Aimant II AM-260 - Histoire

Aimant II AM-260 - Histoire

Aimant

II

(AM-260 : dp. 625 ; 1. 184'6" ; n.,33' ; dr. 9'9" ; s. 15 k. ; cpl.
104 ; une. 13", 4 40mm.; cl. Admirable)

Le deuxième aimant (AM-260) a été posé par American Shipbuilding Co., Lorain, Ohio, le 13 mars 1943 ; lancé le 5 juin 1943; parrainé par Mme John J. Boland; et commandé le 10 mars 1944, le lieutenant H. A. Babione aux commandes.

Après sa mise en service dans le 9e district naval, le Magnet a descendu le Mississippi en route vers Norfolk, le 17 avril 1944. Après le shakedown dans la baie de Chesapeake, il a rejoint la Division des mines 31 et, pendant les 9 mois suivants, a opéré à partir de Recife, au Brésil, balayant les principaux canaux de navigation des ports sud-américains. Elle a escorté aussi des convois vers et des Antilles, a patrouillé le port et s'est engagée dans la formation anti-sous-marine.

Le 10 mars 1945, il est détaché des Forces de l'Atlantique Sud et affecté au TG 23.2 à Miami. Là elle a servi de navire-école jusqu'au 28 juin, quand elle est devenue en route pour Norfolk. Le 18 août, après une brève révision, il est revenu à Miami, où il a été désarmé le 28. Transférée au gouvernement nationaliste chinois selon les termes du prêt le jour du match, elle a commandé dans cette marine sous le nom de Yung Shun (MSF-46). Yung Shun a été officiellement restitué conformément aux conditions du prêt initial, puis restitué à la République de Chine dans le cadre du programme d'assistance militaire, le 7 février 1948. L'aimant a été retiré de la liste de la Marine le 12 mars 1948.


Encyclopédie catholique

Conçue pour présenter à ses lecteurs l'intégralité de l'enseignement catholique, l'Encyclopédie contient non seulement des déclarations précises de ce que l'Église a défini, mais aussi un compte rendu impartial des différentes opinions d'autorités reconnues sur toutes les questions contestées, nationales, politiques ou factionnelles. Dans la détermination de la vérité, les méthodes scientifiques les plus récentes et reconnues sont employées, et les résultats des dernières recherches en théologie, philosophie, histoire, apologétique, archéologie et autres sciences sont soigneusement examinés.

Quiconque s'intéresse à l'histoire humaine, passée et présente, ne peut ignorer l'Église catholique, soit en tant qu'institution qui a été la figure centrale du monde civilisé pendant près de deux mille ans, affectant de manière décisive ses destinées, religieuses, littéraires, scientifiques, sociale et politique, ou comme une puissance existante dont l'influence et l'activité s'étendent à toutes les parties du globe. Au cours du siècle dernier, l'Église s'est développée à la fois de manière extensive et intensive parmi les peuples anglophones. Leurs intérêts vivants exigent qu'ils aient les moyens de s'informer sur cette vaste institution qui, qu'ils soient catholiques ou non, affecte leur fortune et leur destinée.

Copyright © Encyclopédie catholique. Robert Appleton Company New York, NY. Tome 1 : 1907 Tome 2 : 1907 Tome 3 : 1908 Tome 4 : 1908 Tome 5 : 1909 Tome 6 : 1909 Tome 7 : 1910 Tome 8 : 1910 Tome 9 : 1910 Tome 10 : 1911 Tome 11 : - 1911 Tome 12 : - 1911 Tome 13 : - 1912 Tome 14 : 1912 Tome 15 : 1912

Catholic Online Catholic Encyclopedia Version numérique Compilé et Copyright © Catholic Online


Fond

Les années 1960 ont été une décennie charnière à bien des égards, y compris les armes à feu, en particulier les fusils à gros gibier fabriqués aux États-Unis. Le modèle 700 de Remington dominait le marché. Le modèle 70 redessiné de Winchester restait un concurrent et le Savage 110 construisait sa propre clientèle fidèle.

Gardez à l'esprit qu'il y avait encore une abondance de Mausers, Carcanos et Arisakas excédentaires à des prix d'aubaine et que les modèles à levier sont restés la conception de gros gibier la plus populaire. Mais tout le monde cherchait quelque chose de différent et Strum, Ruger & Company a rapidement rejoint la course aux armements.

