George W. Bush déclare la mission accomplie

George W. Bush déclare la mission accomplie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Depuis le porte-avions USS Abraham Lincoln le 1er mai 2003, se tenant directement sous la bannière « Mission accomplie », le président George W. Bush déclare : « Dans la bataille d'Irak, les États-Unis et nos alliés ont prévalu. La revendication de victoire de Bush dans ce qui est devenu le discours de la « Mission accomplie » a suscité des critiques alors que la guerre en Irak s'est poursuivie pendant plusieurs années par la suite.


Bush : « Mission accomplie » est une erreur

NEW YORK (CNN) -- Un président américain réfléchi, George W. Bush, a déclaré qu'il regrettait certaines de ses déclarations les plus brutales sur sa soi-disant guerre contre le terrorisme au cours des huit dernières années et souhaitait ne pas avoir parlé devant une bannière "Mission accomplie" seulement un mois après Des troupes américaines en Irak ont ​​été déployées.

George W. Bush dit que sa femme lui a dit qu'en tant que président, il devrait faire attention à ses paroles.

"Je regrette d'avoir dit certaines choses que je n'aurais pas dû dire", a déclaré Bush à Heidi Collins de CNN lorsqu'on lui a demandé de réfléchir à ses regrets concernant ses deux mandats en tant que président. "Comme "mort ou vivant" et "amenez-les". Ma femme m'a rappelé que, hé, en tant que président des États-Unis, fais attention à ce que tu dis."

L'interview, à bord de l'USS Intrepid à New York, est intervenue après que le président a prononcé un discours lors d'une cérémonie de la Journée des anciens combattants.

Peu de temps après les attentats du 11 septembre, le président a déclaré à propos du chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden : "Je veux la justice. Il y a une vieille affiche dans l'Ouest qui disait : "Recherché, mort ou vivant". " Regardez le président Bush parler de ses regrets »

Bush a également été critiqué en 2003 pour sa réponse aux insurgés en Irak.

"Il y en a qui ont l'impression que les conditions sont telles qu'ils peuvent nous attaquer là-bas. Ma réponse est, amenez-les », dit-il alors.

Ne manquez pas

Mardi, le président a également évoqué le moment à bord de l'USS Abraham Lincoln le 1er mai 2003, au cours duquel il a déclaré la fin des grandes opérations de combat en Irak.

« Ils avaient un panneau indiquant « Mission accomplie ». C'était un signe destiné aux marins du navire, mais il transmettait une connaissance plus large. À certains, il a dit, eh bien, Bush pense que la guerre en Irak est terminée, alors que je ne le pensais pas. Mais néanmoins, il a transmis le mauvais message. »

Le président, dont l'héritage sera certainement débattu pendant des décennies, a déclaré qu'il était également fier de beaucoup de choses.

"Je suis fier d'être le commandant en chef de personnes si altruistes et si courageuses qu'elles se porteraient volontaires pour servir notre pays en temps de guerre", a-t-il déclaré. "Je suis fier quand je vois des gens nourrir les affamés. Je suis fier quand je suis en Afrique et que je vois des volontaires aider ces citoyens qui meurent du VIH/SIDA."


Joyeux “Mission Accomplie” Anniversaire

Aujourd'hui (1er mai), c'est le quatrième anniversaire de l'un des discours de propagande les plus malhonnêtes de l'histoire américaine moderne.

Le président Bush a fait sa combinaison de vol sur le pont de l'U.S.S. Abraham Lincoln devant une banderole proclamant "Mission Accomplie".

Bush a proclamé : « Avec de nouvelles tactiques et des armes de précision, nous pouvons atteindre des objectifs militaires sans diriger la violence contre les civils. » Dites cela à Haditha, dites cela à toutes les familles irakiennes dont des proches ont été tués aux points de contrôle américains, dites cela aux habitants de Falloujah.

Bush a assuré aux Américains et au monde : "Nous avons commencé la recherche d'armes chimiques et biologiques cachées, et connaissons déjà des centaines de sites qui feront l'objet d'une enquête". Chaque mois qui passe, nous en apprenons davantage sur la façon dont l'administration a été averti avant d'attaquer l'Irak que Saddam avait depuis longtemps abandonné la production d'armes chimiques et biologiques. Mais Bush pourrait encore utiliser avec succès ce hobgobelin dans les semaines qui ont suivi la soumission de Bagdad.

Bush a déclaré : « La libération de l'Irak est une avancée cruciale dans la campagne contre le terrorisme. Nous avons éliminé un allié d'Al-Qaïda et coupé une source de financement du terrorisme. C'est ironique avec le recul, puisque l'administration Bush utilise maintenant la présence d'Al-Qaïda dans les décombres de l'après-guerre pour justifier la perpétuation de l'occupation militaire américaine.

Bush a terminé son discours avec la contorsion biblique suivante : « Vous tous, tous dans cette génération de nos militaires, avez pris la plus haute vocation de l'histoire : vous défendiez votre pays et protégiez les innocents du mal.

Et partout où vous allez, vous portez un message d'espoir, un message ancien et toujours nouveau. Selon les paroles du prophète Isaïe, “Aux captifs, sortez et à ceux qui sont dans les ténèbres, soyez libres.”

Je suppose que l'exemption d'Abou Ghraib pour les captifs sortant n'a pas fait la coupe finale du discours de Bush.

Alors que les choses se détérioraient en Irak à l'été et au début de l'automne 2003, l'équipe Bush a cherché à réécrire l'histoire de ce discours. Lors d'une conférence de presse le 28 octobre 2003, Bush a été interrogé sur la bannière géante accrochée au porte-avions, Bush a répondu : que leur mission a été accomplie. Je sais que cela a été attribué d'une manière ou d'une autre à un homme avancé ingénieux de mon état-major - ils n'étaient pas si ingénieux, d'ailleurs. "

La conception de la bannière avait le même design, la même police de caractères et le même arrière-plan qu'une grande bannière « Emplois et croissance » accrochée lors d'une conférence de Bush dans l'Ohio une semaine plus tôt. Quelques jours après le discours d'Abraham Lincoln de Bush, le Washington Post a noté que les "assistants de Bush disent que le slogan a été choisi en partie pour marquer un virage présidentiel vers les affaires intérieures à l'approche de sa campagne pour sa réélection". Après le commentaire de Bush le 28 octobre sur la bannière, le porte-parole de la Maison Blanche, Dan Bartlett, a affirmé que le slogan avait été imaginé par des marins qui ont ensuite demandé à la Maison Blanche de créer la bannière. La maison Blanche
arrangé pour que la bannière soit créée et livrée au porte-avions. Mais Bush avait raison de dire que la banderole n'avait pas été accrochée au porte-avions par son attaché de presse, Ari Fleischer.

