté le vote en 1920. Ainsi, les partisans des droits des femmes étaient ravis cette année-là lorsque le représentant Howard Smith de Virginie a proposé un amendement d'un mot à la loi sur les droits civils, ajoutant le sexe à la liste des formes de discrimination interdites par la loi. Smith, un ségrégationniste, s'est opposé au projet de loi, mais il a fait valoir que s'il était adopté, les femmes blanches devraient bénéficier des mêmes protections étendues aux hommes et aux femmes noirs.

De nombreux législateurs espéraient, et d'autres craignaient, que l'ajout de l'égalité des sexes tuerait l'ensemble du projet de loi. Même après son adoption, le directeur de la nouvelle Commission pour l'égalité des chances dans l'emploi a refusé d'appliquer la clause sur le sexe, la qualifiant de "coup de chance" conçu hors mariage.

La fureur des femmes face à ce refus a déclenché une vague d'activisme juridique et politique qui a changé à jamais les rôles des femmes (et des hommes) au travail et à la maison.

Stephanie Coontz enseigne à l'Evergreen State College à Olympia Washington et est directrice de la recherche au Conseil des familles contemporaines. Les livres récents comprennent Le mariage, une histoire : comment l'amour a vaincu le mariage et Une étrange agitation : la mystique féminine et les femmes américaines à l'aube des années 1960.

Par H.W. Marques

La campagne de Barry Goldwater battait de l'aile une semaine avant les élections de 1964. Le candidat n'inspirait personne mais le plus vrai des croyants les habitués républicains se dirigeaient avec découragement vers les sorties. Dans un effort désespéré pour dynamiser les donateurs, la campagne a mis un inconnu politique à la télévision et mdashand Ronald Reagan a procédé à l'électrification du pays. Son allocution de 30 minutes, intitulée « L'heure du choix », a transformé l'acteur échoué en la coqueluche des conservateurs et a lancé une carrière politique qui mènerait Reagan à la Maison Blanche, raviverait le conservatisme américain et pousserait le communisme soviétique au bord de la dissolution.

H.W. Brands est titulaire de la chaire Jack S. Blanton Sr. en histoire à l'Université du Texas à Austin et est l'auteur de deux ouvrages d'histoire finalistes de Pulitzer. Il écrit aussi actuellement, sur Twitter, l'histoire des États-Unis en haïku.

Par Vicki Ruiz

Lors d'une cérémonie dramatique à la Statue de la Liberté, le président Lyndon Baines Johnson a signé la loi sur l'immigration et la nationalité de 1965, catalysant une augmentation de la diversité culturelle aux États-Unis. Dans le sillage du mouvement des droits civiques, les vieux quotas restrictifs des années 1920, qui favorisaient les Européens du Nord par rapport aux Européens du Sud, ont semblé anachroniques à de nombreux Américains. Le président John F. Kennedy a qualifié ce système de quotas de « quointtolérable ». Cinquante ans plus tard, son impact se fait sentir à tous les niveaux de la société.Aujourd'hui, plus de 40 millions de personnes nées à l'étranger vivent aux États-Unis, dont environ les trois quarts ont un statut légal. Eux et leurs enfants nés aux États-Unis représentent près de 25 % de la population américaine. &ldquoLa dame à la lumière&rdquo&mdashpour citer un réfugié cambodgien&mdash continue de briller.

Vicki L. Ruiz est professeur émérite d'histoire et d'études chicano/latino à l'Université de Californie, Irvine, et auteur de Femmes de conserverie, Vies de conserverie et Extrait de De l'ombre : les femmes mexicaines dans l'Amérique du vingtième siècle. Membre de l'Académie américaine des arts et des sciences, elle est actuellement présidente de l'American Historical Association.

Par Roxanne Dunbar-Ortiz

Alors que l'organisation de l'autodétermination au sein des communautés et des nations amérindiennes s'était poursuivie tout au long des années 1960, peu de personnes dans le grand public étaient au courant jusqu'à la saisie de novembre 1969 et l'occupation de 18 mois de l'île d'Alcatraz dans la baie de San Francisco. L'occupation a attiré l'attention des médias du monde entier. Une alliance connue sous le nom d'Indiens de toutes les tribus a été initiée par des étudiants amérindiens et des autochtones vivant dans la région de la baie. Ils ont construit un village prospère sur l'île, qui a attiré des pèlerinages autochtones de tout le continent et radicalisé des milliers de personnes, en particulier les jeunes. Les traités, l'autodétermination et la restitution des terres sont revenus à l'ordre du jour national, les occupants exigeant la mise en œuvre du droit international. Les négociations ont mis fin à l'occupation lorsque l'administration Nixon a accepté l'amnistie pour les personnes impliquées.

Roxanne Dunbar-Ortiz est l'auteur de Une histoire des peuples autochtones des États-Unis.

Par Khalil Gibran Muhammad

Pendant une grande partie du 20e siècle, les syndicats, les employeurs privés et les agences gouvernementales ont fait l'objet d'une discrimination fondée sur la race et jusqu'à ce que, par le biais de manifestations sur le lieu de travail, de manifestations publiques et de négociations politiques, les Afro-Américains aient contraint le Congrès et le président Richard Nixon à adopter des politiques d'action positive. À la fin des années 1960, le &ldquoPhiladelphia Plan,» inspiré par un ensemble d'initiatives locales dans cette ville, a fixé des critères d'embauche fédéraux pour la représentation proportionnelle des Afro-Américains dans de nombreux emplois qualifiés et de cols blancs générés par les contrats gouvernementaux. Bien que l'idée ait été contestée, en 1971, la Cour suprême a refusé d'entendre un appel, permettant ainsi à la politique de se maintenir et d'encourager la croissance de l'action positive.

Chaque sphère de la vie américaine s'est transformée en conséquence. Des salles de classe universitaires aux salles de réunion des entreprises, les Afro-Américains sont entrés dans la classe moyenne en nombre record. Les femmes blanches et les immigrants de couleur du monde entier sont également passés des marges au centre de la culture d'entreprise américaine. Et l'impact immédiat et durable de l'action positive a alimenté près de 40 ans d'opposition conservatrice et de cris de «-discrimination» qui restent au cœur de la culture politique américaine aujourd'hui.

Khalil Gibran Muhammad est directeur du Schomburg Center for Research in Black Culture à la New York Public Library. Auparavant, il a enseigné l'histoire à l'Université de l'Indiana et a été rédacteur en chef adjoint du Journal of American History.

Par Lizabeth Cohen

En juin 1978, les électeurs californiens ont adopté à une écrasante majorité la Proposition 13, limitant les impôts fonciers locaux et rendant plus difficile pour les communautés de les augmenter à l'avenir. Cette révolte fiscale du XXe siècle a ouvert les vannes à d'autres mesures anti-taxes au niveau des États et a initié un changement général dans l'opinion populaire. Cette réorientation anti-fiscale a diminué la quantité et la qualité des services publics a conduit à une augmentation des sources d'imposition alternatives et régressives telles que la taxe de vente et a encouragé de nouveaux types d'inégalités telles qu'entre les anciens et les nouveaux propriétaires, entre les résidents capables de s'offrir des services privatisés. et ceux qui ne le sont pas, et entre les communautés avec d'autres sources de revenus pour soutenir les écoles et les services et celles qui n'en ont pas. À plus grande échelle, la proposition 13 représentait une nouvelle réticence à considérer le gouvernement comme un fournisseur d'avantages positifs pour tous les membres d'une communauté et une adoption de moyens plus consuméristes et individualisés d'obtenir des services.

Lizabeth Cohen est doyenne du Radcliffe Institute for Advanced Study et Howard Mumford Jones professeur d'études américaines à l'Université Harvard.

Par Tony Horwitz

La prise de contrôle de l'ambassade américaine à Téhéran nous a mis sur la voie que nous suivons toujours au Moyen-Orient. Des militants iraniens ont retenu les Américains en otage pendant 444 jours tout en dénonçant les États-Unis et en exigeant le retour du Shah et de ses richesses. La crise a fait de l'Iran, un ancien allié, notre plus grand ennemi dans la région. Cela nous liait plus étroitement à l'Arabie saoudite et à d'autres régimes sunnites. Cela nous a conduit à renforcer le pouvoir de Saddam Hussein comme rempart contre l'Iran et nous savons comment cela s'est passé. Trente-six ans après la prise de contrôle, les Américains considèrent toujours les Iraniens comme des traîtres et considèrent les Chiérquois en général comme des extrémistes. L'impuissance des États-Unis pendant la crise des otages, y compris une tentative de sauvetage catastrophique, a également contribué à couler Jimmy Carter lors des élections de 1980. Il y a un et si intrigant : si les événements s'étaient déroulés différemment en Iran, nous n'aurions peut-être pas eu Ronald Reagan comme président.

Tony Horwitz est lauréat du prix Pulitzer et du prix William Henry Seward pour l'excellence dans la biographie de la guerre civile. Il est actuellement vice-président de la Society of American Historians.

