La moitié de la population de Néandertal a souffert de l'oreille du surfeur !

La moitié de la population de Néandertal a souffert de l'oreille du surfeur !

Une nouvelle étude suggère que les Néandertaliens souffraient généralement de « l'oreille du nageur » ou « l'oreille du surfeur » - des excroissances osseuses denses qui font saillie dans le conduit auditif. Ceci est généralement causé par une exposition habituelle à l'eau froide ou à l'air froid, et les scientifiques pensent que sa prévalence démontre que les Néandertaliens aimaient pêcher et collecter des ressources marines.

La prévalence de l'oreille du nageur chez les Néandertaliens et autres humains anciens

L'article sur l'étude en PLOS UN , explique que bien que l'oreille du nageur, qui est techniquement connue sous le nom d'exostoses auditives externes (EAE), ait été notée précédemment dans les restes d'hommes modernes et de Néandertaliens de l'époque pléistocène, personne ne les a vraiment examinées en profondeur.

Erik Trinkaus de l'Université de Washington, et ses collègues français sur le rapport, Mathilde Samsel et Sébastien Villotte de l'Université de Bordeaux, sont arrivés à leur conclusion après avoir étudié les conduits auditifs bien conservés dans les restes de 77 humains anciens, y compris les Néandertaliens et les premiers temps modernes. humains, du Pléistocène moyen au Pléistocène supérieur de l'Eurasie occidentale.

  • Une étude dentaire montre que les humains modernes se séparent des Néandertaliens 400 000 ans plus tôt que prévu
  • Une étude jette un nouvel éclairage sur les maladies héritées des Néandertaliens
  • Les Néandertaliens pourraient avoir été infectés par des maladies transmises par les humains en Afrique, selon des chercheurs

Bien que la fréquence de la pathologie chez l'homme moderne reste similaire, ils ont découvert que la maladie était exceptionnellement courante chez les Néandertaliens. Près de la moitié des 23 Néandertaliens étudiés présentaient des exostoses légères à sévères, soit au moins le double de la fréquence observée dans presque toutes les autres populations étudiées.

Présence d'EAE ("oreille du nageur") chez les premiers humains modernes (en haut) et les Néandertaliens (en bas). ( Trinkaus, Samsel & Villotte )

S'ils ne pratiquaient pas de sports nautiques, que faisaient les Néandertaliens ?

De nos jours, l'EAE est généralement associé aux sports nautiques et aux activités aquatiques telles que la plongée, le surf et le kayak. Comme le notent Trinkaus et ses collègues dans leur article, « l'irritant le plus fréquemment observé est l'eau froide, dans le contexte des sports d'eau froide ou de la recherche de nourriture ».

Et les chercheurs ont opté pour cette deuxième explication : l'exploitation des ressources de la mer. Ils écrivent que leurs découvertes « indiquent une fréquence d'exploitation des ressources aquatiques plus élevée parmi les deux groupes d'humains que ne le suggèrent les archives archéologiques. En particulier, cela renforce les capacités de recherche de nourriture et la diversité des ressources des Néandertaliens. »

Mais comme le souligne Science Daily, ils notent également que « la répartition géographique des exostoses observée chez les Néandertaliens ne présente pas de corrélation définitive avec la proximité de sources d'eau anciennes ni de climats plus frais comme on pourrait s'y attendre. Les auteurs proposent que de multiples facteurs soient probablement impliqués dans cette forte abondance d'exostoses, incluant probablement des facteurs environnementaux ainsi que des prédispositions génétiques.

Le crâne de Néandertal de La Chapelle-aux-Saints, avec les exostoses auditives externes (excroissances de l'oreille du nageur) dans le canal gauche indiqué. ( Erik Trinkaus )

Ainsi, il semble qu'avec de nombreuses questions liées à l'anthropologie, ce que nous voyons ici est un mélange de nature et de génétique créant un résultat. Les chercheurs le reconnaissent également dans leur article :

« Il reste probable que le niveau élevé d'exostose auditive externe chez les Néandertaliens [..] est dû en partie à l'exploitation des ressources aquatiques. ceux qui ont connu des climats maritimes d'eau froide. Il est donc probable que, comme pour les humains archaïques plus tardifs de l'Eurasie orientale, de multiples facteurs aient été impliqués dans leur abondance d'exostose auditive externe.

Un autre cas préhistorique d'oreille de surfeur

En décembre dernier, un autre rapport a fait surface concernant la prévalence de l'oreille de surfeur dans une population préhistorique. À cette époque, des chercheurs du Smithsonian Tropical Research Institute ont découvert que la recherche de trésors marins, sous la forme de perles précieuses, faisait également souffrir les plongeurs précolombiens de l'EAE.

En tant qu'auteur principal de l'étude, Nicole Smith-Guzmán a déclaré à propos de cette découverte :

« Nous pensons qu'il est plus probable que la plongée dans les eaux froides du Golfe ait causé ces cas d'oreille de surfeur. Ornements de nacre argentée, et oranges et violets de deux grosses huîtres "épineuses" dans le Spondyle étaient communs dans les sépultures et constituaient un article commercial important dans la région. Certains de ces coquillages échouent sur les plages, mais au moment où Vasco Nuñez de Balboa et d'autres explorateurs espagnols sont arrivés, leurs chroniques nous disent que des plongeurs experts ont été formés dès l'enfance pour plonger jusqu'à quatre brasses pour récupérer des huîtres perlières de grande taille souhaitable.

  • Les Néandertaliens se sont occupés les uns des autres et ont survécu jusqu'à un âge avancé – Nouvelle recherche
  • La schizophrénie est apparue après que les humains se soient éloignés des Néandertaliens
  • Améliorer notre première ligne de défense : les gènes de Néandertal

Capture de perles, Bern Physiologus (manuscrit du 9e siècle décrivant la plongée perlière).

On se demande si la prévalence de l'EAE est liée à des facteurs naturels, peut-être que les Néandertaliens faisaient plus que simplement pêcher… Il a dit que son étude :

« renforce un certain nombre d'arguments et de sources de données pour plaider en faveur d'un niveau d'adaptabilité, de flexibilité et de capacité chez les Néandertaliens, ce qui leur a été refusé par certaines personnes sur le terrain. Vous devez être capable d'avoir un certain niveau minimal de technologie, vous devez être capable de savoir quand le poisson va remonter les rivières ou longer la côte – c'est un processus assez élaboré.