Quelques semaines après l'U.S.S. Discours d'Abraham Lincoln, j'ai écrit dans le chapitre “Iraq & the War on Terrorism” de Terrorisme et tyrannie (qui est sorti dans les rues fin août 2003) : « Le fait que Bush soit entré en guerre contre l'Irak sur la base d'une stratégie trompeuse est essentiel pour savoir à quoi s'attendre du reste de la présidence de Bush. Il n'y a aucune raison de présumer que Bush était plus trompeur et manipulateur au sujet de la guerre contre l'Irak qu'il ne l'est au sujet de la guerre contre le terrorisme ou d'autres sujets. La principale différence est que les preuves de fausses allégations sur l'Irak sont devenues beaucoup plus claires, surtout après l'invasion américaine. Tant que les groupes terroristes ne réussissent pas à lancer des attaques très médiatisées contre l'Amérique ou les Américains, Bush peut représenter la guerre contre le terrorisme comme bon lui semble.

Rien ne s'est passé depuis le 1er mai 2003 pour faire de George Bush un smidgin plus honnête.

La seule différence est que le carnage en Irak est si évident que même nombre de ses fidèles partisans ne sont plus disposés à croire et à applaudir les mensonges de Bush.

33 réponses à Joyeux “Mission Accomplie” Anniversaire

Ouais, ce spectacle était sacrément aussi bon que sa remarque prémonitoire sur le niveau croissant de l'insurrection en Irak - Apportez-les-moi. À mon avis, cela a été son seul succès.

En fait, Bush a également réussi à me faire boire à plusieurs reprises.

Moi aussi Jim, en fait en ce moment l'un d'entre eux te parle demain

C'était une séance photo égoïste pour mettre fin à toutes les séances photo égoïstes, n'est-ce pas ?

Il y avait notre garçon Bush faisant son atterrissage sur le pont et se pavanant dans son meilleur style faux “Top Gun” par la suite. Quel homme!

Il y a quatre ans, nous avons gagné la guerre. Dommage que les Irakiens et le peuple dont nous avons envahi le pays n'aient pas eu le mot.

C'est dans les nouvelles que H.R.H. Le prince Harry se rend en Irak pour servir d'officier de char. Tout un contraste avec ce que nous avons ici.

En mars, Kitty Kelley a écrit l'article d'opinion « Pourquoi les filles Bush ne sont-elles pas en Irak ? » pour le Los Angeles Times. Kelley dit que ni les filles de Bush ni ses nièces et neveux ne sont dans l'armée, encore moins en Irak.

Elle mentionne que pendant la Seconde Guerre mondiale, les fils de FDR étaient dans l'armée, tout comme de nombreuses célébrités. Il y avait aussi un jeune aviateur naval du nom de George H. W. Bush, qui pilotait un bombardier-torpilleur Avenger dans le Pacifique.

Bush a qualifié sa guerre en Irak de noble cause. Dommage que ni les membres de sa propre famille, ni les fils et les filles des Chickenhawks, ne partagent le fardeau là-bas.

Nos troupes sont mutilées et tuées lorsque leur convoi de ravitaillement est attaqué alors qu'il livre du ravitaillement à de petits contingents de troupes d'autres pays. Avec certains, leur seule mission est de rester hors de danger. Pour que Bush réalise cette illusion d'une "coalition" nos troupes sont en train de mourir - c'est une infraction irréprochable.

Excellent article Jim « Je soupçonne que les médias et les experts politiques passeront beaucoup plus de temps à scruter les détails intimes du scandale et de la « liste » de Pamela Martin and Associates qu'ils n'en ont consacré à évaluer les fausses preuves et les justifications de l'invasion de l'Irak.

Merci Marc. Oui, je pense que les médias seront obsédés par Hookergate pendant un bon bout de temps.

Je me demande si le secteur des escortes s'est développé après MonicaGate – lorsque les gros bonnets de DC sont devenus plus nerveux à l'idée de compter sur des stagiaires.

Edgar Montrose – Je m'attends à ce que la liste des infractions potentiellement destituables s'allonge à mesure que les citations à comparaître exposent de plus en plus d'abus…

Pour ajouter l'insulte à l'injure, Bush a déclaré hier que le 1er mai serait désormais officiellement le jour de la fidélité.
http://www.whitehouse.gov/news/releases/2007/04/20070430-3.html

Je n'ai pu trouver aucun autre moyen de correspondance, mais je me suis senti obligé de demander de l'aide, si possible. Je n'ai pas tout à fait 25 ans, je suis titulaire d'un diplôme en éthique et philosophie sociale et envisage un diplôme en droit. J'ai terminé “Bush Betrayal” en moins d'une semaine et j'étais submergé de dégoût à chaque page tournée. Que peut-on faire, le cas échéant, pour remédier à la triste situation que nous appelons les États-Unis ? Que puis-je faire pour faire la différence ? Que puis-je faire pour aider ma génération à sortir de sa crédulité et de sa complaisance ? Je ne sais pas quoi faire de ma vie, mais je me sens certainement appelé à faire la différence. Je relis constamment les écrits de Thomas Jefferson afin de comprendre ce qu'il espérait de la Constitution, et je sais pertinemment que les tactiques de Bush sont si capricieuses qu'il a pour mission de détruire le peuple américain et nos droits. Jamais je n'ai été aussi consterné par un administrateur de la justice et un organe directeur et par l'administration Bush. S'il vous plaît, aidez-moi à me concentrer, si vous le souhaitez. En attendant, j'espère que vous continuerez à nous éclairer.

Que peut-on faire contre la triste situation ? L'Arbre de la Liberté a l'air incroyablement desséché et a besoin d'être arrosé ces jours-ci. Aw bugger – il y a une chance que j'aurais pu avoir de sortir de la liste d'interdiction de vol.

J'ai toujours pensé qu'avec des modes de communication meilleurs et plus efficaces, les récits officiels auront des demi-vies de plus en plus petites car ils se rencontreront plus rapidement.
avec les faits sur le terrain. Pensée assez simpliste. Des faits connus plus rapidement empêcheront tout détournement des pouvoirs en place.

Ainsi, plus de petits récits douillets sur le grand Blanc du Nord allant vers le Sud pour sauver les esclaves noirs, et nous n'obtiendrons pas non plus de
une forte dose de spin de la Seconde Guerre mondiale sur le sauvetage des civilisations et des groupes ethniques européens d'un fou allemand, ni de fantasmes sur la résolution
Les Japonais ne comprennent la capitulation qu'en termes de physique nucléaire ! Au fur et à mesure que les faits sont connus « maintenant presque instantanément » le récit officiel se fane sur la vigne.