Par Elizabeth Fenn

5 juin 1981. C'est la date à laquelle les CDC Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité (MMWR) a publié un article intitulé “Pneumocystis Pneumonie à Los Angeles. Cet essai succinct de deux pages s'est avéré être le premier compte rendu publié de l'épidémie de sida. Il décrivait Pneumocystis carinii, une infection protozoaire rare qui exploite un système immunitaire affaibli, comme elle s'est développée chez cinq hommes homosexuels. Les années qui ont suivi ont apporté des souffrances indicibles. Mais le sida a également inauguré une révolution des mentalités qui nous a permis de parler de sexualité plus franchement que jamais. En fin de compte, ironiquement, cela a permis d'ouvrir la porte au mariage homosexuel.

Elizabeth Fenn est présidente du département et professeure agrégée d'histoire à l'Université du Colorado à Boulder. Son livre Rencontres au Cœur du Monde a reçu le prix Pulitzer d'histoire 2015.

Par Akira Iriye

L'Americans With Disabilities Act a formellement reconnu le fait que les personnes handicapées, aussi bien physiquement que mentalement, font partie de la société. Vers la fin du 20e siècle, les États-Unis se sont retrouvés face à face avec le fait que ces personnes ne peuvent tout simplement pas être ignorées. C'est une observation très personnelle, car nous avons une fille qui est née avec des lésions cérébrales. Tout comme la déségrégation raciale était importante, il était important que les personnes handicapées soient reconnues comme des membres à part entière de la société. C'est une progression vers la reconnaissance de toutes les personnes de toutes les catégories. L'idée que certaines personnes sont différentes, nous sommes beaucoup plus tolérants à ce sujet, et c'est l'une des réalisations les plus importantes du 20ème siècle. (Comme dit à Lily Rothman)

Akira Iriye, historienne qui s'intéresse aux affaires mondiales et transnationales, est Charles Warren Research Professor of American History à Harvard.

Par Julian Zelizer

Lors des élections de mi-mandat de 1994, les républicains, dirigés par Newt Gingrich, ont pris le contrôle du Congrès pour la première fois depuis 1954. Gingrich et ses alliés ont mené une campagne magistrale qui tournait autour de « le contrat avec l'Amérique », dix promesses que le GOP s'est engagé à tenir s'ils prenaient le pouvoir. Leur victoire a ouvert le Parti républicain à des éléments plus conservateurs et a façonné les générations de républicains qui ont dominé Capitol Hill depuis lors, même pendant la période de contrôle démocrate. Mais le résultat de cette élection n'était pas seulement important en termes de contrôle de la majorité du Congrès, mais aussi parce qu'il a lancé une ère où le conservatisme ferait de la branche législative, plutôt que de la Maison Blanche, la base de leur pouvoir. Grâce à un contrôle législatif et à des tactiques partisanes autrefois considérées comme inadmissibles, les républicains du Congrès d'après 1994 ont rendu beaucoup plus difficile le succès des idées libérales aux États-Unis.

Julian Zelizer, professeur d'histoire et d'affaires publiques à l'Université de Princeton, est l'auteur et l'éditeur de nombreux livres sur l'histoire politique américaine. Son livre le plus récent est L'urgence féroce d'aujourd'hui : Lyndon Johnson, Congrès et la bataille pour la grande société.


Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Greg Singh » 15 févr. 2016, 00:58

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Harro » 15 Fév 2016, 01:13

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Greg Singh » 15 Fév 2016, 05:46

Je viens de trouver Schewtschenki, c'était sur la route de Zirkuny. Maintenant, sans nom, une partie de Kharkov quelque part ici : 50.017777, 36.329811, près de la station de métro Studentska. Mais celui-ci est au nord-est et non au nord-ouest de Kharkov.

La carte montre Derhachi, Zirkuny, Schewtschenki et Kharkov.

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Harro » 15 févr. 2016, 23:05

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Harro » 16 févr. 2016, 10:33

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Greg Singh » 16 févr. 2016, 11:16

Pidgorodnij - selon la carte allemande de Kharkov, oui, sur la même route, mais entre Schewtschenki et le centre-ville.
Velyka Danylivka était entre Tsyrkuny et Schewtschenki.

Ils ont donc avancé de Tsyrkuny, en passant par Velyka Danylivka, Schewtschenki, Pidgorodnij. Ensuite, ils avaient Tjurina et en gros, ils étaient dans la ville.

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Harro » 16 févr. 2016, 11:29

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Greg Singh » 16 févr. 2016, 12:39

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Harro » 23 févr. 2016, 20:07

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Harro » 24 Fév 2016, 00:37

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Harro » 24 Fév 2016, 00:40

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Greg Singh » 24 février 2016, 00:48

"Nord" Teterevino n'était qu'une seule ferme (khutor), à un endroit où un chemin de terre de Jasnaja Poljana rejoignait la route principale comme on peut le voir sur votre carte.
Une partie de forêt/marais à proximité garde toujours le nom.

Belenikhino était une gare en 1943. Elle s'est agrandie en un village - entre une voie ferrée et Ivanovka.
Ivanovka existe encore aujourd'hui.

Shilomostnoje est loin à l'est d'Ivanovka, voir la carte allemande. L'étiquette appartient au village à droite, pas à gauche.
Winogradowka est au nord d'Ivanovka. Tous ces villages existent encore aujourd'hui.

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Harro » 24 Fév 2016, 00:57

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Greg Singh » 24 Fév 2016, 01:01

Re: Leibstandarte à la gare de Viitivtsi (mars 1944)

Publier par Harro » 24 Fév 2016, 01:04

Le barrage d'artillerie s'est soudainement arrêté au bout de deux heures et lorsque la fumée s'est dissipée et que les cris de « Sanitäter ! » (les médecins) se sont intensifiés, les hommes de Knittel ont compté deux morts et vingt-huit blessés. Le bataillon n'avait même pas commencé son avance et pendant ce temps, l'opposition ennemie à laquelle le Leibstandarte faisait face est devenue de plus en plus raide : la 6e armée de la garde avait été renforcée avec des chars de la 1e armée de chars et des 2e et 5e corps de chars de la garde, plus deux divisions d'infanterie qui étaient tous placés entre le Leibstandarte et Pokrovka. Après qu'une attaque d'une vingtaine de chars T-34 ait été repoussée, le fer de lance blindé du Leibstandarte a commencé son mouvement de Yakovlevo vers le nord-est à 13h00 et après une attaque montée par les chars, les half-tracks blindés du SS-Sturmbannführer Peiper et de l'Aufklärungsabteilung l'ennemi a été chassé du nord de Luchki à 16h00. À la poursuite des défenseurs en fuite, le « gepanzerte Gruppe » du Leibstandarte a poursuivi sa poussée et dans la soirée, il a attaqué et capturé la ferme Teterevino, un grand « Khutir » (ferme) à l'ouest de Yasnaya Polyana à ne pas confondre avec le village de Teterevino situé à douze kilomètres au sud. Le peloton du SS-Untersturmführer Katzenbeißer de la 2. (VW) Kompanie a nettoyé les bois environnants tandis que le «gepanzerte Gruppe» s'est arrêté pour se regrouper. Selon sa recommandation pour la croix allemande en or, Knittel a décidé de déménager à Kalinin, un « Kolkhoze » (ferme collective) près de la gare de Belenikhino :

« Après l'attaque d'un groupe blindé sur Teterevino [Knittel] s'est déplacé vers le sud-est de sa propre initiative pour établir le contact avec nos voisins à notre droite (Panzergruppe de la SS-Div. « Das Reich ») à Kalinin. Bien que les halftracks blindés aient reçu des tirs antichars nourris, Knittel a poursuivi l'attaque à la tête de son bataillon, a dépassé deux positions antichars, a fait irruption dans les lignes ennemies et a éliminé une menace dangereuse pour [notre] flanc.


LA TENSION

Cache-cache! Le SGT Paul Mascall, le T/SGT George Sintetos et le PFC Albert Flagler, 37e Division, recherchent des tireurs d'élite japonais le 8 mars 1944 alors que les Japonais contre-attaquent le périmètre du cap Torokina du XIVe Corps de l'armée américaine. (Collection de photographies du Corps des transmissions de la Seconde Guerre mondiale.)

J'ai une idée? Le PFC Emil Raths utilise son lance-flammes pour détruire une casemate japonaise tandis que deux autres soldats assurent un tir de couverture alors que la 37e division tient la ligne contre l'assaut japonais sur le périmètre du cap Torokina, en mars 1944. (Collection de photographies du Corps des transmissions de la Seconde Guerre mondiale.)

La situation. Carte du périmètre du cap Torokina du XIVe Corps le 8 mars 1944. (Carte de l'armée américaine.)

Carte des îles Salomon. (Carte de l'armée américaine.)

Chasseur d'acier ! Des soldats du XIVe corps de l'armée américaine soutenus par un char M4 Sherman contre-attaquent l'assaut japonais sur le périmètre du cap Torokina, en mars 1944. (Collection de photographies du Corps des transmissions de la Seconde Guerre mondiale.)