Le M77

En 1965, lorsque Jim Sullivan rejoint l'équipe Ruger. Sullivan avait auparavant travaillé chez Armalite où il a joué un rôle central dans la mise en production du M16. Il a été engagé par Ruger spécifiquement pour aider à développer un fusil de gros gibier à verrou capable de rivaliser avec le modèle 70 de Winchester et le modèle 700 de Remington.

Bien que Sullivan soit crédité de la conception du M77, ce n'était pas sans l'influence de Bill Ruger. Ruger aurait été un grand fan du Mauser 98, qui est devenu la base sur laquelle le M77 a été conçu. Les pattes de verrouillage avant jumelées et la levée de boulon à 90 degrés sont deux de ces influences, mais il ne fait aucun doute que le M77 d'origine ressemble à un cousin éloigné du '98. Ruger était également responsable de fonctionnalités telles que la plaque de sol articulée, le manchon de boulon latéral gauche à bride et la sécurité de la soie, bien que cette dernière soit remplacée dans les conceptions futures.

Malgré les similitudes, le M77 n'est pas un Mauser repensé ou amélioré. Il existe plusieurs caractéristiques qui non seulement distinguent le M77, mais ont également été révolutionnaires en termes de conception d'armes à feu. D'abord et avant tout, la construction du récepteur et du boulon. Sullivan a insisté pour utiliser le moulage à la cire perdue pour les deux, alors que la norme à l'époque était de fraiser chacun à partir d'acier de barre solide. Il a également utilisé une crosse en noyer relativement simple. Bien que conçu par le célèbre stockiste Lenard Brownell, le résultat était remarquablement simple et, à part le quadrillage nécessaire, dépourvu d'embellissements.

La conception finale a été introduite en 1968 et, malgré un accueil mitigé, allait devenir l'un des fusils de gros gibier les plus populaires de l'époque. Pendant les 21 années suivantes, le M77 resterait pratiquement inchangé et se vendrait à plus d'un million d'unités.

Caractéristiques (M77 d'origine)

  • Récepteur et verrou moulés
  • Crosse en noyer uni par Brownell
  • Pattes de verrouillage avant jumelées
  • Levage de boulon à 90 degrés
  • Plaque de porte à charnière
  • Tang sécurité
  • Douille de boulon côté gauche à bride

Caractéristiques (modèles actuellement disponibles)

  • Canon forgé à froid
  • Boulon en acier inoxydable
  • Magasin rotatif amovible et encastré
  • Supports de lunette intégrés usinés directement sur le récepteur en acier massif
  • Sécurité à trois positions qui permet le chargement et le déchargement avec la sécurité engagée
  • Goujons pivotants montés en usine

Calibres disponibles

Calibres précédents

  • 22-250 Rem., .223, 230 Swift, 6mm Rem., 250/3000, 264 Win., 7吵, 7mm-08 Rem., 30-06 Sprg., 300 Win Mag., 308 Win., 338 Win., 350 Rem., 35 Whelan, 359 Win Mag., 416 Taylor, 458 Win Mag., 458 Rem Mag.

Le Mark II

Bien qu'il y ait eu des changements mineurs en cours de route, y compris un support de lunette fraisé et des canons produits par Ruger plus précis, le M77 est resté relativement inchangé jusqu'en 1991 avec l'introduction du Mark II. Ce modèle a été presque entièrement rééquipé et comprenait une sécurité, une gâchette et un boulon redessinés. Des changements supplémentaires comprenaient un boulon à face ouverte, un éjecteur de lame de style Mauser et l'élimination de la gâchette réglable. Les os nus classiques mais encombrants ont également été allégés.

Les tireurs ont répondu avec un intérêt renouvelé et le Mark II a une fois de plus propulsé Ruger au sommet du marché des verrous de gros gibier. La sécurité des ailes à 3 positions, l'éjecteur à lame fixe et l'utilisation d'acier inoxydable pour le corps du boulon et la poignée étaient particulièrement populaires. Le Mark II était également disponible dans une variante supplémentaire, notamment un modèle Compact, Target & All-Weather ainsi qu'une large sélection de calibres.