Telle est la façon dont fonctionne mon esprit simple…!

Mais je pense que, comme d'habitude, Dubya, ses gestionnaires et les pouvoirs en place à Washington ont mis un terme à ma façon de penser linéaire, et ils l'ont fait d'une manière post-narrative, post-technologique.

Autrefois, l'histoire se formait ex post facto. Roosevelt le grand héros de la Seconde Guerre mondiale, sauveur des Juifs. Peu importe qu'il ne mentionne jamais la dimension raciale du Troisième Reich ou qu'il refuse de transporter des cargaisons d'immigrants juifs, etc. La proclamation d'émancipation de Lincoln dans le troisième
année de la guerre par opposition à ses remarques omniprésentes sur le fait de laisser le Sud et ses institutions seuls dans les débats Douglas-Lincoln, etc.

Il semble maintenant que le récit soit formé avant l'événement et que les faits sur le terrain soient détournés, contraints ou tout simplement explosés pour étayer l'histoire. Les histoires de Jessica Lynch / Tillman semblent de très bons exemples de cela…

Mais revenons à Dubya, il ne porte pas son costume de morue (qu'il a probablement perdu quelque part à Montgomery, en Alabama, entre une taverne et un lit de bon vieux local pendant ses vacances ici dans la Garde nationale aérienne de l'Alabama) et déclare que nous avons ralenti Al-Qaïda en battant Saddam’s
Irak. (Bien sûr, nous savons tous à quel point Ben Laden et Saddam étaient anti-bellum, etc.) Mais voici le point, et cela montre vraiment à quel point le nouveau style de narration peut être efficace :
être en Irak, et voilà, maintenant c'est en Irak (ou du moins certains
sous-ensemble ou groupe allié). Malgré des mois avant la «guerre» où chaque homme réfléchi digne de ce nom soulignait le manque de lien entre Al-Qaïda et Saddam, «à l'Américain peu critique
public – Bush avait et a eu raison de combattre Al-Qaïda en Irak. Le gros problème à l'heure actuelle parmi les consommateurs moyens de nouvelles aux États-Unis est
l'efficacité de notre bellicisme. 70% des Américains sont simplement frustrés par notre manque de progrès et l'apparente futilité de prendre
sur Al Qaida. Si nous étions en train de "gagner" – – – , c'est-à-dire de construire avec succès des états-clients – ses numéros d'approbation seraient à travers le toit comme
ils étaient après sa harangue ‘Ground Zero’.

Parlez d'un récit auto-justifié ! Mais est-ce intentionnel ? Pouvons-nous supposer que Dubya dans sa vaste lecture s'est penché sur une sorte de
d'une méthode téléologique de guerre et de politique étrangère ? Placez l'histoire, accomplissez l'histoire, mais, pour l'amour de Dieu, ne laissez pas le récit de l'histoire prendre le pas sur les « faits ».

Les experts/affiliés du parti à Washington sont-ils mécontents de l'"échec" en Irak ou de l'échec des ménestrels officiels ?

Ou est-ce que tout ce coup de poignard mental dans le noir n'est que ça ? Peut-être ferais-je mieux de supposer qu'à travers les brumes de l'histoire et les gouffres des divisions culturelles, deux simples mais complètement fous et leurs courtisans fondamentalistes se sont trouvés. Oussama et Dubya !

Nous s,
Je partageais bon nombre des mêmes espoirs : à mesure que le coût (de transaction, etc.) d'obtenir de bonnes informations plongeait, les gens deviendraient moins crédules.

Comme d'habitude, mon idéalisme de jeunesse m'a égaré.

Je ne sais pas si GWBush a compris comment fonctionner cela ou si les citoyens et les médias sont devenus si crédules que presque n'importe quel bouc émissaire les satisferait (jusqu'à ce que le mal soit fait).

Je ne sais pas à quel point la plupart des experts sont bouleversés. Je n'ai pas entendu dire que les frais de parole aient baissé, alors je pense qu'ils sont probablement plus satisfaits qu'ils ne l'admettent.

W., el Jefe de la Lexidisaster II s'y est remis l'autre jour devant des entrepreneurs arrogants qui l'ont remercié de nous avoir "protégés". Je crois que c'était en fait l'anniversaire de sa carabine Top Gun. Il a utilisé le vieux canard d'Al-Qaïda et de l'Irak à plusieurs reprises et toutes les personnes concernées l'ont avalé en entier selon la plupart des témoignages.

Étant donné que cette génération d'Américains a le niveau d'éducation moyen le plus élevé de l'histoire tout en recevant toutes sortes d'informations du monde entier, ils sont toujours xénophobes, orgueilleux, culturellement analphabètes et terriblement incurieux en raison de leur dépendance à Divertissement Consumérisme - étant donné tout cela, il est prudent de supposer que cette génération d'Américains est également la plus stupide, en termes réels. de tous les humains dans toute l'histoire. Eh bien, d'accord, peut-être pas par rapport aux années 80, lorsque les cheveux longs, les bas de cloche blancs et le disco étaient populaires. Là encore, cet autre lieu de confiance de Fox TV pour notre Imperial Malconjugator, American Idol, est peut-être plus stupide que Disco - je pense que c'est le cas.

La culture réputée des États-Unis, celle à laquelle tout le monde semble prêter attention de toute façon, lui conférant donc une légitimité imméritée. et une culture d'obsolescence planifiée qui exige une armée de factotums de service qui produit peu de valeur tangible mais qui sont doués pour aspirer à quelque chose à acheter avec fiabilité. Ce n'est en aucun cas une diatribe contre le mercantilisme capitaliste, c'est une diatribe contre une perversion autodestructrice de celui-ci.

Nous avons abandonné l'individualisme et l'autonomie au profit d'une éthique de groupe fabriquée qui exige la fidélité aux tant vantées « populaires ». Le menuisier est parti en germe. Même la religion de l'arène promeut maintenant une sorte d'approche « devenir sumpthin fer nuthin » pour ses adeptes qui sont exhortés à faire un don et à prier, puis ils peuvent eux aussi devenir riches et avoir de grandes tailles de bonnet, des dents droites et vivre confortablement. Le politiquement correct et la fatwa enragée contre la faute naïve de M. Imus en est une autre manifestation. Les saltimbanques et les opérateurs opportunistes sont récompensés dans cette ambiance.