Autres problèmes de santé de Néandertal

Bien sûr, l'EAE n'est pas le seul problème de santé auquel les Néandertaliens ont dû faire face. Et certaines études antérieures ont même montré que certains des problèmes de santé que nous voyons aujourd'hui ont été transmis par des Néandertaliens qui se sont accouplés avec Homo sapiens .

Par exemple, une étude en 2016 suggère que les gènes de Néandertal jouent un rôle dans la présence de toutes sortes de problèmes de santé - maladies immunologiques, dermatologiques, neurologiques, psychiatriques et reproductives. Il a également été découvert que les gènes néandertaliens qui aident à la coagulation du sang chez les humains modernes nous rendent également plus sensibles aux allergies.

Les gènes de Néandertal ont été liés à de nombreux problèmes de santé chez l'homme moderne, cette image en montre certains. ( Deborah Brewington/Université Vanderbilt )


Comment les Néandertaliens sont-ils liés au surf ?

L'exostose est une maladie caractérisée par la formation d'os dans les conduits auditifs. Il apparaît à la suite d'une hypothermie de l'oreille interne, c'est pourquoi il affecte généralement les surfeurs - des personnes qui passent des heures dans l'eau. Le nom officieux de l'exostose dérive de ce fait et le nom est "l'oreille du surfeur".

Récemment, des scientifiques ont examiné les crânes d'anciens hominidés et ont conclu que les Néandertaliens souffraient souvent de cette maladie. Comment se fait-il que les ancêtres humains aient eu une maladie si particulière ?

On sait que les Néandertaliens évitaient le froid et bien sûr, ils n'ont pas surfé. L'une des hypothèses affirme que nos ancêtres gelaient pendant la hantise des habitats aquatiques. Mais c'est aussi douteux : toutes les recherches montrent que le poisson était la plus petite partie du régime alimentaire de Néandertal. Il y a un autre détail curieux : les autres ancêtres humains souffraient rarement de cette maladie.

Alors peut-être que cela pourrait être lié à la mutation génétique? Cette théorie a échoué aussi! Après une analyse minutieuse des crânes, il a été découvert que les habitants des montagnes ne souffraient pas du tout de cette maladie : principalement, la population côtière était exposée à l'exostose. D'une part, la connexion avec l'eau est établie. D'autre part, on ne sait toujours pas exactement comment l'eau a affecté les Néandertaliens.


La moitié de la population de Néandertal a souffert de l'oreille du surfeur ! - Histoire

David Noël
[email protected]>
Centre Ben Franklin pour la recherche théorique
PO Box 27, Subiaco, WA 6008, Australie.

Qu'est-il arrivé aux Néandertaliens ?

À partir d'une combinaison de preuves anciennes et nouvelles, il semble que nous ayons enfin une réponse satisfaisante à la question séculaire de « Qu'est-il arrivé aux Néandertaliens ? ». Si le raisonnement actuel est correct, leurs descendants sont toujours avec nous, et nous les appelons les Basques.

Cette théorie répond donc simultanément à une seconde question séculaire, « Quelle est l'origine des Basques » ?

Robert J Sawyer a récemment publié son livre "Hominids" [2], un récit fictif d'une interaction entre les humains Sapiens et les Néandertaliens, mais s'appuyant sur les dernières recherches scientifiques sur les Néandertaliens.

Cette recherche comprenait des études d'ADN extrait d'os de restes de Néandertal. Le récit mentionne cinq mois de travail minutieux pour extraire un fragment de 379 nucléotides de la région de contrôle de l'ADN mitochondrial de Néandertal, suivis de l'utilisation d'une réaction en chaîne par polymérase pour reproduire des millions de copies de l'ADN récupéré.

Cela a été soigneusement séquencé, puis un contrôle a été effectué sur l'ADN mitochondrial correspondant de 1600 humains modernes : Canadiens autochtones, Polynésiens. Australiens, Africains, Asiatiques et Européens. Chacune de ces 1 600 personnes avait au moins 371 nucléotides sur ces 379, la déviation maximale n'était que de 8 nucléotides.

Mais l'ADN de Néandertal n'avait en moyenne que 352 nucléotides en commun avec les spécimens modernes, il a dévié de 27 nucléotides. Il a été conclu que Homo sapiens et les Néandertaliens doivent avoir divergé les uns des autres il y a entre 550 000 et 690 000 ans pour que leur ADN soit si différent.

En revanche, tous les humains modernes partageaient probablement un ancêtre commun 150 000 ou 200 000 ans dans le passé. Il a été conclu que les Néandertaliens étaient probablement une espèce totalement distincte des humains modernes, pas seulement une sous-espèce : Homo neanderthalensis, ne pas Homo sapiens neanderthalensis.

En regardant maintenant les preuves de la théorie selon laquelle les Basques descendent principalement des Néandertaliens, tout se met soudainement en place, et la supposition devient presque évidente.

Emplacement : Le « pays d'origine » des Néandertaliens est bien connu pour avoir été l'Europe occidentale. Une source dit qu'ils "ont dominé cette région pendant au moins un quart de million d'années". Bon nombre des meilleurs spécimens de Néandertal sont originaires de la péninsule ibérique. Le Pays Basque, situé à l'ouest des Pyrénées et à la frontière entre l'Espagne et la France, s'intègre parfaitement dans ce lieu.

Quelques sites néandertaliens. A noter la concentration dans la région basque. De [12]

Les Basques sont bien connus pour avoir des caractéristiques corporelles distinctives. Kurlansky dit " Il existe de nombreuses preuves que les Basques sont un groupe physiquement distinct. Il existe un type basque avec un long nez droit, des sourcils épais, un menton fort et de longs lobes d'oreilles" [1].

Les crânes basques ont tendance à être construits sur un modèle différent. Au début des années 1880, un chercheur rapporte « Quelqu'un m'a donné un corps basque et je l'ai disséqué, et j'affirme que la tête n'était pas construite comme celle des autres hommes » [1].

Ces différences qualitatives sont indicatives, mais les preuves quantitatives, avec la présence ou l'absence de caractéristiques, ou d'éléments présents en nombre différent, ont plus de poids pour décider si les spécimens appartiennent à la même espèce ou à des espèces différentes. Des preuves quantitatives puissantes proviennent d'un examen des facteurs sanguins.