L Histoire vivante :

WASHINGTON, 8 mars 2009 -- Le commandement allié de la zone du Pacifique Sud-Ouest a stoppé l'avancée japonaise à Guadalcanal en 1942 et a commencé à les chasser des Îles Salomon. L'année suivante, il ordonna à la 3e division des Marines des États-Unis, soutenue par la 37e division d'infanterie de l'armée américaine, de mener une opération d'entrée par la force amphibie au cap Torokina sur la baie Empress Augusta, Bougainville, dans les Salomon, le 1er novembre 1943. Contrairement à Guadalcanal et en Nouvelle-Géorgie, le plan tactique limité pour Bougainville prévoyait que les forces américaines sécurisent et tiennent un petit terrain (six milles carrés) pour permettre la construction de trois aérodromes stratégiques. De là, un bombardement continu de la principale forteresse japonaise terrestre, aérienne et maritime à Rabaul, en Nouvelle-Bretagne, à 250 milles de distance, pourrait être mené. Bougainville était une île montagneuse fétide, couverte de jungle, de 125 milles de long sur 48 milles de large. Ses six aérodromes ennemis étaient défendus par environ 40 000 soldats japonais de la 17e armée.

Le débarquement initial de la 3e division des Marines des États-Unis a rencontré une résistance limitée et, à la fin de la journée, une solide tête de pont avait été sécurisée. Au cours des jours suivants, la tête de pont a été agrandie et, le 8 novembre 1943, des éléments de la 37e division d'infanterie de l'armée américaine ont commencé à débarquer et à sécuriser la partie ouest de la tête de pont avec les Marines à l'est. Le 15 décembre 1943, la tête de pont mesurait environ sept milles de large dans la baie et le périmètre avait été étendu à une profondeur d'environ cinq milles à l'intérieur des terres, en formant un demi-cercle sur environ 13 milles. Le commandement de l'opération reposait sur le général de division Oscar W Griswold, commandant le XIVe corps d'armée. À la mi-janvier 1944, tous les éléments de la division américaine de l'armée avaient été débarqués et avaient relevé toutes les unités de marines américaines restantes sur le périmètre. La défense de l'emplacement du cap Torokina était maintenant totalement une opération de l'armée avec la 37e division d'infanterie défendant la moitié ouest du périmètre et la division américaine défendant la moitié est.

Dès les premiers débarquements américains le 1er novembre, les Japonais se préparaient à mener une bataille amère, sanglante et coûteuse à travers l'île. Cependant, à la mi-janvier 1944, il devint évident pour le général Harukichi Hyakutake, commandant la 17e armée japonaise, que les Américains ne mèneraient pas d'opérations offensives mais se concentreraient sur la défense de leur petit camp avec leurs aérodromes pleinement opérationnels. Sous la pression du haut commandement japonais, le général Hyakutake s'est préparé à des opérations offensives contre le périmètre de l'armée américaine, sous le nom de code « Opération TA ». Le plan prévoyait 15 000 Japonais pour attaquer le mince périmètre défensif détenu par les Américains. Trois attaques distinctes ont été planifiées, commençant le 8 mars 1944, avec la plus grande attaque dirigée contre le secteur d'extrême droite du périmètre de la 37e division d'infanterie, centrée sur un élément clé du terrain connu sous le nom de colline 700. Le deuxième volet de l'attaque japonaise était de frapper le centre du secteur de la division américaine, et le troisième volet était d'attaquer le centre du secteur de la 37e division. Le général Hyakutake était si confiant dans la victoire qu'il prévoyait d'organiser une cérémonie pour la reddition inconditionnelle des Américains, pour inclure l'endroit exact où le général Griswold se tiendrait pour « rendre son épée ».

A 06h30 le 8 mars 1944, les Japonais ont lancé l'attaque avec un barrage d'artillerie sur le secteur du 145e Régiment. Tout au long de la journée, des tirs d'artillerie ont continué à pleuvoir sur les trois aérodromes américains et à l'appui des sondes japonaises des positions de la 37e division d'infanterie. Aux premières heures du matin du 9 mars, sous une pluie battante et dans l'obscurité, les Japonais attaquèrent fanatiquement les lignes de la 37e division d'infanterie, massant jusqu'à un bataillon contre un front de peloton. Les soldats du 2e bataillon du 145e d'infanterie ont refusé de céder et ont vécu ou sont morts sur place. Le combat rapproché était vicieux et désespéré et s'est déroulé avec des mortiers, des fusils automatiques Browning, des fusils, des grenades à main et des couteaux. L'assaut japonais a éliminé un point fort américain après l'autre. La ligne a bouclé mais n'a jamais cédé. Au matin, les Japonais contrôlaient le terrain clé de la cote 700. La 37e division d'infanterie engagea sa réserve pour une contre-attaque et les observateurs avancés dirent à leur artillerie de soutien de tirer le plus près possible de leurs positions. Le soir du 10, la ligne principale de résistance avait été rétablie à l'exception d'un écart de 30 à 40 mètres. Aux petites heures du matin du 11, des unités de la 6e division japonaise ont ré-attaqué avec défi la cote 700 par vagues frénétiques. Les soldats de la 37e division d'infanterie ont tenu bon et ont annihilé l'assaut japonais. Au cours des seize jours suivants, les volets droit et gauche de l'attaque japonaise ont été détruits de manière décisive par la division américaine et le reste de la 37e division d'infanterie.Au cours de cette lutte de dix-neuf jours, le XIVe Corps a perdu 263 soldats tués au combat tout en tuant environ 6 354 Japonais. Selon les mots du major-général Robert Beightler, commandant la 37e division d'infanterie, les soldats américains de Bougainville avaient « dépisté, manœuvré, combattu et surtout survécu au meilleur que les Japonais avaient pu affronter. eux."

(Rapport du colonel James G. Pierce, Army Heritage and Education Center.)


La mort noire

Source : https://www.livescience.com/2497-black-death-changed-world.html

La peste noire, également connue sous le nom de peste bubonique, a gagné son nom en se propageant à travers l'Europe et en laissant des milliers de cadavres dans son sillage. À la fin, 75 millions de personnes seraient décédées. Par la suite, avec une pénurie humaine en Europe, les serfs pouvaient désormais choisir pour qui travailler, ce qui se traduisait par de meilleures conditions pour eux et leurs familles. Les gens étaient beaucoup plus amers envers l'Église catholique, et l'antisémitisme s'est développé, beaucoup affirmant que les Juifs l'avaient commencé en premier lieu.


Facebook

Jim et Rae Tod étaient les parents de quatre enfants, dont trois vivaient jusqu'à être des adultes mariés. Ces quatre enfants étaient les petits-enfants de William John et Margaret (Saunders) Tod et Horace G. et Mabel (Warren) Adams.

L'aînée de leurs enfants était Rae Antoinette Tod, née le 27 mars 1914 au Tod Ranch à Maple Hill, au Kansas. Elle a connu une enfance idéale au Tod Ranch, où elle était la prunelle des yeux de son grand-père Tod. Des lettres de Harry Fine, un invité du ranch, racontent comment W. J. Tod l'a transportée sur son cheval et lui a acheté un poney à monter alors qu'elle n'avait que deux ans.
Je n'ai trouvé aucune mention de Rae Tod fréquentant des classes d'école primaire à Maple Hill. Bien que je n'aie aucune preuve, je me suis toujours demandé si sa grand-mère paternelle, Margaret (Saunders) Tod n'était pas son premier professeur. Margaret Tod était la directrice de l'une des écoles de filles les plus importantes d'Édimbourg, en Écosse, avant d'épouser W. J. Tod et de venir à Maple Hill. Si seulement je savais.

Je sais que Rae Tod était inscrite à la Bethany Girl's School, qui faisait partie du College of the Sisters of Bethany à Topeka, Kansas. Il s'agissait d'une institution épiscopale d'apprentissage qui existait de 1861 à 1928. Les filles étaient pensionnées à l'école de la sixième année au lycée et à un moment donné, il y avait aussi un collège qui offrait des baccalauréats en éducation.
Après l'obtention de son diplôme, Rae Tod a fréquenté le Monticello College, à Alton, dans l'Illinois. Monticello était un collège très exclusif pour les jeunes femmes, qui avait été fondé et financé par le capitaine Benjamin Godfrey et ouvert en 1834. Godfrey est célèbre pour l'énoncé de mission de Monticello : « Éduquez un homme et vous éduquez l'individu. Éduquez une femme et vous éduquez une famille. Monticello est encore aujourd'hui une petite école d'arts libéraux. Rae A. Tod a épousé Doral Howard Hawks le 1er mars 1939 à Topeka, Kansas. Doral H. Hawks était le fils de Howard Z. et Cleva Mary (Benton) Hawks. Je laisserai cet article de 1956 intitulé « Builders of Topeka » raconter le reste de son histoire dans la section photo ci-dessous.

J'ai rendu visite à quelques reprises à Rae (Tod) Hawks à propos de l'histoire de la famille Tod dans les années 1970. Elle avait une grande compréhension de l'histoire de la famille et de l'importance de son grand-père Tod et Adam pour le développement de l'industrie de l'élevage au Kansas et en Amérique. J'aurais aimé pouvoir lui rendre visite en personne et voir certains des documents qu'elle avait rassemblés.

