Google a-t-il simplement battu Microsoft sur le marché ?

Google a-t-il simplement battu Microsoft sur le marché ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Si je me souviens bien, Android/droid a obtenu un contrat exclusif avec l'opérateur Verizon. Cela aurait rendu presque impossible l'entrée de Windows sur le marché américain.

Je comprends que le moteur de recherche pour mobile de Google était en jeu car Windows Phone aurait utilisé un moteur de recherche alternatif.

  • procès antitrust références vagues à 3 mois entre le lancement et la fin.
  • le bord est arrivé sur le marché trop tard

Je vais continuer à chercher pour voir s'il y a une sorte de consensus.

Y a-t-il une autre raison pour laquelle Android l'emporte sur Windows Phone ? Google a-t-il simplement battu Microsoft sur le marché et lancé un téléphone plus tôt ?


Apple a battu Google sur ce même marché, et Android est toujours (en chiffres bruts) écrasant également le mobile IOS. Il s'agit donc plus de savoir ce que Google Android a bien fait (ce que MS et, dans une moindre mesure, Apple n'ont pas fait).

Historiquement, pour les plateformes concurrentes, la plateforme la plus ouverte l'emporte presque toujours.

Formats de bande vidéo :

  • VHS : sous licence à tous ceux qui le souhaitent.
  • Betamax : Sony Exclusive (plus tard sous licence à 2 sociétés, mais le combat était alors terminé)

Systèmes d'exploitation:

  • Unix : sous licence gratuite sur demande (grâce aux problèmes antitrust avec Bell)
  • ZOS, MVS, MCP, VMS : spécifiques au fournisseur.

Plateformes informatiques à domicile :

  • PC : Librement disponible pour cloner par n'importe qui, grâce à l'ingénierie inverse du BIOS et au matériel étant des composants standard.
  • Amiga, Atari ST, MacOS : spécifiques au fournisseur.

et maintenant nous arrivons aux plateformes Smartphone :

  • Android : licences gratuites pour les fabricants d'appareils
  • Apple IOS : fournisseur unique.
  • Windows Phone : licences disponibles pour les fabricants, mais de 20 $ à 30 $ par unité.

Lorsqu'une plate-forme est plus ouverte, il est beaucoup plus facile de la développer et aucun coût supplémentaire ne doit être répercuté sur les consommateurs, ce qui rend les appareils moins chers. Cela réduit également les obstacles au développement, ce qui signifie qu'il y a plus de concurrence entre les fabricants. Cette aussi fait baisser les prix. Lorsque, toutes choses égales par ailleurs, votre appareil est moins cher qu'un concurrent, vos ventes seront meilleures.

Pour toute plate-forme quelque peu ouverte, un matériel moins cher déclenchera un cercle vertueux où plus de consommateurs choisiront votre plate-forme, ce qui attirera plus de développeurs, qui doivent se concurrencer, rendant le matériel résultant encore moins cher, un meilleur support logiciel et un renforcement de l'innovation, qui attire encore plus d'utilisateurs sur cette plate-forme, etc.

Apple a survécu à cela en arrivant sur le marché en premier (ils disposaient donc déjà d'une plate-forme bien établie lors de l'introduction d'Android) et en se faisant une marque de prestige afin que les utilisateurs soient prêts à payer les coûts supplémentaires.

Windows Phone était ouvert (ish), mais plus cher, et il n'y avait aucun moyen raisonnable pour lui d'établir son propre cycle vertueux encore plus dur que celui d'Android au début avec des coûts de développement de fournisseur plus élevés et une base d'utilisateurs et de développeurs beaucoup plus petite.


Cela a commencé comme un commentaire sur la réponse de T.E.D., et s'est transformé en un aperçu du marché des téléphones intelligents et des raisons pour lesquelles Microsoft a échoué.

Divulgation complète, je travaille sur un Mac, je joue sur Windows et j'utilise des téléphones Android. Mon premier smartphone était un Nexus One que j'ai obtenu gratuitement (!) Je n'ai jamais écrit d'application Android.


Alors que le nombre brut d'appareils montre qu'Apple "perd" et Google "gagne". La réalité est qu'ils gagnent tous les deux aux jeux qu'ils ont choisis.