Tout cela n'est qu'un mirage - une réalité fabriquée qui canalise notre trésor vers une classe de richesse centralisatrice et consolidante qui ne croit plus aux aspects les plus obscurs de la " bonne élevage " ou de la noblesse oblige. C'est un jeu à somme nulle. Son incarnation politique est le « conservatisme du grand gouvernement ». Sa réalité n'est qu'un autre empire gonflé

Pour faire simple, c'est le vieux chien de la décadence, qui revient creuser des trous dans la cour de la République. Dieu ou le destin, peu importe mais cet âge dépouillé de l'Amérique s'est vu accorder un geste symbolique digne des Dieux très anciens. Notre gouvernement, en particulier l'exécutif, incarne tous les pires aspects de cette classe de richesse mal élevée, mariée au genre de chauvinisme entêté des paysans anti-intellectuels. C'est une tempête parfaite de décadence et nous sommes dedans et ne laissons personne manquer les signes que cela finira mal. Je ne dis pas cela avec joie comme pourraient le suggérer les patriotes dédaigneux, je le dis avec une conscience de l'histoire et avec la "formation sur le tas" contre l'auto-illusion de quelqu'un qui aimait autrefois Laphroaig Scotch plus que même le baseball, une femme plantureuse ou une LeSabre Cabriolet 1960. Druidique dans l'âme, l'odeur de la tourbe fumée me fait pâmer. Je m'écarte, ….quelle surprise.

Cette époque présente toutes les pathologies du toxicomane. Autodestruction, compulsion, co-dépendance, illusion, tout est là. Une victime dans chaque pot. En plus de la décadence, nous avons l'ami fidèle de la décadence Ressentiment au travail, creusant des trous dans le tissu de nos vies. Il y a un soupçon généralisé que les choses sont un peu pourries et sans provoquer une réforme de masse, les pouvoirs en place nourrissent et fertilisent un ressentiment rampant contre toutes sortes de choses - la xénophobie n'est qu'une d'entre elles, l'anti-intellectualisme une autre et le cynisme grandit …et est utilisé magistralement par Rove, entre autres pour rassembler les troupes. Le ressentiment est réputé prendre assez de temps pour faire fonctionner sa magie noire et je ne suis donc pas convaincu que notre rouleau actuel dans le caniveau atteindra bientôt son apogée.

Ironie de la vieille dieu, hautaine, impitoyable, elle ricane et on nous offre de nombreux bons mots de sa part et le président idiot de cette génération n'est que l'un d'entre eux. Si vous en voulez un autre, essayez ceci pour la taille : America, la merveille technologique transporte ses fusées de la navette spatiale de Thiokol Corporation dans le Grand Bassin de l'Utah pour une utilisation lors du prochain lancement de la navette spatiale depuis Cape Kennedy. Parce qu'ils sont grands, les trains sont utilisés. Malheureusement, parce que nous avons stupidement laissé notre système ferroviaire pourrir parce que nous aimons nos voitures autrefois alimentées à bon marché, le train a déraillé deux fois en route. Comme indiqué dans le N.Y. Times aujourd'hui, une épave était la plus récente. Nous pouvons continuer le chant du cygne de notre mastodonte technologique spatial, mais nous ne pouvons tout simplement pas sembler y amener les fusées en un seul morceau.

À un moment donné, tout comme à Rome, aux Pays-Bas, en Espagne et en Grande-Bretagne, la facture viendra à échéance et une culture habituée à l'indolence, aux gains faciles, au confort et à l'incuriosité ne s'en tirera probablement pas bien. Ce qui est triste ici, c'est qu'il y a une formidable « autre culture » en Amérique qui est mariée à celle des démunis. C'est une culture qui est à la fois aspirée et au courant de la mascarade de ce président. C'est la culture de l'individu américain et c'est une culture de beauté, d'amour, de compétence, d'intelligence (autochtone ET scolastique), de compassion authentique, une sorte de laissez-faire vivre et laisser vivre l'éthique et une compréhension rudimentaire de ce que cette nation signifiait autrefois à un monde qui était las de l'empire. Cette culture produit de la dignité, de la bravoure, des objets d'artisanat, de la musique, des merveilles scientifiques, de la littérature, de la peinture, de la générosité, de la compassion, le vieux point faible américain pour les outsiders, etc. C'est la culture pour laquelle nous devons tous travailler dur. faire ressortir une fois de plus. Je ne sais pas comment cela sera fait, mais je peux imaginer que les difficultés peuvent être ce qui le fait finalement. M. Bush, l'apothéose du dysfonctionnement actuel est peut-être le chef d'orchestre final de notre symphonie déclassée de dissolution.

Ils disent "Le temps, c'est de l'argent" et avec l'incursion de Fiat Money alimentée par la dette de cette génération dans l'idiotie, notre temps doit maintenant être aussi inutile que l'argent que nous convoitons.

L'Amérique est notre culture populaire, mais c'est aussi quelque chose de beaucoup plus sophistiqué, précieux et productif que la culture populaire que nos dirigeants actuels manipulent pour un bon ton. Nous le trouvons ici sur Internet parce que cet Internet est toujours authentique, non emballé et anarchique. Nous devons trouver un moyen de l'amener dans un monde plus vaste. Cette révolution n'est pas celle de jeter l'ordre ancien et de le démolir, c'est celle de reconstruire un ordre que nous avons eu et que nous pouvons à nouveau posséder.

Alors monsieur Bovard, je suis effectivement capable d'être un vieil idéaliste mélancolique quand l'esprit se meut. Votre écriture, votre patience et votre accueil volontaire de ce carnaval de maniaques un peu décalé sont très appréciés.
Respectueusement, le mollah Dick

Lawobbit, l'Arbre de la Liberté a l'air très desséché et il a définitivement besoin d'un arrosage. Mais quel type d'arrosage avez-vous en tête ? Un gars nommé Jefferson n'a-t-il pas dit que l'Arbre de la Liberté devait être rafraîchi avec le sang des tyrans, ou quelque chose comme ça ?

Si les filles ou les membres de la famille de Bush rejoignaient l'armée, vous pouvez être sûr qu'ils seraient affectés à un service aux États-Unis.

Pendant la guerre de Sécession, le fils de Lincoln, Robert, a passé toute la guerre à Harvard. Enfin, au début de 1865, et après des commentaires négatifs, Lincoln s'arrangea pour que son précieux garçon rejoigne le personnel de Grant en tant qu'aide de camp. Devoir dur.

“Alors Monsieur Bovard, je suis effectivement capable d'être un vieil idéaliste mélancolique quand l'esprit bouge. Votre écriture, votre patience et votre accueil volontaire de ce carnaval de maniaques un peu décalé sont très appréciés.”