Comme indiqué dans l'article sur Doral H. Hawks, lui et Rae (Tod) Hawks étaient les parents de trois enfants : Rae Antoinette Tod et Nan Benton Hawks. Tous les trois vivent aujourd'hui, mais aucun dans l'État du Kansas.

Vous trouverez ci-dessous une copie de l'avis de décès de Rae Antoinette Hawks :
Les services commémoratifs auront lieu samedi à midi à la cathédrale épiscopale Grace pour Mme Rae Antoinette Hawks, 67 ans, 2612 W. 8th, Topeka, décédée mercredi dans un hôpital de Topeka.

Elle est née le 27 mars 1914 à Maple Hill, fille de James et Rae (Adams) Tod. Elle était la petite-fille de W. J. Tod et H. G. Adams, pionniers des éleveurs et éleveurs du comté de Wabaunsee. Elle a fréquenté la Bethany Girls School, Topeka, et est diplômée du Monticello College à Alton, Il. Elle a également fréquenté le Washburn College, Topeka.

Mme Hawks était membre de la cathédrale épiscopale Grace.
Elle s'est mariée à Doral H. Hawks le 1er mars 1939 à Topeka. Il survit. Les autres survivants comprennent deux filles, Mme Rae A. Winter et Mme Nan B. Berkholtz, toutes deux de Topeka, un fils Tod H. Hawks, Topeka deux frères, Jack Tod Phoenix, Arizona et James Tod, Greer, Arizona et quatre petits-enfants. .
Mme Hawks a été incinérée. Inurement sera avec ses parents et ses grands-parents au cimetière Old Stone Church, à Maple Hill, au Kansas. Des contributions commémoratives peuvent être faites à la Kansas Lung Association. Penwell Gable Funeral Home se charge des arrangements.

Le prochain enfant survivant le plus âgé de James et Rae (Adams) Tod est
James William Tod, né le 25 novembre 1925 à l'hôpital Stormont Vail, Topeka, Kansas. Il a déménagé à Phoenix, Arizona avec ses parents avant 1940 et a fréquenté le lycée North High School, Phoenix, AZ. Il était connu sous le nom de Jim Tod et était très actif dans la musique, le théâtre et le gouvernement scolaire. Il était premier lieutenant dans le club ROTC de NPH.

Il s'est marié en 1952 et lui et sa femme Martha Ann Tod étaient actifs dans de nombreuses activités commerciales et éducatives. M. Tod était propriétaire et exploitant de Tod Liquor Store au 3827 N. 7th, à Phoenix. Mme Tod est née le 20 novembre 1927 à Nogales, en Arizona. Mme Tod a fréquenté l'école secondaire Nogales où elle était membre de la National Honor Society. Elle est diplômée de l'Université de l'Arizona avec un diplôme en enseignement des sciences. Elle a terminé des études supérieures à l'Arizona State University et à la Northern Arizona State University.

Mme Tod était une éducatrice bien connue et talentueuse et a enseigné à Phoenix, Paradise Valley et Springerville, en Arizona, au cours de sa longue carrière.

Jim et Martha Ann Tod étaient les parents de cinq fils : James William Tod, III en 1953, William John Tod en 1955, Robert T. Tod en 1957, John M. Tod en 1959 et Gerald J. Tod en 1960. écrit, je crois que tous vivent en Arizona.

Jim et Martha Tod étaient également impliqués dans l'industrie touristique de l'Arizona. Ensemble, ils ont construit Antler Ridge, une série de maisons d'hôtes, qu'ils ont exploitées ensemble pendant 21 ans.

Jim Tod a 91 ans et vit à Phoenix, en Arizona. Martha Ann Tod est décédée le 1er mars 2012. Les services ont eu lieu à la Valley View Bible Church à Paradise Valley, en Arizona.

Le troisième et dernier enfant de James W. et Mabel Rae (Adams) Tod était John Horace Tod, né le 27 juin 1927 à l'hôpital Stormont Vail, Topeka, Kansas. M. Tod a toujours été connu sous le nom de « Jack » Tod et n'a jamais utilisé le nom de John Horace. Il utilisait parfois l'initiale du deuxième prénom "H".

Il a fréquenté des écoles au Kansas et en Arizona et est diplômé de la North High School de Phoenix, en Arizona. Il a participé à de nombreuses activités scolaires et au club ROTC de North High School. Il était diplômé de l'Université de l'Arizona, avec un diplôme en génie électrique.

Jack Tod était marié à Susan Caroline James dans le conservatoire de la maison de ses parents à Tuscon, en Arizona. "Caroline" James était la fille de Robert Guy et Elma Sue (Cole) James. M. James était un courtier en valeurs mobilières de premier plan et un leader civique à Tuscon. Jack et Caroline Tod viennent tous les deux d'obtenir leur diplôme de l'Université de l'Arizona.

M. Tod a été ingénieur électricien et a mené des recherches dans les laboratoires Motorola à Phoenix pendant de nombreuses années. Si des enfants sont nés de leur union, je n'ai pu trouver aucune trace.
Dans la seconde moitié de sa vie, M. Tod est devenu l'une des principales autorités en matière d'histoire et de fabrication d'isolateurs électriques en verre et en céramique. Voici un article que j'ai trouvé sur son travail :
« Jack est décédé le 8 septembre 1990. Il travaillait pour Motorola Research Labs à Phoenix, en Arizona, après avoir obtenu un diplôme en génie électrique. Jack était également un important marchand de pièces de monnaie aux États-Unis et avait apparemment beaucoup de succès. Dans les années 1960, il a pris sa retraite de Motorola après avoir vendu son entreprise de pièces de monnaie. Il s'intéressait également beaucoup à la culture indienne locale et montrait souvent des techniques de tissage de paniers.

Jack s'est intéressé aux isolateurs en porcelaine vers le milieu des années 1960. Il était très curieux et a commencé à rechercher des fabricants d'isolateurs. Il a fait de nombreux voyages vers l'Est sur d'anciens sites d'usines pour chercher des éclats d'isolant et faire des recherches dans les bibliothèques et les musées de la région. Il a visité et correspondu avec les responsables de tous les principaux fabricants d'isolateurs à l'époque et ils l'ont énormément aidé avec ce qu'ils pouvaient trouver dans les anciens fichiers.
Le premier livre de Jack, Porcelain insulators Guide Book for Collectors, a été publié en 1971. Il présentait un système d'identification et de catalogage des isolateurs à broches Unipart à l'aide de numéros U. Le livre contenait des dessins à l'échelle, réalisés par Jack lui-même, de plus de 900 styles d'isolateurs, ainsi que l'historique de tous les fabricants et les marquages ​​qu'ils utilisaient sur les isolateurs. En 1976, il publie la 2e édition du livre et, en 1988, la 3e édition avec un matériel plus mis à jour.

En 1977, le point culminant d'années de recherche et d'examen des anciens sites d'usines d'isolants, Jack a publié son deuxième livre, L'histoire de l'industrie de la porcelaine électrique aux États-Unis. La curiosité de Jack l'a amené à acquérir une énorme quantité d'informations qui se sont rapidement perdues dans le temps. Ses propres mots décrivent pourquoi il a écrit le livre :
« Ce livre est également né de la peur – une peur que la grande quantité de données que j'ai accumulées ne soit accidentellement perdue pour de futurs historiens. Je pourrais mourir, ou la maison contenant les dossiers pourrait brûler ! Il est donc devenu primordial de cesser d'être curieux assez longtemps pour tirer un trait sur la recherche et publier les informations clés déjà disponibles.

En 1985, il a également publié un livre sur les brevets les plus importants liés aux isolants : Insulator Patents 1880 – 1960. Il s'agit d'une publication de l'ensemble de son dossier personnel couvrant 695 brevets d'isolateurs. Elton Gish a repris la recherche sur les brevets de Jack et l'a étendue à plus de 2400 brevets.

Jack a commencé à éditer la rubrique Porcelain Insulator News en novembre 1971, qui paraissait régulièrement dans le magazine de loisirs, Crown Jewels of the Wire. Il a continué comme rédacteur en chef jusqu'à ce que sa dernière chronique paraisse dans le numéro de juin 1984.

Jack a aidé Marilyn Albers avec ses livres sur les isolateurs en porcelaine Woldwide en réalisant tous les dessins à l'échelle et en présentant le diagramme en U pour les isolateurs en porcelaine étrangers. Dans son annonce de la nouvelle charte de verre étrangère intitulée Glass Insulators from Outside North America, Marilyn a écrit : « Sans les beaux dessins de Jack Tod, il n'y aurait pas eu de charte de conception du tout, je lui suis donc très redevable pour son aide.

Lorsque Jack et Marilyn ont dévoilé leur livre Worldwide Porcelain Insulators – 1986 Supplement, Marilyn a également écrit : « Maintenant, vous pourrez voir un total de 230 dessins à l'échelle d'isolateurs en verre étrangers, magnifiquement réalisés par Jack, ainsi que des marquages ​​tracés représentatifs. »

Jack a également servi la NIA en tant que président du comité des statuts de 1976 à 1984.

Il a été dûment reconnu pour ses contributions, ayant reçu le NIA Outstanding Service Award en 1979 et, avec son épouse Caroline, la plus haute distinction de la NIA, l'adhésion à vie, en 1984. »

John Horace « Jack » Tod est décédé le 8 septembre 1990 et son épouse, Susan Caroline (James) Tod est décédée le 20 juin 1996 à Wickenburg, en Arizona.