Alphabet (la société mère de Google) ne vend pas de téléphones. Il ne vend pas de logiciel. Même la plupart de ses services sont gratuits. Alphabet vend ses utilisateurs. Alphabet gagne son argent grâce aux publicités et à la vente du comportement de ses utilisateurs. Alphabet a réalisé 95 milliards de dollars de publicité l'année dernière, soit 86 % de son chiffre d'affaires total. Android existe pour canaliser les utilisateurs vers les services d'Alphabet afin qu'il puisse leur diffuser des publicités et collecter des données détaillées sur leurs utilisateurs à vendre. Il est dans l'intérêt d'Alphabet qu'Android soit gratuit, omniprésent et sur autant de téléphones que possible.

À l'opposé, Apple est avant tout une entreprise de matériel informatique. Apple réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires en vendant des iPhones à hauteur de 142 milliards de dollars de ventes l'année dernière. Les iPads ont rapporté 21 milliards de dollars. En comparaison, les Mac ont fait 25 milliards de dollars. iOS existe pour vendre des iPhones et des iPads.

Les deux sociétés tirent de l'argent de leur boutique d'applications en prenant entre 15 % et 30 % des ventes d'applications ainsi que des frais d'abonnement. Mais ce sont de petites pommes de terre par rapport à leurs principaux revenus : la publicité (Alphabet) et le matériel (Apple).

Il est clair que les deux se portent plutôt bien.


Et Microsoft ? Contrairement à Alphabet et Apple, Microsoft est dispersé. Plutôt qu'un colosse, Microsoft est un conglomérat de divisions. Leurs revenus sont répartis à parts égales entre « Productivité et processus métier », « Intelligent Cloud » et « Plus d'informatique personnelle ».

Cela inclut leurs logiciels tels que Office, Skype, Exchange, SharePoint, Outlook et Dynamics. Ceux-ci ont des versions grand public et entreprise, des versions installées et cloud. Ils gèrent des sites Web comme Linkedin, Github et Bing. Ils s'occupent de la gestion financière, de la planification des ressources et de la gestion de la chaîne d'approvisionnement. Ils disposent d'outils de développement tels que SQL Server, Github, Visual Studio et Azure. Ils vendent la XBox, développent et publient des jeux. Ils vendent des tablettes, des claviers, des souris et des accessoires. Et, bien sûr, ils font Windows.

Android est au cœur de la stratégie d'Alphabet pour diffuser des annonces. Pour Apple, l'iPhone a été développé comme l'une de ses petites écuries matérielles. Mais pour Microsoft, Windows Phone n'était qu'un produit de plus dans une mer de produits.

Pour mettre cela en perspective, en 2010, lorsque Windows Phone 7 est sorti, le chiffre d'affaires de l'ensemble de la division Entertainment and Devices de Microsoft qui comprenait XBox, Zune, PC Games, logiciels Mac, matériel PC… et Windows Phone était de 8 milliards de dollars. En 2010, Apple a vendu 25 milliards de dollars rien qu'en iPhone.

Ce manque de concentration signifiait que malgré la taille énorme de Microsoft, par rapport à l'iPhone et à Android, Windows Phone était bousculé et privé de ressources.

[Larry Lieberman, chef de produit senior pour Microsoft's Mobile Developer Experience] a ajouté qu'une partie de la raison derrière le manque de chemin de mise à niveau pour les applications, était le temps nécessaire pour lancer Windows Phone 7 Series sur le marché. "Ce produit a été livré dans un délai incroyablement accéléré", a-t-il déclaré. « Si nous avions eu plus de temps et de ressources, nous aurions peut-être pu faire quelque chose en termes de compatibilité descendante. »

La source

En conséquence, Windows Phone 7 a rompu la rétrocompatibilité avec Windows Mobile 6, effaçant leur bibliothèque de logiciels. Les téléphones Windows Phone 7 ne pouvaient pas exécuter Windows Phone 8, ce qui rendait la mise à niveau coûteuse. Contrairement à l'intégration d'Android avec les excellents services de Google, Windows Phone était équipé des services Bing.

iOS et Android sont des systèmes d'exploitation dédiés pour smartphones et tablettes autorisés à faire leur propre chose séparément de leurs homologues de bureau. En revanche, Microsoft a encore compliqué Windows Phone en essayant d'unifier ses systèmes d'exploitation de bureau, de tablette et de téléphone. Cela s'est étendu au logiciel, à l'interface utilisateur et à l'image de marque. Cela aurait pu être un coup majeur s'ils l'avaient réussi, mais ils ne l'ont pas fait. Au lieu de cela, cette approche "taille unique" conduit à la confusion et aux compromis pour tous.