Le sang humain est classé selon divers paramètres, dont les plus importants sont les caractéristiques ABO et Rhésus. Dans ABO, le sang peut contenir le facteur « A » (donnant du sang du groupe A), le facteur « B » (groupe B), à la fois « A » et « B » (sang AB), ou aucun (sang O). Les facteurs A et B agissent comme des antigènes, et si du sang contenant l'un d'eux ou les deux est transféré à une personne dont le sang ne les contient pas déjà, et a donc l'anticorps correspondant, des effets indésirables se produisent. Le sang du groupe O ne contient aucun antigène mais possède les deux anticorps et peut généralement être transféré sans réaction à aucun receveur.

Quelque 55% des Basques ont du sang du groupe O, l'un des pourcentages les plus élevés au monde [3].


Groupes sanguins. À partir de [11]

Une preuve encore plus forte vient du facteur Rhésus, découvert seulement en 1940. Le sang de la plupart des humains (et, apparemment, de tous les autres primates [6]) contient ce facteur et est appelé sang Rhésus-positif ou Rh+. Le sang dépourvu de ce facteur est appelé rhésus négatif.

Les Basques sont bien connus pour avoir le pourcentage le plus élevé (environ 33%) de sang Rhésus-négatif de toute la population humaine [2], et sont donc considérés comme la source originale de ce facteur. Aux États-Unis, environ 15 % de la population « européenne » est Rh-négatif, tandis que le pourcentage de la population « asiatique » et « noire » est bien inférieur à cela.

La possession de sang Rh négatif peut être un inconvénient majeur pour une population humaine. Une femme Rh négatif qui conçoit un enfant Rh positif avec un homme Rh positif portera généralement son premier enfant sans problèmes particuliers. Cependant, en raison du mélange de fluides entre la mère et le fœtus, la première grossesse accumule des anticorps contre le sang Rh+ chez la femme qui attaquent généralement le sang de ses enfants Rh+ suivants, provoquant une fausse couche, la mort-né ou la mort peu de temps après la naissance (nourrisson maladie hémolytique [6]). Ce phénomène est inconnu ailleurs dans la nature, bien qu'il puisse se produire avec des croisements artificiels entre espèces, comme dans la production de mulets [6].

Le scénario jusqu'à présent est le suivant. Il y a environ 600 000 ans, dans le sud de l'Europe, une espèce d'homme s'est séparée de la lignée ancestrale, et nous appelons cette espèce Homo neanderthalensis, le 'N-peuple'. Le sang de cette espèce ne contenait aucun des facteurs A, B ou Rh.

Beaucoup plus tard, peut-être il y a environ 200 000 ans en Afrique, la principale lignée humaine avait capté les facteurs A, B et Rh (probablement d'autres primates, le facteur Rhésus est nommé d'après le singe ou macaque rhésus), et pourrait alors être classé comme Homo sapiens, les « gens S ».

Dans la compétition entre espèces ou races apparentées, les anticorps dans leur sang sont un puissant avantage génétique pour ceux qui les possèdent en compétition avec ceux qui ne les possèdent pas. L'histoire a de nombreux exemples de colons européens qui ont vaincu sans le vouloir les populations indigènes parce que ces dernières n'avaient pas d'anticorps contre des maladies telles que la rougeole que les Européens ont apportées avec eux.

Dans le scénario actuel, une femme du peuple N (basque, Rh-) qui s'est associée à un homme du peuple S (non basque, Rh+) ​​serait susceptible de n'avoir qu'un seul enfant du partenariat. Les « mariages mixtes » chez les humains ne sont généralement pas génétiquement désavantageux, mais dans ce cas, ils le seraient. L'effet serait une réduction continue de la population de N personnes, car les couples «mixtes» n'auraient produit qu'un seul enfant, soit la moitié du taux nominal de maintien de la population.

Il existe d'autres caractéristiques physiques des humains qui sont généralement associées au sang Rh négatif, mais qui, dans le présent scénario, seraient considérées comme appartenant au peuple N. Ceux-ci incluent une maturité précoce, une tête et des yeux gros, un QI élevé [6] ou une vertèbre supplémentaire (un «os de la queue» - appelée «cauda»), une température corporelle inférieure à la normale, une pression artérielle inférieure à la normale et un état mental plus élevé. capacités analytiques [5].

Une autre caractéristique très distinctive des Basques est leur langue, qui n'est liée à aucune autre sur terre. Selon [3], son ancêtre était "parlé en Europe occidentale avant (peut-être longtemps avant) les ancêtres de toutes les autres langues modernes d'Europe occidentale". Cette source déclare que les efforts les plus acharnés pour trouver d'autres parents pour le basque ont été des échecs complets.

On a essayé en vain de relier le basque au berbère, à l'égyptien et à d'autres langues africaines, à l'ibérique, au picte, à l'étrusque, au minoen, au sumérien, aux langues finno-ougriennes, aux langues caucasiennes, aux langues sémitiques, à presque toutes les langues d'Afrique et d'Asie. , vivants et morts, et même avec les langues du Pacifique et de l'Amérique du Nord. Le basque ne peut absolument pas être démontré comme étant lié à une autre langue du tout [3].

La structure de la langue basque est également très distinctive, on dit qu'elle ne contient que des noms, des verbes et des suffixes. La langue définit fortement le peuple basque [8]. Dans la langue basque, appelée euskera, il n'y a pas de mot pour basque. Le seul mot définissant un membre du groupe est Euskaldun, ou locuteur d'euskera. Le pays s'appelle Euskal Herria - le pays des locuteurs de l'euskera.

Dans le scénario actuel, le basque est le descendant d'une langue parlée originaire du peuple N, indépendamment (et peut-être à une époque beaucoup plus ancienne que) les langues du peuple S.

Dans une étude intéressante, Philip Lieberman [7] a examiné les cavités buccales et d'autres caractéristiques présumées de production de la parole des fossiles de Néandertal. Selon son évaluation, les Néandertaliens auraient eu des difficultés à prononcer la voyelle « ee ». Cette voyelle est absente de la prononciation basque normale [9].