Caractéristiques

  • Trois longueurs d'action – courte, standard et magnum
  • Crosse circassienne en noyer
  • Sites – rampe avant et ampère pliante arrière express
  • Alimentation de contrôle de magasin à partir d'un magasin à 4 ou 5 boîtes rondes
  • Ejecteur pivotant
  • Sécurité à 3 positions
  • Mécanisme de déclenchement en acier à verrouillage rapide
  • Plaque de sol articulée à dégagement rapide
  • Tampon de recul en caoutchouc
  • Trois versions – Standard (M77R), Magnum (M77RSM) et Compact (M77CR)

Calibres disponibles

  • .204 Ruger, .22-250 Remington, .223 Remington, .270, 6.5 Creedmoor, .308 Winchester, .300 Magnum, 7mm, .338 Magnum, .30-06..416 Rigby, .404 Jeffery, .357 Magnum & .458 Lott

L'œil de faucon

Malgré la popularité continue du M77 original et du Mark II, il y avait encore place à amélioration. De nombreux tireurs se sont plaints que le déclencheur Mark II, qui contrairement au M77 n'était pas réglable, fonctionnait mal. Les conceptions de stock avaient également commencé à évoluer vers un profil plus élégant et plus compact.

En 2006, Ruger a présenté le Hawkeye, la deuxième réincarnation du M77 original. Le déclencheur était le LC6 et la crosse était un design en noyer arrondi et compact avec un nouveau motif en damier. Enfin, un modèle pour gaucher a également été introduit.

Le Hawkeye est également proposé dans une large gamme de versions spécialisées, chacune offrant des caractéristiques ou des calibres spécifiques les mieux adaptés à la tâche à accomplir. Ces versions comprennent :

africain– utilise un canon de 23", un frein de bouche Ruger et une crosse en noyer. Offert en

calibres dont .223 Remington

Tous les temps – version plus légère du Hawkeye standard avec crosse synthétique et canon et récepteur en acier inoxydable.

Alaska – Canon et récepteur en acier inoxydable de 20 pouces avec crosse Black Hogue, guidon à talon et guidon réglable.

Compact – version plus courte du Hawkeye standard avec canon de 16,5 pouces. Existe aussi en version laminée.

chasseur – disponible en trois longueurs de canon (20", 22" ou 24"), crosse en noyer américain et modèles droitier ou gaucher.

Chasseur FTW– Acier inoxydable et finition Hawkeye Matte, crosse en bois dur Natural Gear Camo et canon de 22" ou 24".

Cible à longue portée – acier allié et finition noire mate, crosse en stratifié noir/marron moucheté et canon de 26 pouces.

Chasseur à longue distance – acier inoxydable et finition Hawkeye Matte, crosse en stratifié noir/marron moucheté et canon de 22"

Prédateur – Acier inoxydable et finition Hawkeye Matte, crosse stratifiée Green Mountain et canon de 22" ou 24".

Pistolet de guidage – acier inoxydable et finition Hawkeye Matte, crosse en stratifié Green Mountain, canon de 20 pouces et frein de bouche Ruger amovible.

Chasseur de magnums – chambré en .300 Winchester Magnum et équipé d'un frein de bouche Ruger.

Sportif– version de poids moyen offerte avec un canon de 22" ou 24".

Caractéristiques

  • Extracteur d'aliments ronds contrôlé de type Mauser non rotatif
  • Ejecteur à lame fixe
  • Plaque de sol articulée en acier massif avec loquet breveté encastré
  • Sécurité à 3 positions pour permettre le déchargement avec sécurité enclenchée
  • Canon forgé à froid
  • Supports de lunette intégrés usinés directement sur le récepteur en acier massif
  • Boulon monobloc en acier inoxydable
  • Goujons d'élingue
  • Variété de longueurs de canon - 16,5", 20", 22", 23", 24", 26"

Calibres disponibles

  • Hunter – 6.5 Creedmoor, 6.5 PRC, .308 Win., .30-06 Sprg., .300 Win Mag., 7mm Rem Mag., 204 Ruger
  • FTW Hunter – .375 Ruger, 6.5 Creedmoor
  • Chasseur à longue portée – 6.5 Creedmoor
  • Cible longue portée – .300 Win Mag., 6.5 Creedmoor, 6.5 PRC, 204 Ruger, .308 Win.
  • Prédateur – .22-250 Rem., .223 Rem., .204 Ruger, 6.5 Creedmoor
  • Compact-.308 Win., 7mm-08 Rem.
  • Laminé Compact – .243 Rem, .308 Win., 7mm-08 Rem.
  • Africain – .416 Ruger, 375 Ruger, 6.5吳, .280 Ackley Amélioré
  • Alaskan – .375 Ruger, .338 Win Mag., 300 Win Mag.
  • Pistolet de guidage - .338 Win Mag., .30-06 Sprg., 375 Ruger, 416 Ruger

Le calibre .30-06. DAS

Ce modèle était basé sur le Mark II et spécialement conçu pour être utilisé par les équipes canadiennes de recherche et de sauvetage. La crosse a été remplacée par une crosse orange pliable, le canon a été raccourci à 14,5" et la capacité a été augmentée pour inclure 6 cartouches supplémentaires (stockées dans la crosse). Chaque fusil comprenait également un étui de transport qui permettait au fusil plié d'être facilement attaché à un harnais de parachute.