Dans le prochain article, j'écrirai sur Helen Olney Adams, le quatrième enfant d'Horace Greeley et Mabel Gertrude (Warren) Adams.

Photo 1 - Informations sur Doral H. Hawks
Photo 2 - Photo de Doral H. Hawks
Photo trois - Photographie de Jack H. et James W. Tod du Phoenix North High School Yearbook - 1944
Photo quatre - Photographie de Martha Ann Tod

Maple Hill, Kansas : son histoire, ses personnages, ses légendes et ses photographies

Épaves de train de Maple Hill – 1900 à 1902

Ted Hammarlund parcourait récemment des photographies de famille et en a rencontré deux qui représentent des épaves de train près de Maple Hill. J'ai facilement trouvé un article de journal sur l'épave du train du 12 novembre 1900, mais après avoir parcouru tous les journaux locaux pour 1902, semaine après semaine, je n'ai pas pu trouver d'article sur une épave se produisant près de Maple Hill.

Je ne considère pas la recherche comme une perte de temps, car elle me permet d'obtenir une « image » de ce qui se passait à Maple Hill en 1902. C'était très intéressant et fera sans doute l'objet d'articles futurs sur le Maple Hill. page.

Il était intéressant de lire le grand nombre d'épaves de trains à travers l'Amérique (et à l'étranger) qui ont été signalées dans les pages de l'Alma Enterprise et de l'Alma Signal. En 1900 et 1902, il y a eu des centaines de déraillements de train qui ont tué des centaines de personnes et des milliers de bovins, de moutons, de chevaux et de porcs. Il était évident pour moi que voyager en train n'était pas aussi sûr que je l'avais pensé à ce moment-là. Comme on pouvait s'y attendre, la plupart des accidents ont été causés par une erreur humaine suivie de près par une défaillance mécanique et matérielle. Il était également facile de déterminer que la conduite dans le moteur et le fourgon de queue étaient les deux endroits les plus dangereux. La plupart des décès sont survenus dans ces deux emplacements de train.

La première photographie a été prise suite à un naufrage le 2 novembre 1900. Voici l'article :

« Lundi 2 novembre à 8h15 alors que le fret local, en direction est, le train numéro 32, tiré par le moteur 456, était en train de changer, un extra en direction est tiré par le moteur 469, prévu pour rouler à 46 milles à l'heure, mais fonctionnant à la vitesse de dix milles à l'heure, a heurté le fourgon de queue qui, avec un ar plat et trois wagons couverts, se trouvait dans une courbe à un quart de mille à l'ouest de Maple Hill. L'un des équipiers du #32 avait reculé de la distance requise et signalé le surcroît mais les freins de ce dernier ne fonctionnaient pas.

À une courte distance du 32, le mécanicien a renversé son moteur, puis lui et le pompier ont sauté. Mme Lou Coleman de Maple Hill et le conducteur du #32 étaient les seuls occupants du fourgon de queue et ils se sont échappés juste à temps.

Lorsque l'accident s'est produit, l'attelage entre le wagon plat et les wagons couverts a été éjecté et les trois wagons couverts ont été abattus sur la voie, tandis que le fourgon de queue et le wagon plat ont été complètement démolis. Le moteur a sauté la trace et a été gravement détruit, un côté de l'annexe est resté sur les traverses, mais après des efforts répétés pour le remettre sur la voie, il a dû être retourné dans le fossé.

Le train de travaux de Topeka en charge du roadmaster Sullivan, est arrivé sur les lieux à midi et à 13h15 la voie était dégagée et prête à la circulation. À 21h00, les restes des fourgons de queue et des wagons plats ont été brûlés par les mains du chemin de fer tandis que le moteur a été hissé sur des wagons plats par une grue et remorqué le lendemain.

Heureusement que personne n'a été blessé dans l'accident. Le fret local #32 était en charge de l'ingénieur Jack Slater et du chef d'orchestre Frank Enerton, tandis que le figurant était en charge de l'ingénieur Buskirk et du chef d'orchestre Vanscoy.

Ted a déclaré qu'au dos de la photographie, il était écrit : « À l'ouest de Maple Hill en direction de la ferme McClelland. Joe Romick et Ed Chapman.

La deuxième photographie a ce qui suit écrit sur le dos :

« 1902 – À l'est de Maple Hill, près du pont Mill Creek. » D'après la photographie, il semblerait que le naufrage se soit produit pendant l'été car il y a des feuilles sur les arbres. L'épave se trouve près du pont qui traverse Mill Creek, à ou près de la jonction des routes Maple Hill/Willard et Bouchey. Je n'ai pas pu trouver d'autres informations.

Merci à Ted Hammarlund d'avoir fourni les photos et les légendes.

Photo 1 - L'épave du train 1900

Photo 2 - L'épave du train de 1902

Maple Hill, Kansas : son histoire, ses personnages, ses légendes et ses photographies

Se souvenir et honorer le lieutenant-colonel Mabel Hammarlund de Maple Hill lors du Memorial Day 2021

Ce week-end prochain sera la célébration fédérale du Memorial Day où tous ceux qui ont servi dans les forces armées des États-Unis seront remerciés et honorés par des millions d'Américains. L'un de ceux qui seront honorés à l'église Old Stone est né à Maple Hill, au Kansas, a grandi dans une ferme à quatre milles à l'ouest de la ville, a fait ses études au Thayer School District #57 et au Maple Hill High School, était une infirmière de longue date. , et a servi dans l'armée des États-Unis la majeure partie de sa carrière. Je parle du lieutenant-colonel (à la retraite) Mabel Hammarland.

Mabel était la fille d'Oscar Theodore et Lillie Belle (Miller) Hammarlund et était le sixième de huit enfants, nés le 2 novembre 1910. Les frères et sœurs de Mabel étaient Cecilia née en 1901, Easter née en 1902, Charles Arthur Nels né en 1903, Ella Elna née en 1906, Milton Oscar né en 1908, Robert Everett né en 1913 et Henry Howard né en 1919. Cecilia et Easter Hammarlund sont morts en bas âge et sont enterrés dans la parcelle familiale de l'église Old Stone.
J'écrirai un deuxième article sur la famille Hammarlund, mais le but de cet article est de se concentrer sur Mabel, sa carrière et sa vie distinguées.

Mabel Hammarlund est née le 2 novembre 1910 à Warren/Crouch Farm, à cinq kilomètres à l'ouest de Maple Hill, au Kansas. Ses parents étaient Oscar Theodore et Lillie Belle (Miller) Hammarlund. Au moment de sa naissance, la famille vivait dans ce qui était autrefois le presbytère de l'église congrégationaliste Eliot (Old Stone Church) qui était située de l'autre côté de la route au nord de la maison en pierre W. W. Cocks/Grant Romig. La maison a brûlé en 1924, lorsque la famille William Mitchell y habitait. Oscar cultivait pour les familles Warren et Crouch et était également l'homme d'entretien des routes pour la route Vera-Maple Hill. En 1921, Oscar et Lillie Hammarlund ont déménagé à 2,5 km à l'ouest et ont loué la ferme Albert et Ellen (Cheney) Thayer de 320 acres. La famille Hammarlund resterait sur cette ferme pendant plus de quatre décennies.

Mabel et ses frères et sœurs étaient comme les autres enfants de la ferme, aidant leurs parents dans les tâches et les responsabilités liées à la gestion d'une grande ferme. Sa sœur aînée Ella et Mabel aidaient leur mère dans les tâches ménagères, la cuisine, la lessive, le repassage, le ménage et d'autres tâches. Comme ses frères et sœurs, Mabel a commencé l'école en descendant la route de Vera vers le sud et en fréquentant le Thayer School District #57, sur les rives de Mill Creek. Le bâtiment de l'école existe toujours mais a été largement rénové, agrandi et fait partie du ranch d'Imthurn. Oscar T. Hammarlund a été membre du conseil scolaire du district 57 de 1910 à 1925 et a été président du conseil plusieurs années. Mlle Annie Crouch, surintendante des écoles du comté de Wabaunsee a souvent félicité le district #57 pour l'entretien de son bâtiment scolaire et la fourniture d'une grange, de deux toilettes extérieures et d'équipements de jeu.
Mabel est allée à l'école de la ville, la Maple Hill High School, où elle a obtenu son diplôme avec distinction en 1928. Comme de nombreux étudiants ruraux, Mabel a été pensionnaire à l'hôtel Clements sur la rue Main de Maple Hill pendant ses études secondaires.Selon un article de Maple Hill News en 1928, Mabel travaillait le samedi et le soir comme commis au magasin général de Frank Steven.