Si le scénario actuel est valide, alors les Basques, principalement issus du peuple N, seraient bien sûr quelque peu distincts génétiquement. Dans [3] la question est posée : « Les Basques sont-ils génétiquement différents des autres Européens ? , avec la réponse : "Apparemment, oui. Récemment, le généticien Luiga Luca Cavalli-Sforza a réalisé une carte génétique des peuples d'Europe, et il trouve que les Basques sont remarquablement différents de leurs voisins. La frontière génétique entre les Basques et les non-basques Le basque est très net côté espagnol. Côté français, la frontière est plus diffuse : elle s'estompe progressivement vers la Garonne au nord. Ces constats sont tout à fait en accord avec ce que l'on sait de l'histoire de la langue basque".

Les relations sociales des Basques avec le reste du monde ont été assez inhabituelles pour un groupe humain distinct. Tout en protégeant toujours leur identité unique et distincte, ils se sont également toujours efforcés d'interagir, de coopérer et parfois de diriger le reste du monde.

Kurlansky souligne les contributions remarquables que les Basques ont apportées à l'histoire du monde [1]. Ils étaient les explorateurs qui ont relié l'Europe aux autres continents à l'ère de l'exploration, dans le commerce, ils ont été parmi les premiers capitalistes, expérimentant le commerce international sans droits de douane et la rupture des monopoles, et dans la révolution industrielle, ils sont devenus les principaux constructeurs navals, sidérurgistes et fabricants.

En même temps, les Basques ont toujours été considérés comme « différents », et donc inévitablement soumis à des traitements discriminatoires et à des persécutions (parfois sauvages), comme pendant les années franquistes [3]. Dans mon livre « Matrix Thinking » [4], j'ai examiné les forces sous-jacentes à l'interaction entre les groupes humains, en utilisant le terme SIOS, et la façon dont les groupes reconnaissent et agissent sur les différences entre ceux à l'intérieur et à l'extérieur de leur propre groupe.

Les différences génétiques sont l'un des signaux de reconnaissance les plus puissants dans ce processus, et il n'est donc pas surprenant que les Basques aient souffert de cette manière. De nos jours, de tels événements sont considérés sous un jour très négatif, comme inutilement discriminatoires. Dans le cas basque, il y a une justification rare à cela - un homme non basque jumelé à une femme basque aurait pu s'attendre à n'avoir qu'un seul enfant du mariage, avant que les procédures médicales récentes ne contournent le problème rhésus-négatif.

Les différences linguistiques sont également des signaux de reconnaissance SIOS très puissants, et il est intéressant de se pencher sur le cas du basque. La langue basque, tout en conservant sa propre structure distincte, a fortement emprunté des mots à d'autres langues. D'autres langues n'ont emprunté que très peu de mots au basque, considéré comme une langue « inférieure », et celles qui lui sont venues ont souvent un sens peu flatteur. Par exemple, l'espagnol a emprunté « izquierdo » (qui signifie gauche, comme en gaucher) au basque, et les mots signifiant « gauche » ont souvent une connotation négative (en anglais, « gauche » et « sinister » sont du français et latin pour 'gauche').

Il a été suggéré [5] que les Basques étaient les premiers habitants de l'Europe et les architectes de Stonehenge et de structures mégalithiques similaires. Ces constructions utilisaient apparemment un système de mesure unique basé sur le nombre 7 (au lieu de 10, 12 ou 60), représentant une origine distincte d'un système mathématique.

Pour compléter le présent scénario, il est suggéré que la population mondiale actuelle est un mélange hybride complexe d'au moins deux espèces humaines, l'une classée comme Homo neanderthalensis, l'autre (ou d'autres - si les facteurs sanguins A et B proviennent d'espèces distinctes) comme Homo sapiens. Les gènes de ces espèces sont maintenant si mélangés (comme dans les roses cultivées) que le nom de l'espèce est indéterminé.

Une analyse génétique plus poussée, en se concentrant sur les Basques, pourrait en révéler davantage à ce sujet. La recherche devrait couvrir à la fois l'ADN nucléaire, contrôlant les traits héréditaires sexuellement tels que les groupes sanguins, et l'ADN mitochondrial, transmis inchangé de la mère à l'enfant. Pour les raisons indiquées ci-dessus, l'ADN mitochondrial des N-personnes peut maintenant avoir été complètement éliminé des populations du monde moderne.

Peut-être que le projet du génome humain a besoin d'être étendu pour couvrir le mélange possible d'origines. Il serait également intéressant de vérifier si des squelettes néandertaliens connus avaient une vertèbre supplémentaire.

Il existe un site Web complet couvrant les fossiles de Néandertal enregistrés [10], et les informations qui y sont contenues soutiennent généralement la suggestion que les espèces ont fusionné, avec des personnes N plus récentes plus similaires aux personnes S que des spécimens plus anciens.

Lorsque l'article ci-dessus a été publié pour la première fois sur le Web en 2002, neuf ans, il contenait des suggestions peut-être controversées.

Parmi ces suggestions figuraient que les Néandertaliens ne s'étaient pas éteints en raison de la concurrence avec les humains modernes « supérieurs », qu'au lieu de cela, les Néandertaliens avaient fusionné avec d'autres humains pour former une seule espèce moderne mixte (Homo sapiens) et que le peuple basque du les Pyrénées occidentales avaient le plus grand héritage génétique des Néandertaliens dans leur ADN.

L'influence des groupes sanguins sur l'hérédité humaine a été examinée et il a été expliqué que si l'ADN nucléaire (le principal ADN considéré dans l'hérédité) des Basques pourrait bien avoir plus d'hérédité néandertalienne que la moyenne, leur ADN mitochondrial (transmis directement de mère à enfant) aurait pu avoir tous les composants néandertaliens élevés.

En effet, la maladie hémolytique infantile, où une mère Rhésus-négatif s'accouplant avec un homme Rhésus-positif n'aurait probablement qu'un seul enfant à survivre, atténuerait le risque de croisement de femmes basques ayant de nombreux descendants.

Neuf ans plus tard, ces suggestions ne sont plus controversées et sont de plus en plus acceptées. Par exemple, un article récent [13] dit :

Les personnes d'ascendance européenne pourraient être à 5% de Néandertal, selon une étude ADN qui se demande si les humains modernes ont quitté l'Afrique et remplacé tous les autres hominidés existants.

Les chercheurs sont d'accord avec des études récentes qui concluent que les Néandertaliens n'ont contribué à aucun ADN mitochondrial, ou ADNmt, matériel génétique transmis de la mère à l'enfant.

Un vaste National Geographic article sur les Néandertaliens [14] contenait des reconstitutions intéressantes de ce à quoi les femmes de Néandertal auraient ressemblé.