J'appuie cela et je t'offre un petit toast de whisky, mollah ! Je ne pense pas que je puisse faire du Laphroaig, un goût trop tourbé et médicinal à mon goût. Mais je vais vous transmettre un petit Oban. Pas à cause de sa grandeur, mais parce que mon clan paternel, les Stevenson, l'ont fondé, puis, comme tous les hommes d'affaires moyens de ma famille, l'ont énervé !!

Je suis choqué d'entendre ce blog décrit comme un "carnaval".

J'ai toujours pensé que c'était en fait plus un cirque.

M Whitman – merci pour vos commentaires – désolé de ne pas avoir répondu plus tôt.

Je n'ai pas de recommandations miracles sur ce que les gens peuvent faire pour faire la différence. Certes, s'informer, faire passer le mot et avoir le courage de défendre vos droits et libertés sont des premières étapes vitales.

Malheureusement, chaque génération d'Américains semble crédule et complaisante de nos jours. J'avais pensé que Bush aurait franchi la ligne en plusieurs points et déclencherait une forte réaction. Mais le recul a été assez anémique jusqu'à présent.

Il y a un titre en lambeaux du New York Times du début des années 90 que j'ai collé sur le mur de mon bureau. Il dit : « Pour les Tchétchènes dans les montagnes, se battre, c'est gagner. »

À court terme, se battre simplement pour ses libertés est une sorte de victoire en soi.

Espérons que nous mettrons en fuite les coquins politiques le plus tôt possible.

Il y a quelques politiciens de principe qui méritent d'être soutenus. Je suis encouragé par le fait que Ron Paul se présente à la présidence - il est le seul candidat d'un grand parti à la présidence que je peux soutenir avec enthousiasme depuis plus d'un quart de siècle.

Je serai heureux de transmettre un exemplaire de « Lee in the Mountains » de M. Davidson. Peut-être un peu plus à propos de vos climats !!

Eh bien, je ne suis pas dans les lignes de siège ici, mais je me demande si les choses pourraient être plus fructueuses dans les montagnes

Merci d'avoir posté le lien vers le poème – je n'avais pas vu ça avant.

Quelle est votre opinion sur certains des historiens révisionnistes récents qui ont conclu que la Confédération aurait pu gagner si elle avait dispersé ses forces ?

Je ne suis pas sûr des chances de la Confédération dans les montagnes, pour ainsi dire. Forrest s'est certainement avéré être un gagnant en utilisant des tactiques de guerre de quatrième génération, tandis que la campagne traditionnelle de Lee en Pennsylvanie a été désastreuse.

Je suppose donc qu'il y a un argument tactique sérieux pour aller en montagne, mais ce n'est qu'académique. Malheureusement, le Sud a depuis longtemps été englobé dans toutes les dimensions culturelles par le Léviathon. Tidewater Virginia n'est maintenant pas différent de la côte du Massachusetts ni de la côte de la Californie, à part peut-être des impôts fonciers plus faibles.

Nos hommes les plus brillants et les meilleurs ont été tués dans cette guerre inutile, et, malheureusement, notre patrimoine génétique ne s'est jamais rétabli !! J'avais l'habitude de placer un grand espoir dans la notion de Richard Weaver selon laquelle le Sud est un volant d'inertie pour la politique et les mœurs américaines, mais après les huit dernières années de soutien fervent du Sud pour le petit siméon du Connecticut, j'ai peur que je devrait être en désaccord avec le vieux don.

Nous pourrons peut-être un jour tomber de la tétine DC – pour retrouver une vieille analogie avec Andrew Lytle, mais ce ne sera pas de notre choix. Peut-être qu'un sevrage forcé, cependant, ramènera un peu de raison.

« Eh bien, maintenant, il y a 3 358 enfants sur la liste KIA depuis que je suis dégrisé. Mais le véritable scandale est qu'il n'y a qu'une seule chose qui arrêtera cette putain de politique de guerre insensée, sans victoire, désastreuse, les ravages qu'elle continue de causer, et pire encore, les haines futures qu'elle engendre, c'est-à-dire la perte américaine continue de la vie en Irak. Chaque mort ne sert qu'à me rabaisser, à me rendre malade et à me frustrer davantage. Cela, et c'est parce que la cause de ma prise de contact avec Likker commence à me faire mal au foie.


"Mission accomplie", 5 ans plus tard

C'était un moment parfait, fait pour les caméras de télévision, dans lequel un chef militaire se tenait devant des héros et des héroïnes pour déclarer une victoire qui semblait venir plus facilement que quiconque n'osait l'espérer, dans un conflit auquel s'opposaient de nombreux amis et ennemis. .

Le 1er mai marque le cinquième anniversaire du discours "Mission accomplie" du président George W. Bush, annoncé par une bannière géante accrochée sur le pont de l'USS Abraham Lincoln.

Après avoir changé d'explications, la Maison Blanche a finalement déclaré que la phrase "Mission accomplie" faisait référence à l'équipage du porte-avions accomplissant sa mission de 10 mois, et non à l'armée achevant sa mission en Irak.

"Le président Bush est bien conscient que la bannière aurait dû être beaucoup plus précise et dire" mission accomplie "pour ces marins qui sont sur ce navire en mission", a déclaré mercredi l'attachée de presse de la Maison Blanche, Dana Perino. "Et nous avons certainement payé un prix pour ne pas être plus précis sur cette bannière. Et je reconnais que les médias vont rejouer cela demain, comme ils le font chaque année."

Après avoir atterri sur le pont du porte-avions dans un S-3B Viking à 30 milles des côtes de San Diego (Ari Fleischer a déclaré que le président "aurait pu hélicoptère", mais "il voulait voir un atterrissage comme les aviateurs voient un atterrissage") , M. Bush est apparu dans une combinaison de vol sous les acclamations du personnel du navire et l'éblouissement des lumières de la télévision.

Plus tard, il s'est tenu à un podium sur un fond patriotique en lisant "Mission Accomplie".

Tendances Nouvelles

À l'assistance rassemblée et au monde, M. Bush a déclaré : « L'amiral Kelly, le capitaine Card, les officiers et les marins de l'USS Abraham Lincoln, mes compatriotes américains : les opérations de combat majeures en Irak sont terminées. Dans la bataille d'Irak, les États-Unis et nos alliés l'ont emporté.Et maintenant, notre coalition est engagée dans la sécurisation et la reconstruction de ce pays.