Les exemples incluent leur tentative d'unification de l'interface utilisateur avec Metro. Les petits écrans tactiles ont des besoins très différents des moniteurs basés sur la souris et le clavier. Le résultat était une interface qui fonctionnait assez bien sur les téléphones et les tablettes, avait des fonctionnalités intéressantes pour les ordinateurs portables à écran tactile, mais était un désordre confus sur les ordinateurs de bureau qui nuisait à Windows 8. En fin de compte, les écrans tactiles ne sont pas devenus omniprésents dans l'espace ordinateur portable et de bureau. .

Windows RT a promis de déplacer les applications de manière transparente entre les ordinateurs de bureau et les tablettes, mais a plutôt abouti à quelque chose entre un ordinateur portable paralysé et un téléphone très coûteux, diluant davantage le Windows Phone.

Microsoft a appris à ses dépens ce qu'Apple savait : les téléphones ne sont ni des ordinateurs portables ni des ordinateurs de bureau.

Le Windows Phone a été précipité, sous-financé et flou. Il était chargé de services de deuxième niveau et d'une conception compromise pour d'autres appareils. Les développeurs d'applications étaient paralysés par des incompatibilités. Était-ce un smartphone ou un petit ordinateur portable ? Il a essayé d'être à la fois sur un budget pour ni l'un ni l'autre.

Sources


Google a-t-il simplement battu Microsoft sur le marché ?

Non.

  • Microsoft produit des systèmes d'exploitation pour téléphones depuis au moins 2003

    • Windows Mobile 2003 pour Pocket PC Phone Edition
    • Windows Mobile 2003 pour Smartphone
    • Windows Mobile 2003 SE pour Pocket PC Phone Edition
    • Windows Mobile 5.0 Pocket PC Édition Téléphone
  • Steve Jobs a dévoilé l'iPhone d'Apple au public le 9 janvier 2007.

  • Selon Wikipedia : « Android a été dévoilé en 2007, avec le premier appareil Android commercial lancé en septembre 2008. »

  • Le système d'exploitation "Windows Phone" de Microsoft est sorti en novembre 2010. Mais ce n'était que le dernier d'une longue succession de systèmes d'exploitation pour téléphones de Microsoft.

Il doit y avoir d'autres raisons, plus importantes, pour lesquelles Microsoft a échoué sur ce marché et n'a pas été en mesure de tirer parti de son monopole sur les ordinateurs de bureau ou de capitaliser sur sa base d'utilisateurs de produits de longue date sur le marché des téléphones et des appareils mobiles.


La situation n'est pas aussi simple que d'être en retard sur le marché. Passons en revue la situation qui a précédé la sortie des téléphones Windows Mobile.

Microsoft était à la recherche du marché des appareils portables depuis un certain temps, à commencer par Windows CE, sorti pour la première fois en 1996.

Cela a été suivi des premières versions de Windows Mobile en 2003, y compris quelques premiers téléphones qui étaient essentiellement un PDA avec la téléphonie greffée. Au moment de leur apparition, Blackberry battait son plein et s'était déjà taillé la part du lion sur le marché de l'informatique d'entreprise.

Les deux efforts ont connu des difficultés en raison d'une interface utilisateur faible qui tentait d'imiter Windows de bureau et des performances généralement anémiques des appareils portables avant le milieu des années 2000. Ironiquement, les dernières versions de Windows Mobile avaient une interface utilisateur considérablement améliorée et introduisaient le concept d'applications qui s'exécutaient sous la forme d'une grande icône… une idée intéressante qui n'a jamais fait son chemin.

Microsoft travaillait sur un appareil informatique de type pad depuis le début des années 1990 et avait fait connaître cet effort, mais n'a jamais pu proposer un appareil vraiment utilisable. En fait, c'est un ingénieur Microsoft en état d'ébriété qui s'en est vanté auprès de Steve Jobs lors d'une fête chez Steve, ce qui a conduit Jobs à lancer le projet Apple Pad qui a conduit à l'iPhone. Apparemment, cocher Steve n'était pas une chose sage à faire.

Apple a commencé à travailler sur iOS vers 2005 pour un projet de pad (après la rencontre susmentionnée) qui a été suspendu lorsqu'ils ont décidé de créer leur propre téléphone après une expérience difficile d'intégration d'iTunes avec le téléphone Motorola Rokr. Étant donné que le multitouch et un système d'exploitation portable avaient été développés pour le projet de tablette, l'iPhone a simplement réduit la taille de l'appareil et s'est appuyé sur le travail existant. Les premiers succès d'Apple ont suivi l'iPod, qui avait révolutionné les lecteurs de musique portables et avait établi une présence substantielle dans le commerce de détail en ligne avec l'iTunes Store… Microsoft n'avait rien de tel et n'a pas pu le créer du jour au lendemain.