Je n'ai pas pu apprendre ce que Mabel faisait entre 1928 et 1930, mais en septembre 1930, elle s'est inscrite à la Christ's Hospital School of Nursing de Topeka, Kansas, où elle a suivi un cours de trois ans et a obtenu son diplôme, encore une fois avec les honneurs, comme une infirmière autorisée. Selon son neveu, le Dr Marion Hammarlund (maintenant âgée de 92 ans), elle a travaillé plusieurs années au service de santé publique de Topeka après l'obtention de son diplôme. Il a dit que la famille s'inquiétait toujours pour elle parce qu'elle devait sortir et rendre visite aux familles lorsqu'il y avait une maladie et décider si elles devaient ou non être mises en quarantaine. Elle a ensuite travaillé pour l'hôpital Genn de Wamego, au Kansas. Le Dr Hammarlund a dit qu'elle l'emmènerait lui et ses cousins ​​travailler avec elle comme un cadeau spécial. Il se souvint qu'elle leur donnerait une bouteille de boisson gazeuse dans la voiture pour les divertir. Lorsqu'ils traversaient une voie ferrée, Mabel leur faisait mettre leur bouteille de boisson gazeuse entre leurs genoux pour qu'ils ne puissent pas se casser les dents. Pendant que Mabel travaillait à Genn, elle a payé pour que le Dr Hammarlund et ses cousins ​​se fassent enlever les amygdales. Elle croyait que les amygdales étaient la cause de beaucoup de maladies. Marion a beaucoup de bons souvenirs de sa tante Mabel.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Mabel a décidé de s'enrôler comme sous-lieutenant dans l'Army Nurse Corps. Quiconque avait terminé avec succès un cours d'infirmière autorisée dans un établissement agréé était automatiquement enrôlé en tant qu'officier. Le dossier de service officiel de Mabel fait plus de 20 pages, mais il suffit de dire qu'elle a été stationnée dans de nombreux endroits pendant la guerre et après, servant d'infirmière dans divers hôpitaux. Dans un article que j'ai lu, il est dit que lorsque les Japonais ont attaqué Pearl Harbor en 1941, il y avait 5 300 infirmières dans le Corps et lorsque la guerre s'est terminée en 1945, il y en avait 55 000. Aucune infirmière n'a jamais été enrôlée, mais toutes se sont portées volontaires. Plus tard, lorsque Mabel était administratrice dans l'Army Nurse Corps, elle était toujours intéressée par le recrutement d'infirmières, s'assurant qu'elles étaient payées de manière appropriée et que le Congrès adoptait des lois garantissant que les infirmières pouvaient être promues à des grades toujours plus élevés, comme cela était mérité. Il existe plusieurs articles de journaux et de magazines à ce sujet.

Après la fin de la guerre, Mabel a dû décider qu'elle allait faire carrière dans l'infirmière militaire, car elle a commencé à structurer son mandat de telle sorte qu'elle est devenue administratrice infirmière plutôt qu'infirmière clinicienne. Mabel a été affectée à plusieurs postes au cours des 10 années suivantes, au cours desquelles elle s'est occupée de tâches administratives et a progressé en grade de sous-lieutenant à lieutenant, puis capitaine, major et enfin lieutenant Coronel. Elle a été nommée lieutenant-coronel en 1958 alors qu'elle servait comme infirmière des forces spéciales de l'armée à Fort. Capuche au Texas. Sa promotion suivante l'a amenée au sommet de sa carrière lorsqu'elle a été nommée Army Nurse Corp, quatrième infirmière en chef de l'armée, avec la responsabilité de la plupart des soins infirmiers dans la moitié sud des États-Unis. Sa dernière affectation l'a emmenée en Europe où elle était l'Army Nurse Corp, l'infirmière en chef du théâtre européen, en charge de toutes les infirmières de l'armée en Europe. Le Congrès n'avait pas encore permis aux femmes d'avoir le grade de général dans la Nursing Corp. Mabel faisait donc partie des 8 femmes qui détenaient le grade de lieutenant-colonel. Mabel a pris sa retraite le 31 décembre 1963 après avoir purgé 21 ans.

Le 18 septembre 1963, le président John F. Kennedy ordonna et le Congrès approuva l'attribution de la Légion du Mérite au lieutenant-colonel Mabel Hammarlund pour les services exceptionnels rendus au gouvernement des États-Unis d'août 1955 à décembre 1963, reflétant son service pendant la Seconde Guerre mondiale et en Corée. La Légion du Mérite était à cette époque la plus haute distinction qui pouvait être décernée à une femme militaire en vie. Il y avait des infirmières qui ont été tuées au combat et ont reçu le Purple Heart et la Congressional Medal of Honor.

Je ne connais aucun autre militaire de Maple Hill, au Kansas, qui a reçu un prix de la Légion du mérite.

Après sa retraite, Mabel est retournée à Topeka, au Kansas, où elle a acheté une maison et y a déménagé ses parents pour vivre avec elle. Mabel n'avait cependant pas fini d'allaiter. En 1964, elle est devenue membre de la School Nursing Corp du Topeka Unified School District et a servi jusqu'à sa retraite en 1974, complétant une superbe carrière de près de 40 ans dans le domaine de la santé.

Je me considérerais comme une connaissance de Mabel, mais ceux d'entre nous qui l'ont connue se souviendront d'elle comme d'une dame plutôt calme, modeste, souvent sociable, attentive à la famille, gracieuse. Son père, Oscar Hammarlund, est décédé en 1963 après que lui et sa femme Lillie eurent célébré leur 60e anniversaire de mariage en 1960. Lillie Hammarlund est décédée en 1981 à l'âge de 101 ans. Tous deux sont enterrés au cimetière de Maple Hill à l'église Old Stone. Mabel Hammarlund est décédée un an avant sa mère, le 8 août 1980. Tous sont enterrés à Hammarland Plot à la Old Stone Church. Mabel a une pierre tombale militaire en marbre comme elle l'aurait voulu.

Bien que Mabel soit décédée depuis plus de 40 ans, il est important en ce jour commémoratif que nous nous arrêtions pour nous souvenir de sa contribution aux soins infirmiers, à l'Army Nurse Corp et aux États-Unis d'Amérique. Merci Mabel et repose en paix !!

1. La famille Hammarlund, cette photo a été prise à l'occasion du 50e anniversaire de mariage d'Oscar et Lillie en 1950. Oscar et Lillie Belle (Miller) Hammarlund sont assis devant. Debout derrière eux, de gauche à droite, Ella et Mabel Hammarlund. Debout dans la troisième rangée de gauche à droite se trouvent Oscar Milton, Charles Arthur, Robert Everett et Howard Henry Hammarlund.

2. La maison en pierre d'Albert Thayer, construite en 1874 à quatre milles à l'ouest de Maple Hill. Les Hammarlund vivaient dans cette maison et louèrent la ferme de 1921 jusqu'à ce qu'ils déménagent à Topeka en 1963.

3. École d'infirmières du Christ, Topeka, Kansas. C'est là que Mabel Hammarlund a suivi une formation d'infirmière et a vécu de 1930 à 1933.

4. Hôpital Genn, Wamego, Kansas. Mabel Hammarlund a travaillé comme infirmière autorisée à l'hôpital de Genn à la fin des années 1930.

5. - 11. Ce sont toutes des photographies de Mabel Hammarlund prises au cours de sa carrière dans l'Army Nurse Corp.

12. Cette photographie est celle des infirmières scolaires du district scolaire unifié de Topeka. Mabel Hammarlund est au premier rang, à l'extrême gauche.

13. Mabel Hammerland, prise après sa retraite de l'Army Nurse Corp, dans sa maison de Topeka sur Saline Street.

14. Pierre tombale militaire de Mabel Hammarlund dans le cimetière de Maple Hill à l'église Old Stone.

Un grand merci à Ted Hammarlund, neveu du lieutenant-colonel Mabel Hammarlund, pour avoir fourni les photographies de cet article.

Maple Hill, Kansas : son histoire, ses personnages, ses légendes et ses photographies

Nicolas Clark ‎Vous savez que vous êtes du comté de Wabaunsee quand.

Je suis toujours très en colère contre moi-même lorsque je n'assiste pas aux services du Memorial Day à l'église Old Stone. Quelle merveilleuse collection de souvenirs j'ai autour de toutes les années auxquelles j'ai pu assister. J'ai écrit une histoire sur mes expériences il y a quelques années et je vais la partager avec vous maintenant.

Fête de la décoration il y a cinquante ans
Par : Nick Clark – 24 mai 2003

Alors que je me réveillais ce matin pour voir la lumière du soleil briller à travers ma fenêtre, je ne pouvais pas m'empêcher de penser que s'il y avait eu cinquante ans, ma mère aurait tiré sur mon orteil et m'aurait exhorté à : « Lève-toi. Nous devons mettre les pots dans la voiture, cueillir des fleurs et aller aux cimetières. » Le lendemain, dimanche, serait le jour de la décoration, et nous n'étions pas les seuls à nous presser : presque tous les foyers de Maple Hill et de la campagne environnante feraient la même chose.

À la fin du petit-déjeuner, ma grand-mère, Mildred McCauley Corbin serait dans notre cuisine, ainsi que ma tante Bonnie Mitchell et à différents moments, d'autres membres de notre famille et voisins. Ma grand-mère paternelle, la « Centrale » Mable Clark, gérait toujours le standard téléphonique situé dans sa maison afin qu'elle envoyait des bocaux la veille au cimetière où ses proches étaient enterrés.