"Dans cette bataille, nous nous sommes battus pour la cause de la liberté et pour la paix du monde. Notre nation et notre coalition sont fières de cet accomplissement - pourtant c'est vous, les membres de l'armée américaine, qui l'avez réalisé. Votre courage - votre volonté de faire face au danger pour votre pays et les uns pour les autres - a rendu cette journée possible. Grâce à vous, notre nation est plus en sécurité. Grâce à vous, le tyran est tombé et l'Irak est libre.

"Ce soir, j'ai un mot spécial pour le secrétaire Rumsfeld, pour le général Franks et pour tous les hommes et femmes qui portent l'uniforme des États-Unis : l'Amérique est reconnaissante pour un travail bien fait."

Cinq ans après ce discours, après que le sens de l'expression « mission accomplie » et quand est-ce qu'un travail est vraiment « fait » a été analysé à l'infini, et après que la responsabilité de créer et d'accrocher le panneau a d'abord été refusée puis acceptée, a déclaré la Maison Blanche. Mercredi, le président Bush a payé le prix de la bannière, son message affirmatif devenant une cible de moquerie et un symbole des erreurs de jugement et des erreurs américaines dans la guerre longue et coûteuse - une guerre dans laquelle des opérations de combat majeures sont toujours menées.

Le président lui-même n'a pas exactement prononcé les mots "mission accomplie", mais ce point se perd souvent dans les sentiments suscités par la guerre en cours, rapporte Bill Plante, correspondant principal de CBS News à la Maison Blanche.

Mais alors que la Maison Blanche s'est distanciée du message peu après l'événement, M. Bush n'a pas hésité à le répéter. Speaking to troops in Camp As Sayliyah in Qatar the following month, Mr. Bush said, "America sent you on a mission to remove a grave threat and to liberate an oppressed people, and that mission has been accomplished."

Now in its sixth year, the war in Iraq has claimed the lives of at least 4,058 members of the U.S. military - 3,924 of whom have died since Mr. Bush landed on the deck of the USS Abraham Lincoln. Tens of thousands of Iraqis have been killed (the true number may never be known, since the Iraqi government does not record tallies of the dead), and millions have been displaced from their homes. And there are currently more U.S. troops in Iraq than there were when the U.S. invaded with a contingent of other coalition forces.

There were intimations within Mr. Bush's speech, not excerpted and repeated as often, that the administration knew it was not about to wash its hands of Iraq any time soon. "The transition from dictatorship to democracy will take time, but it is worth every effort," Mr. Bush said. "Our coalition will stay until our work is done. Then we will leave, and we will leave behind a free Iraq."

Mr. Bush, in a speech early this month, repeated the hopeful sentiment stated that day, that "while this war is difficult, it is not endless."

That message may have special meaning for the crew of the USS Abraham Lincoln, on which their commander-in-chief declared "Mission Accomplished" five long years ago. Their ship has just begun duty in the Persian Gulf, within striking distance of the coast of Iran.

First published on May 1, 2008 / 12:22 AM

© 2008 CBS Interactive Inc. All Rights Reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten, or redistributed. The Associated Press contributed to this report.


Trump Declares ‘Mission Accomplished’ After Bombing… Just Like George W. Bush Did

President Donald Trump did not give a speech or hang a giant banner on an aircraft carrier like former President George W. Bush did in 2003, but he might as well have when he declared “Mission Accomplished” on Twitter following his missile strike against Syria.

On Friday night, Trump announced that the United States, along with France and the United Kingdom, launched joint missile strikes against Syria in response to the alleged chemical attack carried out by Syrian President Bashar al-Assad earlier this month.

Earlier this week, Russia warned the United States not to take military action against Syria, a nation that is still in a state of civil war, a conflict that also involves several countries, including Israel, China, Russia, Iran, and Turkey.

However, after listening to advice from Fox & Friends to bomb Syria as a distraction from his scandals, Trump ordered military action anyway, striking several targets believed to be associated with Assad’s chemical weapons program.

By bombing Syria, America is now seemingly at war. Assad is still in power and it is unknown how nations such as Russia, Iran, and China will react.

Nevertheless, Trump took to Twitter on Saturday morning and declared “Mission Accomplished!”

A perfectly executed strike last night. Thank you to France and the United Kingdom for their wisdom and the power of their fine Military. Could not have had a better result. Mission Accomplished!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) April 14, 2018

So proud of our great Military which will soon be, after the spending of billions of fully approved dollars, the finest that our Country has ever had. There won’t be anything, or anyone, even close!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) April 14, 2018

If that sounds familiar, it should.

In 2003, former President George W. Bush prematurely declared “Mission Accomplished” after the opening military actions against Iraq.

Here’s the video via YouTube.

But as we all know, the War in Iraq would drag on for another eight years until 2011. And even now, the United States still has forces in Iraq.

In the years since “Mission Accomplished,” some 149,053 civilians have been killed, compared to about 7,412 prior to the speech, according to the website Iraq Body Count. Since the speech, 4,637 military members in the Iraq War coalition led by the U.S. have lost their lives, versus 172 prior, according to the Iraq Coalition Casualty Count. As of September 2014, total U.S. expenditures on the war in Iraq totaled $815.8 billion, about 93 percent of which was spent after 2003. That cost is more than 16 times the Bush administration’s original projection.

The Syrian conflict may be even more complicated than the Iraq war, especially since Russian troops are on the ground there and so many other nations are involved. Trump may have just dragged America into a war that could have far deadlier and more destructive consequences, and that’s on top of a potential war with Iran and North Korea and the wars we are still fighting in Afghanistan, Yemen, Iraq, and Libya.

As the Treasury runs dry here at home because of recent tax giveaways to the wealthy, we are spending trillions of dollars on war and could end up spending even more because of Trump’s actions.

Our role in the Syrian conflict could last for many years and turn into a world war despite Trump’s declaration of “Mission Accomplished.” This is one repetition of history that America did not need.


Mission Was Accomplished

N egligence during Hurricane Katrina, the failures witnessed on 9/11, tax cuts to the wealthy while giving pittance to the bottom 90% of Americans: the parade of fiascoes during the Bush years were countless. Yet, for all his blunders and missteps, the one clarifying moment that hangs on the former president’s neck was his arrogance when he decided to fly a plane onto an aircraft carrier to mark a successful end to the Iraq War. Mission Accomplished! Those two words are the epithet of a failed presidency that was responsible for hundreds of thousands of graveyards in Afghanistan, Iraq, America and beyond.

Yet, for all his egregious actions and political debacles, George W. Bush was not so much an aberration but the norm. The only reason Bush’s improprieties seem so aberrant is because he lacked style and farce to hide his mendacity with smooth rhetoric and telegenic smiles. Personalities aside, if you look back at America’s policies for the past 50 years—if not longer—there is a common theme that stands out no matter which party is in power in Washington DC.