Néandertaliens et femmes européennes modernes. De [14]

En plus de ces articles publiés, j'ai reçu de nombreux messages de personnes d'origine familiale basque qui se sont reconnues ou celles de leurs proches dans les caractéristiques suggérées dans l'article de 2002. Une dame a dit que le National Geographic reconstruction « aurait pu être une photographie de sa mère ».

Une facette intéressante des Néandertaliens, non reprise dans l'article de 2002, est qu'ils auraient les cheveux roux et la peau claire [15]. Ainsi, les cheveux roux peuvent être un autre marqueur d'ascendance en partie néandertalienne.

Une fille de Néandertal. À partir de [15]

L'ancien concept des Néandertaliens étant brutal, les peuples primitifs ont reculé à la lumière des études modernes. Au lieu de cela, avec leur physique puissant et robuste et leur taille de cerveau supérieure à la moyenne moderne, et des preuves croissantes de réalisations culturelles et artistiques, nous pouvons tous devenir très fiers de notre héritage néandertalien !

[1] Mark Kurlansky. L'histoire basque du monde. Penguin Books, New York, 2001.
[2] Robert J. Sawyer. Hominidés. Livres Tor, 2002.
[3] FAQ sur le basque et les basques. www.cogs.susx.ac.uk/users/larryt/basque.faqs.html.
[4] David Noël. Pensée matricielle.BFC Press, 1997. Chapitre 104, Limites Syston et SIOS. Également sur : www.aoi.com.au/matrix/Mat04.html.
[5] Le facteur Rh négatif et les « traits reptiliens ». www.reptilianagenda.com/research/r110199a.html.
[6] Le sang des dieux. www.geocities.com/ask_lady_lee/rhneg.html.
[7] Philippe Liebermann. Eve a parlé : langage humain et évolution humaine. WW Norton, 1998.
[8] Qu'est-ce que le basque ? www.clan-blackstar.com/research/basque.html.
[9] Prononciation Basque. www.eirelink.com/alanking/collq1.htm#Prononciation.
[10] Homo neanderthalensis. www.modernhumanorigins.com/neanderthalensis.html.
[11] Groupes sanguins, typage sanguin et transfusions sanguines. http://nobelprize.org/educational/medicine/landsteiner/readmore.html.
[12] Limite du monde néandertal connu.http://news.nationalgeographic.com/news/2003/03/photogalleries/neanderthal/.
[13] Êtes-vous en partie néandertalien ? http://www.abc.net.au/science/articles/2006/08/23/1722109.htm.
[14] Les autres humains : les Néandertaliens révélés. National Geographic, octobre 2008, p. 34-59.
[15] Humains croisés avec les Néandertaliens : analyse. http://www.abc.net.au/science/articles/2010/05/07/2892936.htm

Articles d'écurie :
David Noël. Dans : Pensée matricielle. La substance de la société -- Infocap.

Version originale 1.1 sur le Web le 26 août 2002
Version 2.0, avec supplément 1 et correction du groupe sanguin*, 25 juillet 2011. V. 2.1, possibilité de commentaire ajoutée, 25 avril 2012.
V. 2.11, ajustements techniques, 21 juin 2014. (* Corrections grâce à Kenneth McIntyre MD)
V. 2.2, nettoyage & BIP, 15 avril 2019.


Les nègres sont-ils plus proches des singes que des humains ?

Le crâne du nègre, en plus d'avoir un volume cérébral plus petit et des os crâniens plus épais que celui du blanc, est prognathe, c'est-à-dire que la face inférieure se projette vers l'avant à la manière du museau d'un animal. La mâchoire nègre est sensiblement plus longue, par rapport à sa largeur, que la mâchoire blanche. Une caractéristique de la mâchoire inférieure nègre est sa rétention d'un vestige du "plateau simien", une région osseuse immédiatement derrière les incisives. Le plateau simien est une caractéristique distinctive des singes, et il est absent chez les Blancs.

Ils émettent une odeur corporelle particulière et désagréable semblable à celle des singes.

Tout comme leur peau noire les protégeait du soleil africain intense, ils sont intrinsèquement paresseux afin d'éviter un effort excessif sous ce soleil intense.

Les bras et les jambes du nègre sont relativement plus longs que ceux de l'européen. L'humérus est plus court et l'avant-bras plus long se rapprochant ainsi de la forme du singe.

L'œil est souvent recouvert d'un pelage sciérotique jaunâtre comme celui d'un gorille.

Le nègre a un tronc plus court, la section transversale de la poitrine est plus circulaire que les blancs. Semblable à un singe.

Le bassin est plus étroit et plus long comme chez le singe.

Le nègre a un cou plus grand et plus court semblable à celui des singes.

Les oreilles sont arrondies, plutôt petites, dressées un peu hautes et détachées, se rapprochant ainsi de la forme du singe.

La mâchoire est plus grande et plus forte et fait saillie vers l'extérieur, ce qui, avec un front en retrait inférieur, donne un angle facial de 68 à 70 degrés, comme un singe, par opposition à un angle facial de 80 à 82 degrés pour les Européens.

Les trois courbures de la colonne vertébrale sont moins prononcées chez le nègre que chez le blanc et donc plus caractéristiques d'un singe.

Les deux os proprement dits du nez sont parfois réunis, comme chez les singes.

Les taxonomistes et les généticiens pensent que les nègres devraient être classés comme des espèces différentes. En fait, Darwin a déclaré dans The Descent of Man que les nègres sont si distincts que des différences similaires trouvées chez n'importe quel autre animal justifieraient leur classification en tant qu'espèce différente.

Les références:
Coon, Carleton S. L'origine des races, 1962, Alfred A. Knopf
Howells, Guillaume. L'humanité jusqu'à présent, Doubleday, Garden City, NY
Weisman, Charles A. Les origines de la race et de la civilisation, 1990


Les Néandertaliens européens ont mangé des fruits de mer frais, ce qui a peut-être donné un coup de pouce à leur cerveau

Certains Néandertaliens ont vraiment apprécié leur surf et leur gazon plutôt que leurs steaks de mammouth, selon une nouvelle étude.

La récente fouille d'un site de grottes le long de la côte portugaise a révélé une richesse de restes fossilisés de nourriture, notamment des poissons, des oiseaux et des mammifères. On estime que les Néandertaliens vivaient dans la grotte, connue sous le nom de Figueira Brava, il y a entre 86 000 et 106 000 ans.