Le fusil éclaireur Gunsite

En 2011, le Gunsite Scout Rifle a été ajouté à l'arbre généalogique du M77. Cet ajout le plus pâteux était un effort de collaboration entre Ruger et Gunsite Training Center, dans le but de produire un fusil scout moderne basé sur les critères transmis par le colonel Jeff Copper.

Ce fusil comprend une crosse laminée noire, des viseurs fantômes, un rail optique picatinny, un suppresseur de flash et un canon de 16,5 pouces. Il est chambré en .308 Winchester et disponible avec 3,5 ou 10 chargeurs à boîte ronde. Les modèles canadiens et australiens ont un canon en acier inoxydable de 18" et aucun suppresseur de flash.


Pomme II Plus - 1976

Bien avant l'iPhone, l'iPod ou encore le Mac, il y a eu l'Apple.

Conçu par Stephen Wozniak et vendu en 1976 avec l'aide de Steve Jobs, le premier Apple était un ordinateur strictement réservé aux ingénieurs en électronique et aux amateurs. Bien qu'il soit venu entièrement assemblé (contrairement aux kits informatiques qui ont commencé à circuler après l'invention du microprocesseur), il n'avait ni clavier ni alimentation et, sans boîtier, tous ses composants pouvaient être vus. Néanmoins, l'intérêt pour la pomme était indéniable. Wozniak et Jobs en ont construit des dizaines dans un garage en Californie, dans la région bien connue aujourd'hui sous le nom de Silicon Valley. Pour acheter des pièces, les jeunes hommes ont dû vendre certains de leurs biens les plus précieux (Wozniak sa calculatrice, Jobs son minibus).

Après leur premier aperçu du succès, Wozniak et Jobs ont développé un plan de match plus vaste : vendre des ordinateurs à une base de consommateurs beaucoup plus large. Mené par le sens aigu des affaires de Jobs, Apple (le nom de l'entreprise que les hommes ont formée ainsi que les ordinateurs qu'ils ont vendus) a trouvé de nouveaux investisseurs, consulté une société de relations publiques et fait une large publicité pour le deuxième ordinateur qu'ils proposaient. Surnommée Apple II, la machine est entrée sur le marché en 1977 et est devenue le premier ordinateur personnel utilisé dans de nombreuses entreprises, écoles et foyers. Conçu pour le consommateur moyen, l'Apple II était logé dans un boîtier en plastique afin que les pièces de la machine n'intimident pas l'utilisateur, qui a plutôt concentré son attention sur un écran graphique en couleur. La machine, qui comportait un microprocesseur MOS 6502 prenant en charge jusqu'à 64 Ko de mémoire, avait également des capacités sonores et était équipée pour être utilisée avec des périphériques tels que des imprimantes.

Les manuels fournissaient des détails techniques aux entreprises intéressées par la création de périphériques ou de logiciels à utiliser avec les machines, une décision qui a contribué à stimuler les ventes à mesure que de plus en plus de ces produits sont devenus disponibles. Le développement de VisiCalc, le premier tableur pour ordinateur personnel, par Dan Bricklin et Bob Frankston a été une aubaine particulière pour les activités d'Apple. Le programme, ainsi que le disque dur abordable inventé par Wozniak en 1978, a permis aux ordinateurs Apple de stocker efficacement et de récupérer rapidement des données, telles que les informations financières d'une entreprise.

En 1978, les ingénieurs d'Apple ont commencé à développer une version améliorée de leur produit, sorti l'année suivante sous le nom d'Apple II Plus. La machine offrait une forme améliorée du langage de programmation Applesoft BASIC. Sous licence Apple par Microsoft, les premières versions d'Applesoft devaient être chargées en tant que mise à niveau sur les machines Apple II (un processus opportun et souvent problématique), mais étaient déjà installées sur le Plus dans la mémoire morte ou ROM.