Wars. Wars. Wars. Our nation has been in a continuous state of conflict in one corner of the planet or another since the 1950’s. The public has been duped into accepting a successive spate of wars, the enemies change but the pretext is always the same. Fear has been at the root of each campaign. From the Cold War and the effort to contain the “Red Scare” to the “War on Drugs” to the never ending “War Against Terror”, warmomgers always create a bogey man and then rush us into wars before we have time to debate if bloodshed is the wisest course.

Given this context, George W. Bush was absolutely correct when he declared the Iraq War a success. After all, the aim of the war was not victory but continued strife and carnage. There are few things in this world as profitable as war, a litany of industries are connected to the military-industrial complex that all stand to make a killing each time people are killed in battlefields. Defense contractors, banks, oil corporations, health care providers, non-profits, the list of interests that thrive each time a bomb explodes overseas is one too many to count. Though Democrats love to spread disinformation and say that FDR pulled us out of the Great Depression, anyone who knows history understands that it was the Lend Lease Act and our eventual involvement in World War II that jump started the American economy.

This lesson was never lost on each Commander-in-Chief since Roosevelt, the only thing presidents crave more than libraries in their name is a war on their watch. I was naive enough to believe that we finally learned the folly of following presidents blindly into battles after W lied us into the Iraq War only to witness Barack Obama take the helm to start more conflicts on his watch than his predecessor. In hindsight, I realize that Barack was never a peace president, the only video we have of Barack Obama criticizing the Iraq War at its start was when he said that the war was a “strategic blunder”. Strategic blunder is wearing two different socks or putting salt in my coffee instead of sugar, the deaths of 500,000 Iraqis and thousands of American military personnel are war crimes. Click To Tweet

Out of the frying pan and into the fire, we now have a petulant president Trump who, at any moment, could lead our nation into a war that could truly end all wars. Instead of emulating the smooth talk of Obama, he opts to copy the bloops and blunders of Bush. I’ve been pondering the difference between Democrats and Republicans and how they manage to push us into wars. What I’ve realized is that Republicans play the role of cowboys who cater to the bravado of the John Wayne crowd. Democrats do the complete opposite, they talk of peace and pander to the Dalai Lama bloc.

After eight years of Republican hubris, the public mood shifts to pacifism which serves as a fertile soil for Democrats to hypocritically promise a new day of reconciliation and coexistence. After eight years of Democrat perceived dovishness, the paradigm shifts to hawkishness which gives Republicans an opening to promise a new day of American exceptionalism. What we are not realizing is that both parties are playing off each other to make it seem like things are changing even though the policies of endless wars and wealth transference to the 1% never changes no matter who is in charge. We keep paying attention to personalities and the reality show of our politics only to lose sight of the fact that both parties are fleecing us with their economic schemes and bleeding billions globally with perpetual wars that are being fought in the name of the military-financial hustle.

I guess George Bush was not such a failure after all. He was twice elected, has a presidential library in his name and is now being hailed by even people on the left as a humanitarian to be celebrated. Donald Trump is now the new catnip who is drawing the ire of people on the left and capturing the devotion of people on the right. He too, just like Obama, came in promising to end these wars and to “make America great again”. Just like his predecessors, reality and Trump’s rhetoric parted ways the minute he stepped into the White House. Mission Accomplished! They keep getting us to vote for personalities as we overlook the policies of wars that never end. #MissionWasAccomplished

“Mankind must put an end to war before war put an end to mankind.”

The Ghion Journal is a reader and viewer funded endeavor. We disavow corporate contributions and depend only on the support of our audience to sustain us. The tip jar is earmarked to go directly to the writer, the link below is customized to directly to the author’s account. We thank you in advance for your kindness.


With a decade's hindsight, what did George W Bush accomplish?

A decade ago today, President George W Bush landed in a jet on an aircraft carrier, shed his flight suit, and gave a speech before a banner that proclaimed "Mission Accomplished" (though Bush himself never spoke those words). Decried as political theater and later regretted by the former president and his administration alike, the image has outlasted his terms in office, often appearing as a darkly ironic emblem of the times.

American writer Gore Vidal accused Bush of enacting a de facto "junta", and of being "charmingly simian". Yet, one of the president's more surprising defenders, the late Christopher Hitchens, contended that Bush's policies will be justified in the long run.

Ten years on from the "Mission Accomplished" moment, Bush still rates poorly among former presidents, and the dedication of his official library (in which the banner was almost hung) underscored that while the tone has softened, ambivalence reigns – at best.

How will history judge George W Bush and his legacy? Was he really, as Princeton historian Sean Wilentz famously proposed, "the very worst president in all of American history" – or does our longer perspective now permit a more nuanced view?


Eight Years Ago, Bush Declared 'Mission Accomplished' in Iraq

Today marks the eighth anniversary of Bush's "Mission Accomplished" speech about the Iraq War, when American casualties stood at 139 killed and 542 wounded. Eight years, over 4,000 U.S. fatalities,  and hundreds of thousands Iraqi fatalities later, the war carries on. 

In 2008, U.S. President George W. Bush said he regretted some of his more blunt statements on his so-called war on terrorism wished he had not spoken in front of a "Mission Accomplished" banner only a month after U.S. troops in Iraq were deployed, according to CNN.

But George W. Bush was not alone. Greg Mitchell explains how many major media outlets unquestioningly accepted the announcement that the Iraq war was over, and the U.S. had won.

Chris Matthews on MSNBC called Bush a "hero" and boomed, "He won the war. He was an effective commander. Everybody recognizes that, I believe, except a few critics." He added: "Women like a guy who's president. Check it out. The women like this war. I think we like having a hero as our president. It's simple."

In fact, the image of President George W. Bush on the carrier reminded conservative and liberal media commentators irresistibly of "Top Gun." PBS' Gwen Ifill said Bush was "part Tom Cruise, part Ronald Reagan." Maureen Dowd wrote in a column:

He flashed that famous all-American grin as he swaggered around the deck of the aircraft carrier in his olive flight suit, ejection harness between his legs, helmet tucked under his arm, awestruck crew crowding around. Maverick was back, cooler and hotter than ever, throttling to the max with joystick politics. This time Maverick didn't just nail a few bogeys and do a 4G inverted dive with a MiG-28 at a range of two meters. This time the Top Gun wasted a couple of nasty regimes, and promised this was just the beginning.

Occasionally the coverage differed -- with regard to which movie star Bush resembled.