La découverte met en lumière les populations de Néandertal qui dépendaient de la mer comme source de nourriture, en plus de chasser et de cueillir sur terre - une image bien différente de celle de ceux qui chassaient les mammouths dans des climats extrêmement froids.

Ces Néandertaliens bénéficiaient d'une alimentation diversifiée.

Depuis la mer, ils pouvaient se régaler de patelles, moules, palourdes, crabes bruns, araignées de mer, requins, anguilles, dorades, rougets, dauphins et phoques. Les oiseaux marins comprenaient également les colverts, les macreuses noires (un grand canard de mer), les oies, les cormorans, les fous de Bassan, les cormorans, les pingouins, les aigrettes et les plongeons.

Sur terre, ils chassaient le cerf, les chèvres, les chevaux, les tortues et les aurochs, un bœuf sauvage éteint. Ils ont complété avec des plantes comme des restes d'oliviers et de figuiers ainsi que des pignons de pin tirés des pins.

Les Néandertaliens vivant en Italie et dans toute la péninsule ibérique auraient probablement suivi un mode de vie similaire avec un climat méditerranéen.

L'étude publiée jeudi dans la revue Science.

En fait, la quantité et la diversité des fossiles marins trouvés dans la grotte dépassent d'autres sites plus récents. Cela suggère que les Néandertaliens étaient à l'aise et habitués à attraper des fruits de mer. Auparavant, ce niveau d'adaptabilité n'était associé qu'aux humains modernes vivant en même temps en Afrique australe.

"Figueira Brava fournit le premier record de consommation significative de ressources marines parmi les Néandertaliens européens", ont écrit les chercheurs dans l'étude.

Pour les chercheurs, c'est une autre façon de réduire l'écart entre les humains modernes et les Néandertaliens.

Certains chercheurs pensent que l'introduction de fruits de mer dans l'alimentation des premiers humains modernes a aidé leur développement cognitif en raison des acides gras oméga-3 et d'autres nutriments stimulant le cerveau. Cela a contribué aux développements culturels et technologiques qui les ont amenés à migrer hors d'Afrique et à se répandre à travers le monde.

"Si cette consommation commune des ressources marines a joué un rôle important dans le développement des compétences cognitives, elle l'a fait sur l'ensemble de l'humanité, y compris les Néandertaliens, et pas seulement la population africaine qui s'est propagée plus tard", a déclaré João Zilhão, auteur de l'étude. et chercheur de l'Institution catalane de recherche et d'études avancées à l'Université de Barcelone.

Ces dernières années, des chercheurs ont découvert la preuve que « les Néandertaliens avaient une culture matérielle symbolique », a déclaré Zilhão.

Zilhão a publié une étude il y a deux ans sur des peintures rupestres vieilles de 65 000 ans trouvées dans trois grottes de la péninsule ibérique attribuées aux Néandertaliens. This aligns with another discovery of pendants and shells colored with pigments, also thought to be the work of Neanderthals.

“[These findings] support a view on human evolution in which the known fossil variants, such as Neanderthals’ in Europe and its African anatomy contemporaries — more similar to ours — should be understood as remains from our ancestors, not as different higher-lower species,” Zilhão said.

But why has it taken so long to establish that Neanderthals adapted to coastal living? The researchers suggest that it’s because many of the caves they would have used are likely beneath the sea now, due to a rise in sea level over time.

Earlier this year, a separate analysis of clam shells and volcanic rocks from an Italian cave shows that Neanderthals collected shells and pumice from beaches. And due to specific indicators on some of the shells, the researchers also believe Neanderthals waded and dove into the ocean to retrieve shells, meaning they may have been able to swim.

There was evidence that the shells were shaped by stones to make them thin, sharp and resilient. The shells were dated to between 90,000 to 100,000 years ago. This is before the arrival of modern humans in the Western Europe region.

This aligns with evidence from another study suggesting that some Neanderthals suffered from “surfer’s ear,” based on bony growths found on the ears belonging to a few Neanderthal skeletons.


Neanderthals commonly suffered from ‘swimmer’s ear’

External auditory exostoses are dense bony growths that protrude into the ear canal. In modern humans, this condition is commonly called “swimmer’s ear” and is known to be correlated with habitual exposure to cold water or chilly air, though there is also a potential genetic predisposition for the condition.

Such exostoses have been noted in ancient humans, but little research has examined how the condition might inform our understanding of past human lifestyles.

In this study, Trinkaus and colleagues examined well-preserved ear canals in the remains of 77 ancient humans, including Neanderthals and early modern humans from the Middle to Late Pleistocene Epoch of western Eurasia.

While the early modern human samples exhibited similar frequencies of exostoses to modern human samples, the condition was exceptionally common in Neanderthals. Approximately half of the 23 Neanderthal remains examined exhibited mild to severe exostoses, at least twice the frequency seen in almost any other population studied.

The authors suggest that the most likely explanation for this pattern is that these Neanderthals spent a significant amount of time collecting resources in aquatic settings. However, the geographic distribution of exostoses seen in Neanderthals does not exhibit a definitive correlation with proximity to ancient water sources nor to cooler climates as would be expected.

The authors propose that multiple factors were probably involved in this high abundance of exostoses, probably including environmental factors as well as genetic predispositions.

Trinkaus adds: “An exceptionally high frequency of external auditory exostoses (bony growths in the ear canal “swimmer’s ear”) among the Neandertals, and a more modest level among high latitude earlier Upper Paleolithic modern humans, indicate a higher frequency of aquatic resource exploitation among both groups of humans than is suggested by the archeological record. In particular, it reinforces the foraging abilities and resource diversity of the Neandertals.”


11 Rh Negative Blood Type Personality Traits

Although your blood type doesn’t drive your personality, people with certain blood types do tend to have certain personality traits that are not found in others. There are four blood types and a protein, called the Rh factor, which provide these influences.

If you do not have this protein, then you have Rh negative blood. More people are Rh positive than Rh negative, so it is considered an uncommon blood type.

You may also notice these personality traits apply to you at some level.

List of Rh Negative Blood Type Personality Traits

1. You prefer facts over opinions.
People who have Rh Negative blood tend to prefer facts over opinions when speaking with others or conducting research. They form opinions based on the facts that are available to them, willing to keep an open mind about their decisions if new information comes to life. People who are Rh Negative tend to clash with those who treat opinions as fact because their goal is to seek out authentic truth, not a perceived reality.

