Ils relient l'auto-domestication humaine et son évolution cérébrale

Ils relient l'auto-domestication humaine et son évolution cérébrale


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Emiliano Bruner, paléoneurologue au Centre national de recherche sur l'évolution humaine (CENIEH) vient de publier un article d'opinion sur l'auto-domestication et la cognition visuospatiale dans la race humaine, dans laquelle on se demande si les deux caractéristiques peuvent avoir eu des influences réciproques ou des mécanismes partagés.

D'un côté, l'hypothèse d'auto-domestication propose que l'être humain a subi, tout au long de son évolution, un processus de juvénilisation pour limiter l'agressivité entre les individus et favoriser la coopération au sein de grands groupes sociaux.

D'autre part, notre espèce présente une évolution anatomique des régions pariétales du cerveau, impliquées dans l'intégration visuospatiale, l'imagination visuelle et l'intégration entre le corps et l'environnement.

Les deux aspects sont impliqués dans la capacité technologique et la complexité sociale, dépendent des schémas de nos étapes de vie (adolescence ou longévité), et sont liés aux changements des niveaux de plasticité cérébrale.

Corps domestiqués

Moins d'agressivité chez une espèce est souvent obtenue en conservant des caractères infantiles, et ces «corps domestiqués» présentent alors une apparence juvénile, sont plus sociaux et plus plastiques au niveau du comportement (exploration, curiosité, créativité).

«Le développement du cortex pariétal influence la capacité à connecter le corps à la technologie et augmente le nombre d'individus avec lesquels nous sommes en mesure de communiquer dans le groupe social. Il faut donc s'attendre à ce que ces deux aspects aient interagi tout au long de l'évolution de la race humaine, et notamment chez notre espèce, l'Homo sapiens », explique Emiliano Bruner

Cet article, également rédigé par Ben Gleeson, de l'Université nationale australienne de Canberra (Australie), a été publié dans la revue Frontières en psychologie, dans un volume dédié à l'auto-domestication et à l'évolution humaine.

Référence bibliographique:

"Cognition corporelle et auto-domestication dans l'évolution humaine" Front. Psychol., 21 mai 2019.


Vidéo: SVT FACILE - Tale spé. - Le cerveau: plasticité, fragilité et rôle dans la motricité


Commentaires:

  1. Kibei

    Merci pour cette information pertinente. C'était très utile pour moi.

  2. Masruq

    Je suis désolé, mais je pense que vous faites une erreur. Je peux le prouver. Envoyez-moi un e-mail en MP, nous parlerons.

  3. Arashikree

    C'est improbable!

  4. Sakima

    À mon avis, des erreurs sont commises. Je propose d'en discuter. Écrivez-moi dans PM, parlez.

  5. Alixandre

    Je ne peux pas participer à la discussion pour le moment - très occupé. Je voudrais être libre - pour sécuriser leur point de vue.

  6. Mazahn

    Désolé d'intervenir, mais à mon avis, il existe une autre façon de résoudre le problème.

  7. Winswode

    Réponse rapide )))



Écrire un message