Ce fut un jour important pour toute la communauté. C'était une journée pour se souvenir et honorer la vie de tous les ancêtres, mais surtout de ceux qui avaient servi dans les forces armées. Le jour de la décoration a commencé le 5 mai 1868 lorsque la Grande Armée de la République (une organisation honorant ceux qui ont servi dans l'armée de l'Union) a organisé une cérémonie au cimetière national d'Arlington. Mme Ulysses S. Grant, épouse du président, a prononcé un discours émouvant louant les actes de braves soldats qui avaient « servi en bleu » pendant la guerre entre les États. Une fois le discours terminé, les orphelins de soldats et de marins ont défilé dans le cimetière avec des paniers de fleurs, les parsemant sur les plus de 20 000 tombes nouvellement occupées. Au fil des années, la cérémonie a fait écho dans tout le pays et est devenue une partie du tissu de l'histoire cérémonielle de notre nation.

Alors que l'Amérique s'engageait dans d'autres guerres au fil du temps, l'occasion prenait de l'importance et changeait également de nom. Après la Première Guerre mondiale, la célébration est devenue le Memorial Day et en 1971, le Congrès, à la demande du président Lyndon Johnson, a fait du Memorial Day un jour férié pour honorer ceux qui ont servi dans les forces armées américaines. Bien que j'aie certainement entendu ou lu le terme Memorial Day, je ne me souviens pas que ma famille l'ait appelé autrement que Decoration Day jusqu'à ce que je sois adulte.

L'activité dans le ménage augmenterait ces samedis matins, alors que nous chargeions des bocaux dans le coffre de la voiture de ma grand-mère Corbin (si je me souviens d'une Ford 1953). Nous emportions de gros pots d'eau et, plus tard, des rouleaux de papier d'aluminium pour envelopper les pots. Ensuite, nous nous rendions dans les jardins familiaux de divers membres de la famille et cueillirions des fleurs fraîches à mettre dans les pots placés sur les tombes. Mon arrière grand-mère, Jeanetta Reinhardt Jones, a toujours eu de belles grosses branches de spirée. Les petites couronnes blanches de fleurs étaient frappantes en bouquets. Nous nous rendions ensuite chez ma tante Bonnie Mitchell et ramassions le seau ou deux d'iris multicolores qu'elle avait cueillis plus tôt. Ma grand-mère Clark aurait fourni des Iris de différentes couleurs du jardin du bureau central. Elle avait aussi de grandes pointes de pied d'alouette roses, violettes et bleues. Grand-mère Corbin avait une belle rose rouge grimpante, une "Mary Perkins", qui a fleuri tôt et était magnifique à inclure comme point culminant dans les bouquets. Toutes ces dames fournissaient des variétés de pivoines colorées. Une fois terminée, la voiture ressemblerait à celle qui suit un corbillard à un enterrement. Nous nous rendions ensuite dans les cimetières où divers parents étaient enterrés.

Nous sommes souvent allés d'abord au cimetière Uniontown/Greene au sud-est de Willard, au Kansas. Dans ce cimetière sont enterrés mon arrière-arrière-grand-père paternel Francis Marion Jones, et mon arrière-grand-mère Virgia Miller Jones, et mon grand-oncle Louis Jones. Ils étaient le grand-père, la mère et le frère de Mable Clark. Le cimetière était petit et était généralement bien entretenu par les familles Greene et Viergiver, qui vivaient à proximité. Mais à mesure qu'ils vieillissaient, le cimetière est tombé dans un état négligé et il était toujours difficile d'entrer dans les tombes sans craindre les SERPENTS ! L'arrière-arrière-grand-père avait servi pendant la guerre civile, avait une pierre tombale de la guerre civile et également un marqueur GAR. Il était important que nous « décorions » sa tombe. Toujours mélangé au dépôt de fleurs, il y avait le récit d'histoires de famille et la discussion sur leur service militaire. C'était le moment idéal d'avoir 10 ans et d'entendre ces souvenirs accumulés, un véritable trésor.

Ensuite, nous retournions généralement à Maple Hill par une route de gravier, en faisant de notre mieux pour ne pas renverser les seaux de fleurs ou faire couler de l'eau dans le coffre et la banquette arrière, où j'étais entassé entre des gerbes géantes d'iris, de pivoines et de pieds d'alouette. Notre destination était le cimetière Old Stone Church à l'ouest de Maple Hill.

Là, nous avons parcouru les allées de cèdres rouges de l'Est, en nous arrêtant sur les tombes des familles Clark, Corbin, Mitchell, Lemon, Jones et McCauley ainsi que sur les tombes d'autres personnes qui pourraient ne pas avoir de membres de la famille vivant à proximité. C'était toujours une courtoisie de nombreuses familles de décorer les tombes de chers amis ou de familles disparues depuis longtemps. Les membres du James Elmer Romick American Legion Post visiteraient les tombes des anciens combattants et placeraient de petites plaques métalliques de la Légion américaine sur les tombes des soldats. Dans chaque plaque était placé un petit drapeau américain.

Le soir, nous allions généralement au cimetière de Bethléem, au sud de Paxico, où nous déposions des fleurs sur les tombes des proches de Clark. Parfois, pas toujours, nous allions à la communauté de Vera et nous arrêtions sur les tombes d'Albert et Martha Graham Phillips, qui étaient enterrés dans le pâturage en face de la maison de Merle et Nora Lietz. Ils étaient les parents de ma cousine, Mable Phillips Herron (Mme Jack). Ils ont été frappés par la foudre et tués dans leur voiture dans les années 1870. Les chevaux n'ont pas été blessés et ont ramené leurs corps à la maison. Le récit de cette histoire morbide mais fascinante occuperait alors le voyage de retour à Maple Hill.

Au cours de mes années de lycée (1958-1962), la Maple Hill Community Congregational Church avait un groupe de jeunes très actif composé de juniors et de seniors
jeunes gens. Bien que je ne me souvienne pas des chiffres exacts, j'estimerais qu'il y en avait 20 à 30 en fréquentation régulière. Au cours de ma mémoire, le Pilgrim Fellowship Group était dirigé et supervisé par Jack et Bill Warren, les fils de William Warren, membre fondateur du MHCCC. Les frères Warren vivaient dans une ferme à cinq kilomètres à l'ouest de Maple Hill et amenaient généralement leur camion agricole en ville et rencontraient les membres du PFG dans la salle paroissiale nouvellement construite. Nous chargeions des chaises pliantes, un énorme piano droit, des cantiques, la grande bible originale, des pupitres et parfois nous reprenions les vieilles chaises originales de l'autel de l'église. Warner Adams et d'autres hommes étaient toujours disponibles pour aider. Ce déménagement était nécessaire car la plupart des meubles d'origine de l'église en pierre avaient été détruits dans un tragique incendie le 12 mai 1952.

Même s'il n'y en avait que sept à l'époque, je me souviens de l'incendie de l'église de pierre parce que c'était l'un de ces événements communautaires majeurs qui est vivement rappelé à l'esprit de la plupart de ceux qui en ont été témoins. Ivan Yount et Walter « Punt » Romick taillent des cèdres au cimetière et ont empilé une pile de branches cisaillées du côté nord de la propriété du cimetière, à 300 mètres du bâtiment. Des membres avaient déjà été brûlés de la même manière et la distance était présumée sûre. Rien ne brûle plus vigoureusement que le cèdre rouge et lorsque le tas a été allumé, il n'y avait que des vents légers du sud. Soudain, des rafales de vent ont commencé, la direction a changé vers le nord et les étincelles ont été portées aux bardeaux de bois de l'église avant que quoi que ce soit puisse être fait pour l'empêcher.

Je venais de terminer la deuxième année à la Maple Hill Grade School et je passais une agréable journée de printemps dans la ferme de ma grand-mère Corbin, située à un mille et demi au sud-ouest de Maple Hill. Nous plantions des haricots dans le jardin. Tout à coup, nous avons entendu le vieux téléphone mural de la cuisine se mettre à sonner en continu par courtes rafales. C'était un signe de « reprendre » immédiatement la ligne des huit partis, car il y avait quelque chose d'une importance extrême qui nécessitait l'attention de toute la communauté. Grand-mère s'est précipitée vers la maison où la voix au téléphone était celle de mon autre grand-mère, Mable Clark au bureau central. Elle informait la communauté que de l'aide était nécessaire lors de l'incendie de l'église. Punt Romick et Ivan Yount avaient parcouru un quart de mile jusqu'à la maison des Romick et avaient sonné l'alarme.

Grand-père Corbin avait pris la voiture à ce moment-là, et nous n'avions aucun moyen d'aller au feu, mais nous pouvions clairement voir le cimetière depuis la ferme et pouvions également voir la colonne de fumée noire s'élever haut dans le ciel. Ma grand-mère s'est juste assise sur les marches arrière et a enfoui sa tête dans son grand tablier et a pleuré. Très vite, nous avons entendu quelqu'un nous appeler depuis la route et c'était Mme Ella Yount, la mère d'Ivan, qui avait parcouru le quart de mile jusqu'à mes grands-mères. Ils se sont assis tous les deux sur les marches et ont pleuré dans les bras l'un de l'autre pendant que je les regardais, abasourdi. Les bardeaux vieux de plusieurs décennies ont été consumés en quelques minutes et ce n'est que grâce à des efforts héroïques que l'orgue à pompe d'origine, la chaire et quelques autres trésors ont été sauvés.