2. You feel separate from others.
People who have Rh negative personality traits often feel like they live on their own island, even if they are surrounded by people. When they are with others, they feel like they stand out. Many people with this blood type tend to pursue creative careers that seek out facts to further human knowledge. You’ll find many Rh negative individuals in scientific careers, engineering, and even astronomy.

3. You struggle to form friendships.
People who have Rh negative blood often find it difficult to form relationships. They seek out friendships based on their interactions with others, often “testing” to see if authentic conversation is a priority. Lying about one’s own life story is a big turnoff to people with these personality traits. For that reason, people with this blood type often seek out others with the same personality traits to find friendships. Most say they have 1-3 good friends.

4. You are the smartest person you know.
People with Rh Negative blood are ridiculously intelligent. Their intelligence often comes across as being rude, arrogant, or cocky to others who don’t understand them. Compared to other personality profiles, Rh negative individuals tend to have the highest IQ levels, excel in school, and do well following entrepreneurial ventures.

5. You experience unusual encounters.
Perhaps the most unique thing about being in this group of people is the fact that others see people with Rh negative personality traits as being intensely trustworthy. They sense their quest to always have truth, which means they are willing to come up to someone as a stranger to discuss events from their life. Someone with these Rh negative traits will encounter at least one person per day who wants to share a personal story or offer a personal observation.

6. You experience unusual events.
People with Rh negative personality traits will often experience something that is self-described as being strange or unexplained. There are a wide range of options in this category. Some people have vivid dreams that feel like an alternative form of reality. Others might feel like they were abducted by aliens, the government, or someone they knew. Some people even believe they have mental traits that set themselves apart from the general population. Although some may create self-fulfilling prophecies from these events, there is a unique ability here where future events can sometimes be accurately predicted.

7. You experience the emotions of others.
People with Rh negative personality traits have a high emotional IQ, in addition to their overall higher intelligence. When they encounter other people, they can sense and experience their emotional state. These personality traits even make it possible to experience perceived emotions, like the impact of warfare when reading an article online that talks about a current conflict. It can be so strong in some people that it can cause them to become physically ill.

8. You have high levels of intuition.
These personality traits also help people be able to sense the truth in others, even if that person is attempting to masquerade as something or someone else. Games which involve lying, such as poker, are seen as easy for people with these personality traits when they have learned to listen to their intuition. For some, this specific trait is so strong that they can predict when they’ll win the lottery, know when to hit when playing Blackjack, or anticipate an accident while driving because they feel something is coming.

9. You have one major phobia.
People who have the Rh negative personality traits tend to be easily frightened. This happens because they are constantly going through every possible scenario which may happen during common daily events. This often leads to one major phobia developing, with a fear of heights and a fear of flying the two most common. Anything that puts life out of their own personal control becomes something that could become a minor or major phobia one day.

10. You struggle with mental illness.
It is not unusual for people with Rh negative personality traits to frequently struggle with mental illness. Depression is quite common within this population group. Many individuals can find a family history of mental illness that includes at least one person from their immediate relatives, such as a mother, father, or sibling. It is not unusual for at least one person from their extended family to have suffered a major mental illness episode, such as a schizophrenia diagnosis.

11. You are comfortable in isolation.
Some people like to say that humans were meant to be social creatures. With Rh negative personality traits, people tend to prefer isolation more than they do companionship. Most people with this personality trait will form a deep bond with a spouse, lighter bonds with certain friends, and then brush off random acquaintences. They are just as comfortable being alone, finding things to do, as they are spending time with the people they trust the most. You will not find people with these personality traits attending social events or going to new places with the goal of seeking out new relationships. They believe that a relationship will form if the circumstances of life direct them to do so.

These Rh negative personality traits are an overview of what someone may experience. You may relate to just one of these traits or being able to point to each one of them and say that describes you. It is important to remember that this group of traits is one of the most unique found in humanity. Whether you believe in fate, destiny, or scientific fact, your views of this world help to create a diverse environment where everyone benefits.

Author Biography
Keith Miller has over 25 years experience as a CEO and serial entrepreneur. As an entreprenuer, he has founded several multi-million dollar companies. As a writer, Keith's work has been mentioned in CIO Magazine, Workable, BizTech, and The Charlotte Observer. If you have any questions about the content of this blog post, then please send our content editing team a message here.


Cave find shows Neanderthals collected seafood, scientists say

Neanderthals made extensive use of coastal environments, munching on fish, crabs and mussels, researchers have found, in the latest study to reveal similarities between modern humans and our big-browed cousins.

Until now, many Neanderthal sites had shown only small-scale use of marine resources for example, scattered shells. But now archaeologists have excavated a cave on the coast of Portugal and discovered a huge, structured deposit of remains, including from mussels and limpets, dating to between 106,000 and 86,000 years ago.

Researchers say the discovery shows that Neanderthals systematically collected seafood: in some layers the density of shells was as high as 370kg per cubic metre. They say this is exciting because the use of marine resources on such a scale and in such a way had previously been thought to be a trait of anatomically modern humans.

The cave on the coast of Portugal that was found to contain evidence of Neanderthals’ use of food from the sea. Photograph: Zilhao et al./Science

Prof João Zilhão, of the University of Barcelona, a co-author of the report, said the discovery added to a growing body of research suggesting modern humans and Neanderthals were very similar.

“I feel myself uncomfortable with the comparison between Neanderthals and Homo sapiens, because the bottom line is Neanderthals were Homo sapiens too,” he said. “Not only was there extensive interbreeding, and such interbreeding was the norm and not the exception, but also in every single aspect of cognition and behaviour for which we have archaeological evidence, Neanderthals pass the sapiens test with outstanding marks.”

The findings chime with recent evidence that Neanderthals had “surfers’ ear” and may have dived to collect shells for use as tools. Previous finds in Spain have shown they decorated seashells and were producing rock art 65,000 years ago.

“Forget about this Hollywood-like image of the Neanderthal as this half-naked primitive that roamed the steppe tundra of northern Europe hunting for mammoths and other megafauna with poor and inefficient weapons,” said Zilhão. “The real Neanderthal is the Neanderthal who is in southern Europe.”

The discovery appears to throws cold water on the idea that the marine-rich diet of modern humans, high in fatty acids, helped them to outcompete Neanderthals as a result of better cognition.