La popularité de ces ordinateurs a fait d'Apple un leader dans l'industrie des micro-ordinateurs. En 1978, la société a développé un Apple II Europlus pour s'adapter aux langues et aux normes d'alimentation d'autres pays. La production de l'Europlus a cessé en 1983, un an après que la société a cessé de fabriquer l'Apple II Plus. L'Apple IIe a succédé à l'Apple II Plus. Il coûtait moins cher et avait plus de puissance et de mémoire que son prédécesseur. Il affichait également des lettres majuscules et minuscules, contrairement aux pommes précédentes. D'autres améliorations sont apparues dans les modèles ultérieurs de la gamme Apple II, qui est restée une pierre angulaire du marché tout au long des années 1980. Au début des années 1990, les ordinateurs Macintosh d'Apple ont finalement éclipsé la gamme Apple II, dont le dernier a été vendu en 1993. À cette époque, le Mac était en production depuis près d'une décennie, bien qu'il ait été lent à se répandre parmi les fidèles d'Apple II. .

L'allégeance à l'Apple II était compréhensible. Après tout, la machine a radicalement changé la façon dont les gens travaillaient au bureau et, avec le développement des jeux informatiques, jouaient à la maison. Mais à mesure que le marché de l'informatique se développait, l'Apple II n'était pas seulement confronté à son produit frère, le Mac, mais aussi aux ordinateurs personnels construits par d'autres sociétés. Aujourd'hui, l'ordinateur de votre maison ou de votre bureau peut avoir été fabriqué ou non par Apple, mais le fait qu'il y ait un ordinateur là-bas est dû en grande partie au rôle d'Apple dans la création d'ordinateurs « personnels ».


Comment fonctionnent les moteurs électriques

Les moteurs électriques sont partout ! Dans votre maison, presque tous les mouvements mécaniques que vous voyez autour de vous sont causés par un moteur électrique à courant alternatif (courant alternatif) ou à courant continu (courant continu).

Un moteur simple comporte six parties :

  • Induit ou rotor
  • Commutateur
  • Brosses
  • Essieu
  • Aimant de champ
  • Alimentation CCde quelque sorte

En comprenant comment fonctionne un moteur, vous pouvez en apprendre beaucoup sur les aimants, les électro-aimants et l'électricité en général. Dans cet article, vous apprendrez ce qui fait fonctionner les moteurs électriques.

Un moteur électrique, c'est avant tout des aimants et du magnétisme : un moteur utilise aimants pour créer du mouvement. Si vous avez déjà joué avec des aimants, vous connaissez la loi fondamentale de tous les aimants : les opposés s'attirent et aiment se repousser. Donc, si vous avez deux barres magnétiques dont les extrémités sont marquées "north" et "south", alors l'extrémité nord d'un aimant attirera l'extrémité sud de l'autre. D'un autre côté, l'extrémité nord d'un aimant repoussera l'extrémité nord de l'autre (et de même, le sud repoussera le sud). A l'intérieur d'un moteur électrique, ces forces d'attraction et de répulsion créent mouvement rotatif. ­

Dans le schéma ci-dessus, vous pouvez voir deux aimants dans le moteur : pas pour économiser de l'énergie).

Le moteur disséqué ici est un simple moteur électrique que vous trouverez généralement dans un jouet.

Vous pouvez voir qu'il s'agit d'un petit moteur, à peu près aussi gros qu'un centime. De l'extérieur, vous pouvez voir le boîtier en acier qui forme le corps du moteur, un axe, un embout en nylon et deux câbles de batterie. Si vous raccordez les câbles de batterie du moteur à une batterie de lampe de poche, l'essieu tournera. Si vous inversez les fils, il tournera dans la direction opposée. Voici deux autres vues du même moteur. (Notez les deux fentes sur le côté de la boîte en acier dans le deuxième coup - leur objectif deviendra plus évident dans un instant.)

Le capuchon d'extrémité en nylon est maintenu en place par deux languettes qui font partie de la boîte en acier. En repliant les languettes vers l'arrière, vous pouvez libérer le capuchon d'extrémité et le retirer. À l'intérieur du capuchon se trouvent les balais du moteur. Ces balais transfèrent l'énergie de la batterie au collecteur lorsque le moteur tourne :

L'axe porte l'armature et le collecteur. L'armature est un ensemble d'électro-aimants, en l'occurrence trois. L'armature de ce moteur est un ensemble de fines plaques métalliques empilées, avec un fil de cuivre mince enroulé autour de chacun des trois pôles de l'armature. Les deux extrémités de chaque fil (un fil pour chaque pôle) sont soudées sur une borne, puis chacune des trois bornes est câblée sur une plaque du collecteur.