Immédiatement après l'incendie, le conseil du cimetière d'Old Stone Church avait amassé suffisamment d'argent pour remplacer le toit, le sol, les fenêtres et les portes d'entrée. L'architecte de Topeka, Charles Marshall, cousin de Mme Warner Adams, a fait don de son temps pour planifier la restauration. Les services ont eu lieu dans l'enveloppe du bâtiment jusqu'en 1962, lorsque certains des citoyens plus âgés de Maple Hill se sont associés au Pilgrim Youth Group pour collecter des fonds pour la restauration de l'intérieur de l'église Old Stone. Emily Adams a fait de longues listes de personnes locales et éloignées dont les parents avaient fréquenté l'église Old Stone. De janvier à mai, je suis allé chez Adam et j'ai tapé des lettres sur une vieille machine à écrire Royal portable. Miss Adams a fourni le papier à lettres, les enveloppes et les timbres. La réponse a été extrêmement favorable. Mon seul regret est que les lettres qui accompagnaient les chèques des donateurs n'aient pas été conservées car elles étaient un hommage à l'amour de l'église Old Stone, si cher aux premiers pionniers de l'église et de la communauté.

Bien que la structure extérieure de l'église ait été remplacée, le plâtre intérieur n'avait jamais été retiré des murs et cela demanderait un travail fastidieux. À la demande de Jack et Bill Warren, le PFG a décidé de passer des week-ends à enlever le vieux plâtre des murs. Des échafaudages ont été placés à l'intérieur et nous avons tous apporté nos marteaux à griffes et avons travaillé de longues heures à enlever le plâtre qui avait été appliqué directement sur les murs de pierre. Nous rentrions à la maison le soir avec les cheveux raides de poussière de plâtre. Nos mères ont apporté le déjeuner à l'église et nous avons passé de bons moments à jouer à des jeux et à explorer le cimetière. Je vais être désolé d'avoir essayé de lister des noms, et mes excuses à ceux que j'ai omis à cause de la perte de mémoire, mais je me souviens de l'aide suivante pour l'enlèvement du plâtre : Mary Sue Kitt, Janice Yount, Patty Holmes, Norris et Horace Hoobler, Art et Kathryn Adams, Rod et Cathy Say, Eugene et Karen Travis, Tracy et Larry Ables, Larry et Lana Schulte, Mike Turnbull, Bill, Art et Ruth Ann Raine, Linda et Terry Ungeheuer, Allen et Loren Lett, Trudi et Marcia Mee, Claudia et Kenny Arnold, Larry et Cheryl Oliver, Eula et Beulah Adams, Dean et Jean Adams, et Ronnie et Herb Crawshaw.

Ronnell Bennett, un plâtrier noir d'Alma, au Kansas, a été employé pour mettre trois bonnes couches de plâtre. M. Bennett avait appris son métier auprès de plâtriers allemands pionniers et avait une excellente réputation. La finition était superbe et son travail reste en bon état aujourd'hui. Je ne me souviens pas du coût exact de la restauration totale, mais je me souviens que Miss Adams et moi étions ravis lorsque le compte bancaire a approché 4 000,00 $. Des remerciements particuliers sont adressés à Ann Gorbet Adams et à son père, John Gorbet, qui ont fourni leur expertise dans le choix des couleurs de teinture pour le sol et de peinture pour le mur.De plus, la famille Hammarlund a fait don d'une belle croix pour la façade du sanctuaire qui a été faite à partir des bois historiques de l'église congrégationaliste St. Marys, St. Marys, Kansas.

Une fois le plâtrage terminé, il restait environ 300 $ ou 400 $ sur le compte. Mlle Adams a lu dans le Topeka Capital-Journal que la synagogue juive était en cours de rénovation et qu'ils avaient des bancs de chêne à vendre. La personne qui était en charge du remodelage était Shoal Pozez, qui venait de démarrer une toute nouvelle entreprise que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de PayLess Shoes. J'ai conduit Emily Adams à Topeka où nous avons rencontré M. Pozez à la synagogue. Emily lui a raconté l'histoire de nos efforts pour restaurer l'église Old Stone et il a dit : « Nous voulons aider. Ce sont des bancs de 100 $, mais nous vous les laisserons au prix d'aubaine de 20 $ chacun. » Je ne me souviens pas exactement combien nous en avons acheté, mais il semble qu'il y en ait eu 15 ou 20. Warner Adams et Jack et Bill Warren ont fait le voyage à Topeka avec leurs camions où nous avons chargé les bancs et les avons emmenés à Maple Hill. Il s'agissait de bancs massifs en bon état, qui coûteraient aujourd'hui 500 $ chacun ou plus, s'ils pouvaient même être fabriqués. Et c'est ainsi que l'église Old Stone a des bancs qui étaient dans une synagogue juive pendant les 100 premières années de leur existence !

L'un des derniers événements de la restauration fut la mise en place de la cloche dans la tour. La cloche originale de l'église avait été détruite dans l'incendie de l'église. Si je me souviens bien, Don et Hattie McClelland avaient la vieille cloche de l'école primaire de Maple Hill chez eux et en ont fait don pour qu'elle soit utilisée à l'église Old Stone. La cloche était extrêmement lourde et il fallait beaucoup d'hommes et des poulies spéciales pour la mettre en place. Il y avait des sourires et des acclamations tout autour lorsque les sonneries claires de cette cloche ont de nouveau été entendues à travers la vallée de Mill Creek. Tout le monde tirait à tour de rôle sur la longue corde de sisal. Le toit de la tour a ensuite été achevé et l'église était prête pour les services du jour de la décoration.

L'intérieur de l'église Old Stone était généralement décoré de fleurs par Emma Jeanne et Wanda Adams, belles-sœurs. Emma Jeanne et Warner Adams avaient de magnifiques jardins fleuris dans leur maison du nord de Maple Hill. Emma Jeanne a apporté de grands paniers en osier de pivoines, d'iris et de spirée tandis que Wanda (Mme Arthur Adams) allait généralement dans les pâturages et cueillait toutes sortes de fleurs sauvages. Chacune des grandes fenêtres aurait des pots de fleurs alors qu'il y avait un ou deux paniers à l'avant.

Lois Hammarlund était la pianiste de l'église à l'époque et c'était le bain de son existence de devoir jouer du vieux piano qui avait été gravement endommagé par l'eau lors de l'incendie. Les touches ne fonctionnaient pas toutes, certaines étaient collées ensemble, mais d'une manière ou d'une autre, avec l'inspiration de Dieu et son talent musical naturel, elle était capable de faire de la belle musique. Le chœur se rendait soit à l'église Old Stone et répétait le samedi ou tôt le dimanche avant les services.

Mon grand-père, Robert Corbin, et mes oncles étaient membres de la Légion américaine et faisaient partie de la cérémonie de présentation des couleurs lorsque le drapeau américain, le drapeau de la Légion américaine et le drapeau chrétien ont été transportés dans l'église. Dans mes premiers souvenirs, il y avait probablement 25 ou 30 hommes qui portaient leurs uniformes militaires et qui ont participé. Juste avant les services, les membres de la Légion marchaient devant le côté ouest de l'église et saluaient les soldats tombés au combat. Des claquettes seraient jouées et des larmes seraient versées alors que des souvenirs d'êtres chers étaient rappelés. Ensuite, les hommes apportaient les drapeaux à l'intérieur de l'église et les services religieux commençaient. L'église était toujours si pleine que souvent les gens se tenaient près des fenêtres à l'extérieur ou se promenaient simplement dans le cimetière, visitant des amis et des parents venus de loin pour décorer les tombes familiales.

Warner Adams, qui a pris le poste de sa mère au conseil d'administration du cimetière à sa mort en 1946, a occupé ce poste pendant quatre décennies. C'était toujours le travail de Warner de se promener parmi les familles et de faire une offrande pour aider à payer l'entretien du cimetière. À cette époque, la Cemetery Association n'avait pas beaucoup d'argent et les contributions du Memorial Day étaient importantes pour pouvoir garder le cimetière fauché et l'église en bon état. Warner portait toujours son chapeau et les gens mettaient leurs contributions dans son chapeau.

Et c'est ainsi que 50 ans se sont écoulés depuis l'époque de ma jeunesse. Au cours de ce demi-siècle, les «temps» sont devenus plus rapides et moins mélancoliques tandis que les traditions de longue date ont changé. Ma chère mère, Lucille Clark, aujourd'hui âgée de 82 ans, et beaucoup de membres de sa génération font toujours de leur mieux pour continuer, mais la grandeur du week-end du Decoration Day il y a cinquante ans ne sont plus que des souvenirs chéris.

1. La vieille église en pierre, Maple Hill, Kansas
2. L'avenue des drapeaux honorant les anciens combattants.
3. La vue depuis les marches de l'église vers l'ouest en direction de Buffalo Mound.


Voir la vidéo: 25. maaliskuuta 2020