Bob Schieffer on CBS said: "As far as I'm concerned, that was one of the great pictures of all time." His guest, Joe Klein, responded: "Well, that was probably the coolest presidential image since Bill Pullman played the jet fighter pilot in the movie Independence Day. That was the first thing that came to mind for me."

Eight years later, we still have the same war. But we are a very different country.

On August 31, 2010, President Obama declared an end to the combat mission in Iraq in a primetime address from the Oval Office. “We have sent our young men and women to make enormous sacrifices in Iraq, and spent vast resources abroad at a time of tight budgets at home,” Obama said. “Through this remarkable chapter in the history of the United States and Iraq, we have met our responsibility. Now, it’s time to turn the page.”

There was no beaming, rejoicing, or movie star comparisons. Une New York Times editorial summed up the response to the event:

There was no victory to declare last night, and Mr. Obama was right not to try. If victory was ever possible in this war, it has not been won, and America still faces the daunting challenges of the other war, in Afghanistan.


10 years later: Mission accomplished?

Ten years ago today, then-President George Bush delivered his now-notorious, premature speech in which he declared American operations had ended in Iraq.

With a banner draped behind him saying “Mission Accomplished,” Bush in 2003 delivered the televised address off the coast of San Diego from the USS Abraham Lincoln.

“Major combat operations in Iraq have ended,” he told the crowd. “In the battle of Iraq, the United States and our allies have prevailed.”

A few months earlier, Congress approved what would become the Iraq War, and the invasion began in March of that year.

Of course, the notion of “mission accomplished” could not have been further from the truth.

While the speech was well-received at the time, the war lasted another eight years. Congress decided to send in 20,000 more troops into the country in 2007. The war claimed the lives of at least 190,000 people–the bulk of whom were civilians, in addition to 4,488 U.S. soldiers and 3,400 U.S. contractors.

In December 2011, President Obama marked the exit of the last American troops from Iraq, ending nearly nine years of war there. Sectarian violence remains rampant.

Following the 9/11 attacks, the Iraq War was sold to the American people as a relatively easy mission that would prevent Saddam Hussein from using weapons of mass destruction. The cakewalk, however, became a quagmire. The WMDs did not exist and U.S. war planners underestimated the Iraqi insurgency. The war also produced the Patriot Act, Guantanamo, extraordinary renditions, torture, Abu Ghraib, and the modern surveillance state.

In 2009, at his final press conference, Bush admitted it was a mistake to hang the banner saying “Mission accomplished.”

“It sent the wrong message. We were trying to say something differently, but nevertheless, it conveyed a different message,” said Bush. “Obviously, some of my rhetoric has been a mistake.”

The 10-year anniversary of the "mission accomplished" speech comes the same day the George W. Bush Presidential Library and Museum opened to the public in Dallas, Texas, reigniting a debate over the 43rd president's legacy.


Bush Declares "Mission Accomplished" in 2006 House, Senate Midterm Elections

San Diego, November 9, 2006 -- Following the resounding defeat of Republican candidates in the 2006 midterm elections, President Bush hailed his party's victory during an epic speech this morning.

President Bush congratulates GOP candidates on victory following their defeat in the 2006 elections

Speaking before a cheering crowd of US Marines on the deck of the aircraft carrier USS Millard Fillmore, anchored a few feet off the coast of San Diego, the president congratulated his party's political troops for a "catastrophic success".

"Major midterm election operations in America have ended," President Bush said, slightly winded from the dramatic blimp ride that had ferried him to the carrier and speaking squeakily due to lung constriction by the tight flight suit he had adopted for the occasion. "In the Battle of Congress, the Republican party and our allies have prevailed. And now our coalition is engaged in securing and reconstructing this country."

The remarks by President Bush were in honor of Republican congressional candidates whose political party had just been handed its most resounding defeat in over a decade.

Early 2006 election results showed a loss of 29 Republican House of Representatives seats and 6 Senate seats to the Democratic party. Several governorships also passed into Democratic hands, leaving Democrats with gubernatorial, Senate and House majorities for the first time in 12 years, years during which the dominant Republicans raised the US national debt by about $4 trillion.

President Bush's stirring remarks were evocatively backdropped by a huge, colorful "Mission Accomplished" banner Marines on the USS Millard Fillmore had voluntarily constructed themselves in their free time, according to the Ministry of Truth's banner printing office, using only chewing gum and whale parts.

"In this battle, we have fought for the cause of liberty, and for the peace of the world," President Bush said. "Our nation and our coalition are proud of this accomplishment — yet it is you, the members of the United States voting public, who achieved it. Your courage — your willingness to face danger for your country and for each other — made this day possible. Because of you, our nation is more secure. Because of you, the tyrant has fallen, and America is free."

President Bush went on to characterize the Democratic sweep of the House and Senate as "a milestone in the American people's efforts to replace the rule of a tyrant with the rule of law -- it's a major achievement for America's young democracy and its constitutional government."

The President said he had "no particular victory plan for the defeat", adding that America was not in the business of nation-building.

With the Congress now firmly in Democratic hands, pundits expect a return to the practice of congressional oversight, a constitutional duty of Congress that was neglected or ignored completely throughout the years of Republican domination during the Bush administration.

Some Washington insiders also predict a possible spate of congressional investigations into the Bush administration's handling of Iraq, Afghanistan, energy policy and numerous other issues, potentially followed by high-level indictments.

Vice President Dick Cheney, however, remained cautiously optimistic despite the resounding defeat for the GOP, joining Defense Secretary Donald Rumsfeld in blaming the recent losses on the activities of a few democratic "deadenders".

"The level of activity that we see today from a political standpoint, I think, will clearly decline," Vice President Cheney said, speaking from an undisclosed location where he is expected to remain until 2009 or his death, whichever comes first. "I think they're in the last throes, if you will, of the insurgency."

In response to a reporter's question, President Bush said he "hasn't read Bob Woodward's new book yet, but from what I heard it's going to be a real treat."

Meanwhile, White House Press Secretary Tony Snow dismissed the toppling by American troops and tanks of a large copper statue of George W. Bush, located in the White House Rose garden, as a "nothing more than a cynical media stunt".



Commentaires:

  1. Arashishicage

    Vraie idée

  2. Moogukree

    Vous avez frappé la place. J'aime cette idée, je suis entièrement d'accord avec toi.

  3. Diara

    Au lieu de critiquer, écrivez les variantes.

  4. Meztilar

    Je pense que des erreurs sont commises. Essayons de discuter de cela.

  5. Bradly

    À mon avis, il a tort. Écrivez-moi dans PM, parlez.

  6. Kagar

    Informations précieuses



Écrire un message