La dernière pièce de tout moteur électrique à courant continu est l'aimant de champ. L'aimant de champ dans ce moteur est formé par la boîte elle-même plus deux aimants permanents incurvés.

Une extrémité de chaque aimant repose contre une fente découpée dans la boîte, puis le clip de retenue appuie contre les autres extrémités des deux aimants.

Électro-aimants et moteurs

Pour comprendre le fonctionnement d'un moteur électrique, la clé est de comprendre le fonctionnement de l'électro-aimant. (Voir Comment fonctionnent les électro-aimants pour plus de détails.)

Un électro-aimant est la base d'un moteur électrique. Vous pouvez comprendre comment les choses fonctionnent dans le moteur en imaginant le scénario suivant. Supposons que vous ayez créé un simple électro-aimant en enroulant 100 boucles de fil autour d'un clou et en le connectant à une batterie. Le clou deviendrait un aimant et aurait un pôle nord et sud pendant que la batterie est connectée.

Dites maintenant que vous prenez votre électro-aimant à clous, passez un axe au milieu de celui-ci et suspendez-le au milieu d'un aimant en fer à cheval comme indiqué sur la figure ci-dessous. Si vous deviez attacher une batterie à l'électro-aimant de sorte que l'extrémité nord du clou apparaisse comme indiqué, la loi fondamentale du magnétisme vous dit ce qui se passerait : l'extrémité nord de l'électro-aimant serait repoussée de l'extrémité nord de l'aimant en fer à cheval et attiré par l'extrémité sud de l'aimant en fer à cheval. L'extrémité sud de l'électro-aimant serait repoussée de la même manière. Le clou se déplacerait d'environ un demi-tour puis s'arrêterait dans la position indiquée.

Vous pouvez voir que ce demi-tour de mouvement est simplement dû à la façon dont les aimants s'attirent et se repoussent naturellement. La clé d'un moteur électrique est alors de faire un pas de plus pour que, au moment où ce demi-tour de mouvement s'achève, le champ de l'électro-aimant bascule. Le basculement amène l'électroaimant à effectuer un autre demi-tour de mouvement. Vous inversez le champ magnétique simplement en changeant la direction des électrons circulant dans le fil (vous le faites en retournant la batterie). Si le champ de l'électro-aimant était inversé précisément au bon moment à la fin de chaque demi-tour de mouvement, le moteur électrique tournerait librement.


École d'aimants Disney II

En 2007, en raison de sa forte histoire de succès, la Walt Disney Magnet School a été invitée à reproduire par les écoles publiques de Chicago
(CPS). Après un processus de candidature et d'examen rigoureux et complet, il a été annoncé que Disney II ouvrirait ses portes en tant que nouveau
Chicago Public School et en tant que "réplication" de la Walt Disney Magnet School de CPS. C'est notre vision que, comme Disney, Disney II
établir un établissement d'enseignement de premier ordre qui augmente le rendement des élèves au sein des communautés mal desservies et attire les familles
dans tout Chicago. Chaque quartier a besoin d'une école de haute qualité pour diffuser les connaissances, offrir des opportunités, focaliser la bonne volonté,
et fertiliser l'investissement de la communauté dans son avenir. Disney II répondra à ce besoin et, comme Disney, réalisera une véritable équité, apportant
le meilleur modèle de scolarisation pour les familles et les communautés de Chicago. Grâce à ce modèle, nous offrirons les arts et la technologie
l'intégration. Disney II célébrera la diversité de sa communauté et servira équitablement toutes les populations étudiantes, indépendamment de
handicap, statut socio-économique et/ou origine culturelle.


Notre équipe d'Adams Magnetic Products peut fournir des aimants personnalisés pour un certain nombre d'utilisations industrielles et grand public, mais nous proposons également une gamme de produits pour des applications courantes, notamment :

Les micros magnétiques font partie des guitares électriques. Le fil est enroulé autour de l'aimant, créant un champ magnétique lorsque les cordes vibrent dans le champ, la bobine le détecte et crée une tension qui provoque un son. Nous fournissons des aimants néodyme, alnico pour micros ainsi que des aimants en céramique pour micros.