“If [marine foods] were important to modern humans, then they were important for Neanderthals as well – or perhaps they did not have the importance people have been attributing to them,” said Zilhão, noting that in any case few modern humans were living by the coast.

Writing in the journal Science, researchers reveal how the newly excavated site, which was about 2km or less from the coast when occupied by Neanderthals, contained a plethora of stone tools, roasted plant matter and remains from horses and deer, as well as from eels, sharks, seals, crabs and waterfowl, suggesting a diverse diet.

Shells found in the cave, the largest of which is 5cm across. Photograph: Zilhao et al./Science

Zilhão said the find also shed some light on Neanderthal fishing practices, noting that they must have had baskets or bags. “You cannot walk 2,000m with a catch of 10 or 20 kilos of shells in your hands,” he said, adding that the Neanderthal population also probably understood that shellfish collected at the wrong time could be toxic.

The team say the dearth of other huge shell deposits in Europe could be down to a lack of preservation: shellfish could not be transported far from the coast, and hence many such deposits in northern Europe would have been destroyed as polar ice caps advanced, while elsewhere they may have been submerged as the sea rose to today’s levels.

The stretch of Portuguese coast where the new find was made is perhaps the only location locally where such deposits could have been preserved, they say. South Africa, by contrast, experienced an uplift of the land, meaning many such deposits have been preserved.

Dr Matthew Pope, a Neanderthal researcher at the UCL Institute of Archaeology who was not involved in the study, said its findings were significant.

“We have increasingly recognised the sophistication of Neanderthal behaviour, but one thing that continued to mark out the behavioural evolution of modern humans in Africa was the appearance of systematic collection of marine resources, and this marked a difference between the two populations,” he said. “Evidence like this is important in showing Neanderthal populations had the capability for systematic exploitation of marine resources.”


Bacterial Pneumonia

One common cause of pneumonia is bacterial infection. Bacterial pneumonia usually causes a cough that produces mucus from your lungs (sputum). Anyone can be infected, but some people stand a greater risk, including those who:

  • suffer from a viral infection,
  • have another respiratory disease, or
  • are recovering from surgery.

Antibiotics are highly effective in treating bacterial pneumonia, so long as the bacteria are not resistant to the antibiotics. Most people see improvement within two to three days after beginning antibiotic treatment but some cases last longer, even with IV antibiotics.

Bacterial pneumonias, except for tuberculosis, are not very contagious. They can occur from bacteria normally found in your nose or throat which then spread to the lungs for a variety of reasons.

What Is Walking Pneumonia?

Though not a medical term, many people use this phrase to describe a mild form of pneumonia. One third of those who contract Mycoplasma pneumoniae (M. pneumoniae) bacteria develop this milder variation. Viruses can cause it, too. Walking pneumonia lung infections occur most often in crowded settings such as schools, military barracks, nursing homes, and hospitals.


Discussion and Summary

Recent isotopic studies on Neanderthals (7–10, 44) suggest that they were heavily dependent on meat from herbivorous terrestrial mammals, whereas Upper Paleolithic humans had a much broader resource base, including regular access to fowling and aquatic resources (44). However, isotopic analyses on Neanderthal bones from coastal environments should also be performed to test this contrast further (45). Grayson and Delpech (5) showed that Neanderthals and Upper Paleolithic humans did not show significant differences in hunting and butchering behavior in the material studied. Similarly, we have observed that the human occupation levels at Gorham's Cave, first occupied by Neanderthals and then by Upper Paleolithic humans, do not show obvious differences in faunal composition (40). Marine mammals are present in occupation levels associated with Neanderthals at both Vanguard and Gorham's Caves and occur in Upper Paleolithic human occupation levels in Gorham's (38).

Marine mammal exploitation has also been documented in South African Middle Stone Age (MSA) people. Recent publications have shown that at Pinnacle Point (on the south coast of South Africa), they included marine resources in their diet ≈164 ka ago (±12 ka (46). The earliest previous evidence for human use of marine resources and coastal habitats was dated to 125 ka ago in Eritrea (47, 48). Klein et al. (49) claim to find similarities between MSA people and the opportunistic behavior of hyenas in their tendency to patrol the coast year-round, in contrast to Late Stone Age (LSA) groups that focused their coastal visits. Klein et al. (49) also suggested that MSA Africans could have been behaviorally similar to their European Neanderthal contemporaries (50), whereas effective use of coastal resources was a property of LSA people (after 50 ka). We have distinguished in Gibraltar focused coastal visits by Neanderthals repeated during particular times, possibly seasonal. It should be noted that studied LSA sites in South Africa are largely after 20 ka (51, 52) and recent studies suggest that the MSA survived in places until ≈28 ka (53). This means that the MSA/LSA transition in South Africa may be comparable with the Middle/Upper Paleolithic transition in southwestern Europe (1, 49) and that the LSA focused exploitation of marine resources in South Africa therefore probably postdates that by the Mediterranean Neanderthals.

Vanguard Cave shows that Neanderthals were not only systematically exploiting terrestrial mammals but also marine mollusks, pinnipeds, and cetaceans. Their distribution through the stratigraphy suggests that securing marine mammals was not an accidental or isolated practice, but a focused behavior possibly repeated seasonally or over longer periods. Furthermore, at several Gibraltar Middle Paleolithic sites, coastal wildfowl and seabirds (e.g., the Great Auk Pinguinus impennis), were also likely to have been exploited by Neanderthals (40, 54–56). Significantly, the range of species exploited and the age distribution pattern of the prey strongly indicate that the coastal exploitation of resources by Neanderthals was not a sporadic and isolated occurrence but one that required a knowledge of the life history of prey and its seasonality. Other Middle Paleolithic sites from Portugal (57) and the South of Spain (58, 59) have yielded remains of mollusks, cetaceans, or marine birds. Although evidence of a human role for these marine remains may not be as clear and repetitive as in Gibraltar, their presence should also be considered as reinforcing this behavior in Neanderthals.

This indicates that a wider geographical and ecological range of Neanderthal and Upper Paleolithic human sites will need to be sampled before definitive conclusions can be reached about the extent of behavioral differences between these closely related human groups. Marine resource exploitation provides higher territorial stability (40, 47), and this might have facilitated a late survival of Neanderthals in the South of the Iberian Peninsula (1).


Voir la vidéo: Quest ce que loreille du surfeur?