Gardez à l'esprit que la pomme de 2007 n'était pas comme la pomme d'aujourd'hui. À cette époque, il était considéré comme le summum de l'innovation après le succès de l'iPod, un facteur majeur dans l'adoption rapide de l'iPhone alors radical en 2007… Apple avait la réputation de produire des avancées technologiques substantielles qui fonctionnaient très bien. Malheureusement, après la mort de Jobs, l'innovation chez Apple s'est arrêtée, suivie du départ de la plupart des leaders créatifs.

Android a vu le jour en 2003, acheté par Google en 2005 (pour 50 millions de dollars). La version initiale en 2006 utilisait un clavier de style Blackberry et aucune capacité tactile, mais lorsque iOS a fait ses débuts en 2007, Google a reporté la sortie jusqu'à ce que le multitouch et un clavier virtuel puissent être ajoutés. Android était basé sur l'open source et Google autorisait l'installation d'applications (bien qu'avec des avertissements) à partir de sources autres que leur magasin, afin d'encourager une plus grande variété d'applications.

Pourquoi Windows Mobile n'a-t-il pas réussi ? Quelques facteurs me viennent à l'esprit :

Au moment où Windows Mobile est sorti, Apple battait son plein avec l'App Store et les applications développées en externe, et Android avait ajouté la même fonctionnalité. Les développeurs indépendants s'étaient déjà engagés sur l'une de ces plates-formes ou sur les deux. Une troisième plate-forme a donc eu du mal à attirer l'attention des développeurs mobiles, tandis que les développeurs Windows existants n'étaient pas vraiment adaptés à ce nouveau marché. Techniquement, cela pourrait être qualifié de « tard sur le marché », mais lorsqu'il est combiné aux efforts ternes précédents de MS qui duraient depuis plus d'une décennie, les utilisateurs mobiles astucieux ont pu se méfier d'un produit mobile MS.

MS mise fortement sur l'intégration avec Windows Desktop. Comme la plupart des appareils mobiles ont fini par être utilisés avec peu ou pas d'intégration avec un système d'exploitation de bureau, ce n'était pas un facteur convaincant.

La réputation de Microsoft a souffert dans les années qui ont précédé la révolution mobile. Windows, bien qu'étant un quasi-monopole, avait mis du temps à améliorer l'interface utilisateur et la fiabilité (Blue Screen of Death), car MS reposait sur son monopole et gagnait de l'argent. Dans la panique, MS a sorti Windows 8, qui a greffé un frontal mobile sur une plate-forme de bureau, une combinaison qui ne fonctionnait pas très bien. Cela a peut-être été un facteur de résistance à l'adoption des téléphones Windows Mobile.

Le fait que MS se soit embrouillé sans succès avec un projet de pad pendant plus de 15 ans, quand Apple a réussi dans environ trois ans, et que Google est apparu de nulle part avec une version open source dans trois autres, n'a pas échappé à la communauté informatique.

Cela aide à replacer cela dans le contexte de l'époque. En 2010, MS était encore considéré comme le monopole lent et laborieux que vous deviez supporter sur votre bureau. Depuis lors, MS s'est transformée en une entreprise de déménagement beaucoup plus réactive et plus rapide. Un changement de culture majeur, c'est une histoire en soi.

Il semble y avoir un élément de « nous en avons assez de Microsoft » qui se passe là-bas.


Voir la vidéo: GDL Italia - Google Prediction API, machines that learn


Commentaires:

  1. Yas

    C'est d'accord, une pièce utile

  2. Jeoffroi

    Oui, c'est notre monde moderne et j'ai bien peur qu'on ne puisse rien y faire :)

  3. Chandler

    Je suis désolé, mais à mon avis, vous avez tort. Je suis sûr. Écrivez-moi dans PM, parlez.

  4. Blase

    Je ne peux même pas croire qu'il existe un tel blog :)

  5. Sebert

    Je veux dire que vous n'avez pas raison. Écrivez-moi dans PM, nous allons le gérer.

  6. Hubert

    Vous n'êtes pas correcte. Envoyez-moi un e-mail en MP, nous parlerons.



Écrire un message