Les aimants offrent un mécanisme beaucoup plus facile pour ouvrir et fermer les emballages que les loquets et les boutons-pression. Nous offrons une variété de forces pour tous les usages, du matériau magnétique flexible aux aimants en néodyme.

Nous fournissons des aimants flexibles en néodyme, alnico, céramique, samarium cobalt et haute énergie pour les applications de capteurs. Ils peuvent être utilisés pour détecter la position, la vitesse et/ou la direction et ils sont disponibles dans des formes, des tailles et des prix pour chaque utilisation possible.

Nous fabriquons et distribuons des aimants pour une utilisation dans des moteurs, des générateurs et des actionneurs. Lorsque la force est d'une importance primordiale, choisissez des aimants en terres rares comme le samarium, le cobalt ou le néodyme. Pour des applications plus légères, les aimants en ferrite (céramique) conviennent souvent.

Nos feuilles magnétiques, notre matériel réceptif, nos loquets et nos assemblages peuvent tous être utilisés pour créer des enseignes et des présentoirs PLV pour la vente au détail et d'autres applications. Nos clients apprécient notre rapidité d'exécution pour les commandes personnalisées.

Disques en néodyme

Les aimants à disque et à tige en néodyme sont largement utilisés pour les applications de moteur, de capteur et de maintien

Bande magnétique

Adams propose une large gamme de bandes magnétiques flexibles et peut couper, fendre ou marquer le produit selon vos spécifications

Tiges Alnico

Nous avons en stock des aimants à tige Alnico de grade 5 et pouvons fournir un grade 8 sur demande

Feuille magnétique

Nos feuilles magnétiques flexibles sont idéales pour les enseignes, les sérigraphies et les présentoirs sans couture et à grande échelle.

Aimants à base ronde

Adams fournit les ensembles magnétiques à base ronde suivants en stock, avec des dimensions indiquées en pouces.

Aimants Samarium Cobalt

Les aimants Samarium Cobalt (ou SmCo) sont de puissants aimants permanents constitués d'un alliage de samarium et de cobalt.


Le projet CentOS n'a rien à voir avec ce site Web ou son contenu, il fournit simplement le logiciel qui fait fonctionner le site Web.

Si vous rencontrez des problèmes avec le contenu de ce site, contactez le propriétaire du domaine, pas le projet CentOS. À moins que vous n'ayez l'intention de visiter CentOS.org, le projet CentOS n'a rien à voir avec ce site Web, son contenu ou son absence.

Par exemple, si ce site Web est www.example.com, vous trouverez le propriétaire du domaine example.com sur le serveur WHOIS suivant :


Nouvelles et articles de fond

Combler le fossé des générations

Raytheon Technologies arme le F-35 et modernise les chasseurs de 4e génération.

Armer le F-35

Découvrez comment nous ajoutons de la puissance de feu à l'avion de chasse le plus avancé au monde.


Bibliographie

1. H. Kamerlingh Onnes, Autres expériences avec l'hélium liquide. H. Sur la résistance électrique des métaux purs etc. VII La différence de potentiel nécessaire pour le courant électrique à travers le mercure en dessous de 4,19 K (suite), Comm. Laboratoire physique. Leyde, 133b, 29, 1913. [Les références de Leyde utilisent la dénomination systématique de Per Fridtjof Dahl - voir lecture recommandée]
2. H. Kamerlingh Onnes, Nouvelles expériences avec l'hélium liquide. H. Sur la résistance électrique des métaux purs, etc. (suite). VIII. La disparition soudaine de la résistance ordinaire de l'étain, et l'état supraconducteur du plomb, Comm. Laboratoire physique. Leyde, 133d, 51, 1913.
3. H. Kamerlingh Onnes, Rapport sur les recherches effectuées au laboratoire de cryogénie de Leyde entre le deuxième et le troisième congrès international du froid : Supraconductivité, Comm. Laboratoire physique. Leyde Suppl., 34b: 55-70, 1913.
4. F. B. Silsbee, A note on electric conduction in metal at low temperature, Washington Academy of Sciences, Journal, 6:597-602, 1916.
5. W. Meissner et H. Franz, Messungen mit Hilfe von flüumlssigen Helium. VIII. Supraleitfähigkeit von Niobium, Physikalisch-Technische Reichsanstalt, Mitteilung: 558-559, 1930.
6. W. J. De Haas, E. van Aubel et J. Voogd, Un supraconducteur composé de deux non-supraconducteurs, Akademie der Wetenschappen, Amsterdam, Procédure, 32: 730, 1929.
7. W. Meissner, Messungen mit Hilfe vo fluumlssigem Helium. V. Suprleitfähigkeit von Kupfersulfid, Physikalisch-Technische Reichsanstalt, Mitteilung, 571, 1929
8. W. J. de Haas et J. Voogd, L'influence des champs magnétiques sur les supraconducteurs, Akademie der Wetenschappen, Amsterdam, Procédure, 33: 262-270, 1930.
9. W. Meissner et R. Oschenfeld, Ein neuer Effect bei Eintritt der Supraleitfähigkeit, Naturwiss., 21: 787-788, 1933.
10. F. London, H. London, Les équations électromagnétiques du supraconducteur, Proc. R. Soc. Londres, Ser, A., 149: 71-88, 1935.
11. J. N. Rjabinin et L. V. Schubnikov, Propriétés magnétiques et courants critiques des alliages supraconducteurs, Physikalische Zeitschrift der Sowjetunion, 6: 605-607, 1935. Une histoire beaucoup plus détaillée des découvertes de cette période est disponible dans l'article d'A. G. Shepelev répertorié dans la section "lecture recommandée".
12. G. Aschermann, E. Freiderich, E. Justi et J. Kramer, Supraleitfähige Verbindenungen mit extrem hohen Sprungtemperaturen (NbH und NbN), Physique. Zeit., 42: 349-60, 1941.
13. V. L. Ginzburg et L. D. Landau, Sur la théorie de la supraconductivité, Zhurnal Eksperimental'noi I Teoreticheskoi Fiziki, 20: 1064-1082, 1950.
14. A. A. Abrikosov, Sur les propriétés magnétiques des supraconducteurs du deuxième groupe, Sov. Phys. JETP, 5: 1174-1182, 1957.
15. J. Bardeen, L. N. Cooper et J. R. Schreiffer, "Theory of supraconductivity, Phys. Tour., 108: 1175-1204, 1957.
16. L. N. Cooper, paires d'électrons liés dans un gaz de Fermi dégénéré, Phys. Tour., 104: 1189-1190, 1956.
17. L. P. Gorkov, Théorie des alliages supraconducteurs dans un champ magnétique intense proche de la température critique, Soviet Physics JETP, 10: 998-1004, 1960.
18. G. Bednorz, K . A. Müller, Élevé possible Tc supraconductivité dans le système Ba-La-Cu, Z. Phys. B, 64: 189-197, 1986.
19. M.K. Wu, JR Ashburn, CJ Torng, PH Hor, RL Meng, L. Gao, ZJ Huang, YQ Wang et CW Chu, supraconductivité à 93 K dans un nouveau système composé Y-Ba-Cu-O en phase mixte à pression ambiante , Phys. Rév. Lett., 58: 908-910, 1987.
20. Z. Z. Sheng et A. M. Hermann, supraconducteurs en vrac 90 K Tl-Ba-Cu-O et 120 K Tl-Ca-Ba-Cu-O, Proc. 1988 Congrès mondial sur la supraconductivité. World Scientific, Singapour : p.365-76, 1988.
21. M. Cantoni, A. Schilling, H. U. Nissen et H. R. Ott, Caractérisation des oxydes supraconducteurs Hg-Ba-Ca-Cu. Aspects structurels et physiques, Physique-C, 215 (1-2):11-18, 1993.
22. P. Dai, B.C. Chakoumakos, G.F. Sun, K. W. Wong, Y. Xin, D. F. Lu, Synthèse et étude de la diffraction des neutrons sur poudre du supraconducteur HgBa2Californie2Cu3O8+j par substitution Tl, Physique-C., 243 (3-4):201-6, 1995.
23. G. Hammerl, A. Schmehl, R. R. Schulz, B. Goetz, H. Bielefeldt, C. W. Schneider, H. Hilgenkamp et J. Mannhart, Enhanced Supercurrent Density in polycristallin YBa2Cu3O7 jours à 77 K du dopage calcique des joints de grains, La nature, 407: 162-164, 2000.

Extrait de "Engineering Superconductivity", éd. Peter J. Lee, Wiley-Interscience, New York, 2001


Watch the video: Производственная компания